,

Pourquoi c’est péjoratif “blogueuse”

“Alors comme ça vous êtes blogueuse ?”. La personne qui me pose cette question n’est pas spécialement mal intentionnée, elle essaie tout simplement d’engager la conversation, sans se douter une seconde que je bous intérieurement.

“Blogueuse”, voilà un terme qui résonne en moi presque comme une insulte depuis quelques temps maintenant. La faute à quoi exactement je ne saurais vous dire, plutôt à un ensemble de choses.

À la presse qui s’évertue depuis des années à faire passer celles qui ont réussi à bâtir une communauté et presque vivre de leur petite parution personnelle pour des imposteurs. Taper sur “les blogueuses” ça fait le buzz, je ne compte même plus les articles à charge publiés sur papier ou en ligne ces 10 dernières années. Toujours le même ton condescendant et donneur de leçons, le mépris des journalistes pour les blogs avait de quoi faire rire il y a quelques années, aujourd’hui leur petit travail de sape auprès du grand public a fait son chemin.

À quelques blogueuses sans scrupules à qui je n’ai pas envie d’être associée, un peu jeunes et peut être un peu trop naïves qui mangent à tous les rateliers, acceptent n’importe quel partenariat avec une marque pourvu qu’il y ait quelques zéros sur le chèque, quitte à renier tous leurs principes et qui sont devenu des petites bonnes femmes sandwich sans trop s’en rendre compte. Les plus prétentieuses et déconnectées de la réalité, qui parlent de leur “petit lectorat” étant les plus représentées dans les médias, malheureusement (elles ne sont qu’une poignée mais suffisent à nous faire toutes passer pour des greluches).

Et puis aussi parce que je ne fais pas que cela dans la vie, et que quand on me dit “alors comme ça vous êtes blogueuses” j’entends “alors comme ça vous passez vos journées à vous faire les ongles, à poster des photos sur instagram et à recevoir des cadeaux presse”. Personne ne fait ça, mais c’est le fantasme de beaucoup de gens à propos des blogueuses. J’ai une entreprise de 4 salariés où j’ai une dizaine de casquettes, je travaille énormément, je refuse donc qu’on résume ce que je suis et fait à mon simple blog. Je suis blogueuse oui, entre autres. J’y consacre 1/5 de mon temps de travail, ce n’est donc pas ce qui me définit en premier lieu.

Ca va peut être vous paraître prétentieux, je ne sais pas… Au fond je suis un peu triste d’avoir presque honte quand on me demande si je suis blogueuse. J’ai déjà eu l’occasion d’en parler avec des blogueuses anglo saxonnes, chez elles c’est plutôt une fierté. Qu’est ce qui a mal tourné chez nous ?

J’en parlais récemment avec un ami qui est acteur et qui fait beaucoup de vidéos avec une grosse chaîne youtube, son combat à lui c’est “non je ne suis pas youtubeur, je suis acteur”. C’est dommage aussi d’en avoir honte.

Mais à voir comme les médias traditionnels ridiculisent ces nouveaux venus (vous n’avez sûrement pas manqué Natoo chez Ruquier), et combien certains youtubers seraient prêts à se compromettre pour un gros chèque, j’arrive assez bien à le comprendre.

Du coup ça m’intéresse d’avoir votre avis, ça vous évoque quoi à vous ce mot “blogueuse” ? Quelque chose de négatif ? Ou je me prends la tête pour pas grand chose ?

Tu veux des conseils blogging ?

Si tu veux recevoir mes conseils pour tenir tes followers toujours présent sur les réseaux sociaux, des astuces pour faire grossir ton audience, des idées pour créer de l’intéraction et de l'encouragement pour te lancer sans craindre les retours négatifs : Entre ton prénom + ton email préféré et clique sur “Allez hop ! On y va !”

EN ROUTE POUR L'AVENTURE ?

* Les éléments marqués d'une ou plusieurs astérisques sont particuliers - en savoir plus

Outils d'organisation essentiels

-


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




184 comments on “Pourquoi c’est péjoratif “blogueuse”

  1. Moi perso, je trouve ça cool d’être une blogueuse. Je vois que du positif dans tous ce que tu fais.
    Car j’apprend et découvre pleins de choses. Ca m’évade et j’ai pleins d’idées après.
    Et surtout c’est gratuit 🙂

  2. nous qui te suivons avec plaisir savons tb qui est qui chez les blogistas…
    c’est vrai que c’est facilement abject dans le cas de certaines : pas toi :-
    continues juste! merci <3

  3. Bonsoir,
    Je te comprends, je suis aussi dans le même cas que toi. Déjà je n’aime pas trop l’appellation “blogueuse”. Je préfère chroniqueuse de mode. Loin de là à me mettre le melon au-dessus de ma tête. Je trouve que ce mot m’identifie mieux que blogueuse.

    Oui, il y en a certaines qui sont prêtes à dire oui à n’importe quel partenariats et certaines ouvrent un blog rien que pour les partenariats. Je suis aussi à la tête de ma propre entreprise et j’en vois de toutes les couleurs. Mon équipe et moi regardons de très près leur blog. C’est très difficile. C’est un jeu pour certaines car à la clé il y a un chèque ou encore un cadeau. Moi la première fois que l’on m’a invité à une pressday, j’y suis restée près de deux heures et au moment de partir quelqu’un m’a donné un cadeau et je lui ai dit: “Pourquoi, c’est mon anniversaire ?”.

    Donc oui je te comprends, donc si quelqu’un te dit: vous êtes blogueuse ?! Tu réponds tout simplement: non je suis chroniqueuse et fière de l’être, Na ! 😀
    Bisous la miss et continues ton blog car moi je l’adore.
    Mary

  4. Je suis une simple lectrice, qui consulte une petite liste de blog pas jour. Je suis toujours à la recherche de l’article qui me fera découvrir de jolies choses dans ma journée.
    Je ne blogue pas, mais j’ai cependant une certaine “éxigeance” envers les rédactrices de blog (j’utilise ce terme pour ne pas catégoriser de blogueuses des filles dont ce n’est peut être pas leur principale activité). Je veux dire par là que la seule demande que j’ai envers elles c’est de ne pas dénigrer le “lectorat”. J’ai en tête une blogueuse que je suis (mais plus pour longtemps), qui demande l’avis des lectrices, qui est à la recherche de toujours plus de commentaires, mais qui se permet de répondre de manière condescendante et méprisante à celles qui poseraient une question un peu futile. Ce genre de blogueuse passe d’un sujet à l’autre, sans trop de ligne éditoriale, et qui, quoi qu’elles en disent, sont malgré tout des personnages publics, car elles affichent leurs vies, leurs vidéos sur les internets à tire larigot. Celle dont je parle, et dont je tairais le nom, est toujours souriante, pleine de joie, mais ces réponses sont très cinglantes, alors je ne suis en reste quant à la vérité des sujets qu’elle traite et à la réalité de l’image qu’elle veut donner d’elle.
    En tout cas merci de laisser les lectrices s’exprimer!! et je te souhaite bonne chance.
    Juliette (tiens, ça rime avec pouêt!)

  5. Alors moi j’ai ma petite entreprise, je contacte journalistes ET blogueuses pour faire découvrir mon produit (féminin) et éventuellement en faire parler.
    Les journalistes acceptent ou non en fonction de leurs lignes éditoriales, et si elles acceptent c’est sans contre-partie.
    Alors que les blogueuses acceptent uniquement contre un cadeau ou un chèque (parfois à 4 chiffres). Alors bien sûr,il y a des exceptions : certaines ont une vraie ligne édito et veulent avant tout offrir des découvertes à leurs lectrices.
    Alors oui, en effet, je ne mets pas du tout journaliste et blogueuse sur le même pied d’égalité parce que ce n’est pas le même fonctionnement et que mon expérience m’a montrée que l’honnêteté intellectuelle se retrouve plutôt chez les journalistes

    • Alors attention, les journalistes touchent des piges ou des salaires pour les parutions pour lesquelles elles bossent, les blogueuses non, ça change un peu la donne 😉

  6. Ma fille est youtubeuse et instagrammeuse. J’en suis très fière. Je trouve que le blogging et toutes les possibilités d’expression via les nouveaux médias sociaux relèvent d’une démarche créative et innovante. Bravo pour le travail que tu réalises sur ton blog et ailleurs 😉

  7. Pour moi, blogueuse est tout d’abord un mot très moche, mais qui évoque tout simplement le fait d’avoir un site, ou juste une page, sur laquelle tu publies ce dont tu as envie. C’est vrai que perso, quand je dis que j’ai un blog en France et à l’étranger, je ne reçois pas du tout les mêmes réactions. Les anglophones sont carrément plus réceptifs à l’idée.
    Alors, tu as un blog, oui, tu aimes bien écrire et partager tes mots. Pas de quoi avoir honte, peu importe le temps que ça te prend 🙂 Et puis, il faut qu’on se fasse à l’idée, ce sont de nouveaux métiers, comme ceux qui gèrent les comptes d’entreprises sur les réseaux sociaux, au début le concept paraît un peu ridicule puis quand on en apprend un peu plus, on se rend compte que ça peut mine de rien être nécessaire.
    Bises d’une lectrice de Copenhague (et au même prénom) 🙂

  8. Moi j’espère que mon Clark Kent( superman!) restera “journaliste” au Daily Planet.

    Je ne veux pas que Clark Kent devienne blogueur!!!

    Il ne ferait plus son travail d’information auprès du public.

    Il ne ferait que de la publicité pour des marques.

    retrouvez clark kent sur youtube,instagram,twitter,facebook

    si vous voulez les mêmes lunettes que Clark Kent c’est la marque “Atol”

    Le même collant c’est “Calzedonia”

    Pour voler comme SuperMan c’est la compagnie “Easyjet”

  9. Waaaa tu viens de me redonner un P%&*#n de coup de boost là! J’ai commencé un blog (et non je ne met pas ce commentaire juste pour que des gens viennent le voir)(même si ça ferait plaisir hein, je dis pas ;)) et je n’ai pas osé en parler à mon entourage comme si c’était un vilain secret, de peur d’être jugée et méprisée. D’ailleurs, si J’ai mis autant de temps avant de me lancer c’est à cause de cette peur de jugement. Mais là, tu m’as remotivé! J’ai envie de faire un blog parce que ça me plaît, point. Si ça plaît pas aux autres, c’est la même chose.
    Merci!!!!!

  10. Eleonore Bridge, j’ai la solution : désormais, tu peux dire que tu es slasheuse !
    http://madame.lefigaro.fr/societe/slashers-plusieurs-metiers-carriere-de-leur-reve-031115-99123

  11. Là ton article raisonne parfaitement en moi, et pour cause je tiens mon blog depuis 4 ans, je le considère comme une ‘petit blogueuse’ avec un petit lectorat (là pour le coup avec 20 lecteurs quotidiens, c’est ce que je considère comme un petit lectorat). Par contre, je me suis déjà rendue compte de cette jalousie journalistique, lors d’une présentation presse où je me suis rendue pour le compte d’une autre blogueuse et amie. A partir du moment ou une journaliste pour un magazine tendance m’a posé la question de qui j’étais , elle est partie avec sa consoeur avec une mine de dégout. Totalement flippant, mais par chance une autre journaliste spécialisée avait entendu et est venue me demander ce qu’était une blogueuse, et m’a posé pleins de questions. Nous avons même échangés nos cartes de visites. Plus âgée, et pas dans le domaine de la beauté elle ne connaissait pas ce phénomène de rancune. Une jolie rencontre au final.
    Mais par contre certaines marques se moquent de nous. Je ne citerais pas la boutique/marque mais j’avais gagné chez eux un diagnostic et des des produits, et la veille du rendez-vous ils ont tout annulés sachant que je venais du sud de la France en avion juste pour ça (et un autre rendez-vous que j ‘avais calé en même temps). J’ai réussi à les faire changer d’avis mais une fois sur place, ils avaient pris quelqu’un d’autre – qui lui payait la prestation). J’ai eu droit à la remarque suivante, pfff vous êtes blogueuse donc vous gagnez votre vie avec le blog … heu ????? WTF, non mon blog ne me rapporte strictement rien, au contraire…. il me fait dépenser, mais j’aime parler et discuter avec celles qui me lisent, échanger et confronter les opinions. J’avoue je suis repartie, mais j’ai vraiment déchanté, du coup, si partenariat il doit y avoir (un jour), je choisirai minutieusement les marques et les contacts, si je ne le sens pas ça sera non sans sommations, même en alignant 4 zéros…… je ne suis pas à brader, j’ai des convictions. Mais je suis aussi plus âgée que toutes ces petites jeunettes qui arrivent sur la toile, c’est tout à fait différent, j’ai du bagage et je me suis fait une expérience donc je ne tombe pas dans le panneau (ça m’arrivera un jour je n’en doute pas du tout ^^).
    Mais je te rejoint, il y a ce coté blogueuse qui est aujourd’hui un peu péjoratif, j’espère que ça va changer, car c’est un peu réducteur, et cette jalousie journalistique est tout à fait déplacée je trouve…. bref ^^

  12. Comme tu t’en doutes je ne suis pas la plus objective pour parler de ça ! Mais je trouve que cet article rejoint celui que tu avais fait sur enjoy phoenix, en france gagner beaucoup d’argent est mal vu. Les gens s’en cachent, surtout si c’est gagner avec un travail aussi superficiel et megalo que celui de blogueuse … 😉
    Après dans la vraie vie quand j’en parle autour de moi j’ai surtout beaucoup de questions et de gentille jalousie. Ce statut fascine et intrigue mais je n’ai jamais ressenti de violence envers mon travail.

    Bisous ma belle

  13. Je ne laisse habituellement pas de com, mais je réagis à celui-ci car il fait vraiment écho à ce qui se passe en ce moment :
    les médias traditionnels s’en prennent aux nouveaux médias car ils sont dépassés, et répandent une mauvaise image sur eux, alors qu’ils font aussi preuve de qualité et d’intérêt.

    Personnellement, je trouve ça dommage que tu n’arrives plus à dire que tu es blogueuse, car c’est une activité comme une autre. J’ai peur qu’à force d’avoir peur des mots et de l’image qu’ils véhiculent, on ne fasse que confirmer ce que tout le monde pense à force d’avoir lu ceci ou cela.
    D’autant plus que tu fais des choses super sur ton blog et ce depuis longtemps.
    Le premier exemple qui me vient de ce phénomène est évidemment la vidéo de Natoo chez Ruquier que tu cites, c’était vraiment du lynchage gratuit et mal placé, et très représentatif de cette peur des médias traditionnels (avec minimisation incroyable de la valeur de son audience !!)
    Je me demande si au contraire il ne faudrait pas revendiquer cette appartenance à ces nouveaux médias et faire comprendre que ce n’est ni le diable, ni de l’imposture. Bref, continuer comme si tout était normal, être fier de son travail et continuer à trouver cela gratifiant, continuer à apprécier la valeur d’un travail personnel et passionné (mais là c’est encore un autre sujet : dès qu’on vit de sa passion, c’est forcément pas un travail ! arg !)
    Je me demande aussi si le temps ne fera pas son œuvre, dans la mesure où, mine de rien, les blogueurs et youtubeurs sont beaucoup plus transparants quant aux mécanismes de leurs médias que ne le sont les médias traditionnels (qui vivent aussi de la pub et engendrent aussi des salaires monstrueux, du moins concernant la télé).
    Continuer à avancer, ne pas se prendre la tête, mépriser les langues de… vipère :p

  14. Salut Elodie,

    Voici un lien qui explique la difference majeure que tu décris avec la vision des “travailleurs du web” (blogueurs, youtubeurs, vine videos etc.) en France vs chez les anglo saxons. Entre 1mn55 et la fin de la video, Casey explique son choix d’orienter sa carrière à travers Youtube plutôt que de continuer à faire plaisir aux HBO et autres studios qui tuent sa liberté de créer ce qu’il veut, comme il veut et quand il veut.

    Like Casey says, “Haters are Losers”. Laisse les autres dire et penser ce qu’ils veulent. Tu connais ta valeur, celle de ton travail et ton audience: c’est tout ce qui compte au fond.

    https://www.youtube.com/watch?v=fknGY6Y-rps

  15. Il y avait longtemps que je n’avais pas commenté un article chez toi… Mais là, obligée ! 😀
    Je n’ai pas honte d’être une blogueuse, ou plutôt… De bloguer. Je crois que la nuance est de taille, et que c’est justement là que le bât blesse ton cœur. On blogue, et ca, c’est chouette ! Surtout quand c’est bien fait, on est d’accord 😉 Ca demande de l’énergie, de la culture, beaucoup d’envie et de temps !
    Mais nous ne sommes pas des blogueuses ; effectivement, dire cela c’est réducteur. On devrait faire beaucoup plus attention à la façon dont on utilise le verbe être, en parlant de soi ou en s’adressant aux autres. C’est ce que m’apprennent la méditation et la communication non violente.
    Après, je ne lis pas assez d’articles sur les blogueuses pour avoir une opinion sur cette partie du débat. Je n’accepte aucun partenariat et je ne fais même pas assez de comm pour ma propre boîte sur mon blog, paraît-il, je publie de façon totalement irrégulière… #cestdupropre

  16. Tiens, coïncidence, lu sur Madmoizelle :
    Les “youtubeurs” victimes aussi du mépris des médias “classiques”
    http://www.madmoizelle.com/youtubeur-metier-460613

    Vous êtes un peu les “Elvis” de notre époque ! Scandale ! 😉

  17. Je trouve ton questionnement intéressant, et comme certains commentaires avant moi, j’aurais envie de dire qu’il y a beaucoup de blogs de filles talentueuses, inspirées, créatives, simples et sans chichis, avec du contenu varié et intéressant ! Je pense donc que l’opinion des gens va finir par se modifier petit à petit, il y a des blogs bien faits qui parlent de tous les sujets, c’est ce qui fait leur richesse. C’est dommage que la presse dénigre certains d’entre-eux à cause d’une minorité qui pense essentiellement à l’argent. Mais par contre, le “en France on n’aime pas les gens qui réussissent, pouah, ils sont nuls les gens, ces envieux” etc, moi je n’en peux plus ! (non pas que ce soit ce que tu disais, loin de là)

  18. Bonsoir,

    Je suis blogueuse depuis peu de temps, j’ai arrêté de bosser depuis 3 ans car à la base je suis chirurgien-dentiste, mais un ras le bol de ma profession m’a fait abandonner.

    J’ai créé un blog , non pas pour en faire un gagne pain (heureusement) mais par passion, de la mode , de la beauté, et des échanges que ça peut m’apporter .

    Par ce biais, je commence à connaitre quelques blogueuses très sympas qui sont devenues des copines, et je déplore par contre l’aspect de rivalité de certaines qui prennent” la grosse tête” car elles ont pas mal d’abonnés et donnent l’impression de dénigrer un peu les autres.

    Il est vrai que je ressens quelques fois de la dérision quand je parle de mon blog, mais ça m’est égal, car je fais ce qui me plait et m’intéresse.
    Ca prend pas mal de temps, mais je ne me contente pas de faire que ça et j’ai pas mal d’autres occupations.

    Ensuite ce que disent les médias , honnêtement, je m’en fiche !
    De tout façon, on ne les arrêtera pas , et je crois qu’il faut être au dessus de ça .

    Gardons notre solidarité de blogueuse passionnées et si ça plait à certaines personnes , alors tant mieux, pour les autres tant pis !

    bonne soirée à toutes

  19. Bonsoir ,
    je suis blogueuse de plus de 50 ans, depuis peu .
    j’ai cessé de travailler depuis 3 ans, par choix (je suis chirurgien-dentiste de formation), et j’ai eu envie de mettre sur papier ma passion de la mode.
    Je commence à découvrir le monde des blogueuses, et non je n’ai pas honte de le dire , bien que quelques fois je sens un peu de dérision quand j’en parle.
    Je n’en fais pas un business et ne compte pas en faire un , un jour!
    Par contre , j’ai rencontré par le biais de facebook ou Instagram d’autres blogueuses, certaines sont devenues des copines , car très sympas, mais je suis étonnée par l’esprit de concurrence d’autres qui prennent “la grosse tête” , dès qu’elles ont une centaine d’abonnées. Et ça c’est le côté que je déplore.
    pour le reste ce que pense les médias ne m’atteint pas .
    Je crois qu’il faut passer au dessus de ça , Eléonore, enfin c’est mon avis !
    bonne soirée !
    Jany

  20. Tout dépend du contenu rédactionnel. C’est idiot de juger une personne sur le simple fait qu’elle tienne un blog, sans même l’avoir lu. Je pense qu’en allant plus loin dans la réponse à cette question, en expliquant de quoi parle ton blog, la personne pourra se faire une idée plus juste de la réalité. Il y a tellement de domaines différents : mode, voyage, déco, cuisine etc, et tellement de traitements différents.

    Personnellement, je ne juge que sur le contenu. Il y a des blogueuses qui sont hyper créatrices, qui se donnent du mal sur le contenu et ça se voit. Et puis il y a celles qui racontent leur life pendant 20 minutes sur Youtube sans savoir aligner 2 mots, ou qui font du publi-rédactionnel à tout va, et qui gagnent une fortune. On peut comprendre que ça fasse grincer des dents et que la question de la légitimité soit soulevée.

    Malheureusement, comme pour les émissions télé ou les films, ce ne sont pas forcément les blogs les plus qualitatifs qui sont les plus populaires et les plus vendeurs.

    Je pense que ca doit être encore plus difficile de justifier le fait de tenir un blog mode, car les gens s’imaginent immédiatement que c’est futile, donc débile.

    Mais bon, je pense que lorsque ça devient un véritable métier et que la blogueuse tire ses revenus principaux de cette activité, il faut aussi savoir assumer l’origine de ses revenus et accepter les critiques sur le contenu produit.

    Et puis il y a le problème de vivre grâce à la pub.

  21. Continue à faire ce que tu aimes et comme tu l’aime ! Si les journalistes parlent c’est probablement parce qu’ils ont du mal à vivre de leurs articles alors que d’autres réunissent mieux qu’eux dans ce domaine tout en donnant un accès gratuit aux lecteurs. Ne t’arrête pas à ce qu’on dit de toi, ce n’est pas ce qui te defini ! D’ailleurs rien de ce que tu ne fais te défini, le principal c’est que tu suives ton coeur et que toi tu sois en accord avec toi même ! 🙂

  22. Article très intéressant !

    Pour te suivre depuis un bon moment maintenant (2009 dans mes souvenirs, quand j’étais en prépa ^^), j’admire ta régularité et ton implication, que ce soit pour ton blog et surtout, ta boite et tes activités “annexes” (si je puis m’exprimer ainsi).

    Pour moi, le phénomène des blogueuses, si décrié par les médias, et assez assimilable je pense, au phénomène des Youtubeurs : les “pionniers” ont eu tout le mérite, et ceux qui ont suivi sapent tout le travail, à coup d’opérations marketing à peine cachés et d’un esprit plus vénal que leurs prédécesseurs, car ils ont compris la “parade”. Du coup, les médias, de gros frustrés pour la plupart (je bosse dans les RP notamment, je commence à connaitre…) se sont dit “ils se prennent pour qui, ces amateurs qui n’ont pas besoin de carte de presse pour faire notre boulot ?”

    Ce que j’apprécie chez toi et que j’ai effectivement déploré chez certaines blogueuses, ce n’est pas leur implication dans leur blog, mais leur parti-pris : je lache tout pour mon blog.

    Autant, pour les Youtubeurs, cela a permis à un grand nombre de comédiens de se faire connaitre, ce que je trouve très bien, mais pour les blogueuses, je trouve que le business model est caduque dès le départ : devenir une femme sandwich et dépendre des envies des marques/lieux/partenaires. Oui, et après ? Certaines se lancent dedans, pourquoi pas et certaines le font très bien car elles ont de vraies compétences, mais d’autres n’ont misé que sur leur image, donc on tourne en rond…

    C’est pour quoi je te suis fidèle (entre autre et parce que ton style et ta ligne édito me correspondent bien 🙂 ) : tu t’es battue pour réaliser des projets qui te tenait à coeur. Et oui, tu as été invitée parfois dans de superbes lieux, mais libre à chacun et chacune, si le voyage fait partie de leurs loisirs/passions, de faire de même en tenant un blog de voyages…

    Tu as eu énormément de recul par rapport à tout ça, et surtout, tu as été encourageante : si vous avez la motivation, faites de même !

    Effectivement, j’ai eu du mal avec d’autres blogueuses qui se mettaient sur un piédestal, style “regardez-moi comme je suis belle avec mes fringues de luxe, vous ne m’arrivez pas à la cheville”.
    Mais, même si je peux déplorez parfois un manque de “physique” dans tout ça (on a rarement l’occasion de te voir et j’aurai beaucoup aimé échanger quelques mots avec toi !), tu as su garder les pieds sur terre.

    Voilà… continue comme ça, fais nous rêver en gardant la tête froide ! 🙂

    • Merci pour tes gentils mots 😉
      Pour aller un peu plus loin je dirai que je trouve ça assez dangereux un blog perso complètement pro. Au bout d’un moment tu es obligée d’accepter des partenariats qui ne te ressemblent pas vraiment car tu en as besoin pour gagner ta vie, et là ça devient aliénant. Enfin de mon point de vue un peu.

  23. Eléonore,

    Ton article a fait écho en moi, j’ai 22 ans et cela fait quelques années déjà que j’ai l’habitude de visiter plusieurs blog, de suivre des youtubeuses. Avec le même état d’esprit : j’adore, ca me détend, ca m’inspire, ca me permet de découvrir des choses, des endroits, différents styles… Ca me ravie ! Mais quand l’idée me vient de faire pareil, les seules choses qui me viennent en tête c’est : tu n’assumeras jamais. Les gens diront que tu es une personne futile, superficielle, tu passeras pour une “godiche” qui ne passe son temps qu’à se faire les ongles et recevoir des colis presse comme tu le dis.
    Et je me pose cette question : pourquoi me dis-je cela alors que je pense tout le contraire des blogueuses, des youtubeuses ?
    Je les trouve admirables, courageuses, inspirantes… Et cela va de soi que cela demande un travail conséquent.
    Je n’arrive toujours pas à y répondre si ce n’est : le regard, le jugement d’autrui et l’image que cela renvoi.
    Concernant Natoo chez Ruquier… Sans commentaire. Ils ont voulu la ridiculiser, pas sûre que ce soit elle qui ait été le plus ridicule, bonjour les journalistes aigris.

  24. Blogueuse et journaliste pas le même combat. Rien à voir.

  25. Salut lamechante !
    Tes articles de réflexions sur les blogs, la blogosphère, etc. me passionne toujours, c’est mon côté sociologue qui ressort. Donc merci de partager cela avec ton lectorat.
    De plus, ton article tombe à pic : pas plus tard qu’hier je relisais le travail universitaire (une thèse, en fait !) d’une amie qui planche sur les blogs de conseil et tuto pour lui donner mon point de vue. Je faisais un petit comparatif avec les journalistes et crois-moi pour moi c’est plutôt l’inverse : je considère les blogueuses comme beaucoup plus libres que les journalistes. Comme tu le dis dans une réponse à un des commentaires, ils n’ont pas vraiment la possibilité de dire du mal d’annonceurs qui sont très importants pour leur magazine ou journal, dès lors, l’impartialité me semble impossible. Pour le coup c’est donc eux que je considère comme des vendus. Après bien sûr je ne veux pas faire de généralisation dans l’autre sens non plus car on trouve de tout partout. Toutefois la très grosse différence c’est que le blog appartient à la blogueuse, ce qui n’est pas le cas du journal pour un journaliste. Cela vous permet donc de repenser votre ligne éditoriale et vos choix en fonction de ce que vous souhaitez faire de votre blog.
    Donc pour répondre à ta question : blogueuse n’est pas péjoratif pour moi, au contraire, c’est entre autre la liberté de choisir ses partenariats et de parler des produits ou des choses qu’on a vraiment apprécié quand on a fait des tests. Si je tenais un blog, je serais la première à regarder de près les partenariats proposés car ce sont de vraies opportunités à la fois de découvrir des nouveautés mais aussi des gens etc. Après ce qui est plus compliqué c’est comment on en parle… Mais je trouve que tu te débrouilles très bien de ce point de vue et les blogs qui deviennent des panneaux publicitaires, ça fait longtemps que j’ai arrêté de les lire car je m’en suis lassée.
    Un dernier truc pour la route, une petite vidéo qui provient d’une émission de canal+, tu la connais peut-être mais au cas où… cela concentre exactement tout ce que la blogueuse peut représenter quand elle se prend pour une diva. A prendre au second degré, bien sûr: http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid7908-c-filles-d-aujourd-hui.html?vid=1211661

  26. Je suis assez d’accord… Ce serait comme dire “je suis fonctionnaire” : on peut l’être et beaucoup bosser ou l’être et ne pas faire grand chose – comme dans tous les domaines de la vie – mais l’image est mauvaise. Parfois, quand je suis invitée au restau pour le blog et que j’arrive en disant que je suis blogueuse, on me regarde bizarrement. Si je dis ensuite “c’est un test journaliste”, ils voient tout de suite quel est mon nom sur leur liste… Bref, une blogueuse peut être quelque chose de mystérieux ou d’inconnu. Parfois aussi, on me demande dans un événement : “vous en vivez ?”. Et bien non, je refuse de dire à mon employeur que j’ai un blog donc je ne suis pas auto-entrepreneur donc je ne suis pas rémunérée, y compris par la personne qui vient de me poser la question. Je pense que l’on souffre de l’image de toutes celles qui ont ouvert un très beau blog il y a trois mois avec cinq billets dessus et qui clament justement qu’elles sont blogueuses. Globalement, je suis heureuse de ce que je fais mais j’en parle le moins possible…

  27. Couple de blogueurs et fiers de l’être… Mais ce n’est pas notre métier principale 😉

    Les journaleux sont jaloux…

    http://www.lovelivetravel.fr

  28. Blogueuse, youtubeuse, generation Y… ce ne sont que des mots qui selon les personnes sont péjoratifs ou mélioratifs… Mais dans les faits oui tu l’es et l’assumer est aussi bien.
    Je suis une freelance depuis deux années et on croit toujours que je suis chez moi à ne rien faire sur mon canapé… si si je travaille !

    Fais ce qu’il te plait, tu ne pourras malheureusement pas éduquer la Terre entière.

  29. Merci pour cet article. Je lis des blogs depuis longtemps maintenant et c’est vrai que j’en ai un peu marre de d’y voir trop souvent des articles sponsorisés… Quand ils sont disséminés avec parcimonie, en rapport avec l’esprit du blog et permettent de faire découvrir des nouveaux créateurs je trouve que cela peut être agréable mais j’ai parfois l’impression que certaines s’éloignent du sujet…
    J’ai démarré un blog il y a peu maintenant parce que j’aime les blogs (et donc les blogueuses) celles qui sont créatives, celles qui questionnent aussi, comme toi. Tes articles sont souvent raccord avec certaines de mes interrogations et me permettent de pousser la réflexion.
    Pour moi créer un blog c’était avant tout pour moi, pour garder une trace de ce qui m’anime au quotidien et le bonus c’est le partage qui se crée.
    Merci en tout cas pour ton honnêteté et ta fraîcheur car cela transparait dans tes articles.

  30. Je ne vis pas en France donc je ne connais pas trop de qui se passe autour des blogueuses mais pour moi c’est une fierté.
    Par contre le terme “youtubeuse” passe déjà beaucoup plus mal car avant de m’exiler au Japon j’ai quand même assisté au début de Youtubers comme Norman et d’ailleurs je détestais ce qu’il faisait.

  31. Bloguer c’est partager avec le reste du monde, c’est pas rien ! C’est même terriblement formidable <3 Tu devrais être fière d'inspirer autant et sache que le terme "blogueur" n'est mal perçu qu'en France (ça par contre c'est rien du tout lol), la France tournée vers l'Amérique, il est voué à ne plus l'être . 😉

  32. Moi je ne trouve pas que Ruquier ait ridiculisé Natoo… au contraire, cela m’a permis de la connaître mieux ?!

  33. Bonjour,
    Je n’ai pas pris le temps de lire les autres commentaires mais je tenais à réagir. Je comprends complètement ton point de vue mais je tenais à dire :
    – pas d’inquiétude, nous, lecteurs/trices, sommes tout à fait conscient de la variété de blogueurs, comme il y a une variété de journalistes ! Ton blog fait vraiment partie de ceux avec un point de vue, un univers, etc. que je distingue vraiment des blogs catalogues promotionnels ! Mais c’est fou d’ailleurs, quand on suit de nombreux blogs, on voit les campagnes de telle ou telle marque se dessiner…
    – il ne faut pas non plus se laisser abattre par la bêtise des médias “traditionnels” et notamment des “journalistes” (je mets tous les guillemets possibles) ! Ils voient un nouveau mode de communication apparaître et sont complètement dépassés ! Et eux qui s’étaient laisser aller à ne plus travailler se trouvent concurrencé par des gens comme toi, qui ont un point de vue (eux ont oublié que c’était ça être journaliste).
    Bref je ne parviens pas à organiser ma pensée, mais je voulais dire que je peux comprendre l’image négative des blogueuses/blogueurs à cause de cette propension de nombre d’entre eux à ne faire que de la pub, certains ne prennent même pas la peine de signaler les partenariats ! Mais à la lecture de ton blog on comprend que tu n’en fais pas partie. Tu as un ton, un style, un univers ! Tu peux te revendiquer avec fierté blogueuse ! Ce n’est pas à cause des mauvais professionnels qu’on ne peut plus se revendiquer d’une profession !

  34. je crois que tu éprouves le même énervement que toutes les personnes dont les métiers ne sont pas vraiment compris de l’intérieur et dont l’évocation entraîne une litanie de clichés…essaye de dire dans une assemblée d’inconnus que tu es contrôleur des impôts ou inspecteur du travail, ça peut rafraîchir l’ambiance d’un coup 🙂

  35. Je comprends bien ce que le mot “blogueuse” (en plus d’être moche) a de péjoratif.
    Mais quand je viens te lire (toujours avec plaisir), je viens aussi voir tes photos, y compris celle de mariage, voir comment tu les traites, comment tu associes les couleurs, voir les news sur un Un Beau Jour (oui parles nous en plus ^^). Bref, je viens voir un univers.
    Et c’est comme ça pour moi pour les blogueuses/youtubeuses que je suis. Leurs avis, univers, couleurs m’intéresse.
    Du coup ne définir ça que péjorativement c’est assez triste, mais je reconnais que, du coup, ce terme réduit considérablement tout ça.
    Moi je pense qu’il faut un nouveau terme, un truc qui dise “je fais plein plein de choses et j’en partage une partie avec vous” ^^

  36. C’est très français, je trouve, de dénigrer quelqu’un ou une communauté parce qu’ils réussissent. En Angleterre, ça passe bien parce que ce n’est pas la même mentalité. Tu n’as pas fait d’études de journalisme, tu es donc une usurpatrice. Très français.
    Mais en fait, ça n’est pas important. Il est primordial d’en avoir rien à foutre de ce que les autres pensent de toi, et continuer, toujours avancer. C’est la seule manière.
    On ne peut pas arrêter quelque chose qui est en mouvement.

  37. Je suis plutôt d’accord avec toi, même si je n’ai pas ce genre de sous-entendus sur mon blog car je ne gagne quasiment rien avec, je vois en tout cas tout à fait ce que tu veux dire ! Moi je tiens un blog, sur une partie de mon temps libre, pour exprimer ma passion pour la décoration, la brocante… C’est une toute petite facette de moi … ce serait trop résumé que de me dire “blogueuse”

  38. oui c’est la france, va savoir pourquoi les gens ont un besoin de rabaisser pour aller mieux. sinon tu peux dire que tu es chef d’entreprise, auto-entrepreneur. et puis tout ceux/celle qui bloguent un peu savent qu’un post ne se fait pas en claquant des doigts.

    C’est un peu comme les gens qui vont au musée et devant un monochrome de klein disent: c’est juste du bleu, j’aurais pu le faire moi même ! ( alors qu’on sais tous pertinemment que non ils ne peuvent pas, ne connaissent pas et ne comprennent pas ce langage qu’ils ne parlent pas ) donc faut pas trop s’en soucier á mon avis de ces gens qui ne connaissent pas ce genre de travail, juste expliquer. Les connaisseurs eux voie bien que tu bosses et apprécient ton travail ! et ce sont eux qui compte non ?

  39. Je pense que les gens qui ne se sont jamais investis dans un site, un blog, une chaine YouTube, ne se rendent pas compte de l’envers du décor… J’ai plusieurs blogs que j’alimente au grès de mes envies, mais c’est tellement chronophage de vouloir offrir quelque chose de beau visuellement, intellectuellement et de faire son petit chemin sur la toile que pour moi, ça restera un passe-temps pour le moment ! J’adorerais en vivre mais avec un travail à temps plein et un petit bout de presque 2 ans, c’est juste pas possible, à moins d’occuper mes nuits à ça… Les gens qui critiquent sont les gens qui voient uniquement le travail final (et pourquoi perdent-ils leur temps à les lire/regarder si ça ne les intéresse pas) ? Il y a bien d’autres choses à critiquer beaucoup moins innocentes que de bloguer. Pour moi, être blogueuse ‘influente’ c’est le fruit d’un travail long, exigent et loin d’être négatif. Après, comme tu dis, il y a celles qui courent après l’appât du gain mais c’est comme partout, il y a du bon et du moins bon…

  40. Sans parler de cet effet mouton : “je fais comme tout le monde”, ce qui n’a aucune originalité, rien de créatif et d’exclusif…. les imposteurs se mêlent aux vrais artistes pour le buisness: l’argent ! et dur de faire le tri sur ses milliers de blogs.

  41. Pas du tout choquée par le terme “bloggueuse”. Par contre c’est vrai que souvent les bloggueuses ne parlent que trop peu de leur “à-côté”, c’est à dire pour toi ton entreprise. Souvent, les lecteurs et les médias ne s’intéressent qu’à la page web des filles qui tiennent un blog, sans s’intéresser à tout ce qu’il y a derrière, peut être par manque de curiosité, peut être que ça ne leur vient même pas à l’esprit, je ne sais pas… Après il y a beaucoup de filles/mecs dans ce milieu qui souhaitent aussi conserver une part de secret concernant leur vie en dehors du blog…

  42. Petit message en passant entre 2 boulots 🙂
    En fait, je pense que c’est surtout du au fait qu’on ne sait pas ce que vous faites de vos journées. Perso je me doute bien qu’une journée ne se résume pas qu’à se prendre en photo sur refiltrage d’Instagram, mais sinon ? Moi ça m’intéresserait de connaître une journée type d’une nana (ou d’un mec) qui gagne sa vie grâce à son blog. Et ensuite se faire sa propre idée non ?
    Souvent les critiques naissent d’une ignorance finalement. Je retourne à mon boulot 🙂 Bises

    • Ca me fait penser que je pourrais plus parler d’Un Beau Jour ici de temps en temps

      • Ah mais tellement !! Bonne idée .Etant graphiste free depuis peu, ça m’interresserait beaucoup de voir l’organisation d’un Beau jour, ce n’est pas de la curiosité mal placée, mais c’est plutot inspirant de voir justement comment des personnes de mon age ont su gerer leur entreprenariat, dans un domaine creatif en plus, sans sortir d’une école de commerce, car cela n’a rien de simple ou d’évidant.
        J’aime bien ce blog,c’est une pause sympa, ces derniers temps tu as en effet beaucoup diminué les pubs, cela se voit et c est bien cool! Allez bonne continuation !

  43. C’est vraiment dommage que toutes les grandes blogueuses refusent de se faire appeler ainsi au contraire elles devraient être fières de ce qu’elles ont accompli avec un simple blog au départ ! Il y eu déjà Betty dans son interview pour Paulette qui le refusait (alors que dans son cas c’est bien son job à plein temps) je pense que si les blogueuses affirmaient déjà haut et fort qu’elles sont fières de ce qu’elles font ça changerait déjà la donne… En résumé j’aime le contenu de l’article mais beaucoup moins le titre …

  44. C’est tellement enfermer les gens dans un carcan ce mot…

  45. Après une certaine “Valentine” maintenant Eleonore

    Honnêtement je ne vais pas te plaindre, il y a bien pire dans la vie que se faire traiter de blogueuses.
    Tu as plein de privilèges, reconnais-le, quand l’office de tourisme du Canada ou un château d’Angers t’invite, as-tu payé la totalité ? C’est un peu injuste, car tu n’es pas une professionnelle du tourisme, il y a des gens qui ont fait des études pour ça et qui galèrent à trouver un job dans leur domaine.
    Et les blogueuses tranquilles, elles déboulent et on leur offre/invite.
    Les stylistes aussi se plient en quatre, alors qu’eux ont fait des études et ont aussi galérer pour se faire connaître. Maintenant ils doivent se mettre au goût du jour pour plaire à ces blogueuses pour qu’elle fasse juste de la pub.
    C’est d’une tristesse.
    Surtout que vous n’êtes pas dans le besoin, on vous offre plein de trucs mais vous ne manquez de rien : vêtements (vous en avez tellement que vous êtes obligées de les revendre), voyages, hôtels, soirées…et j’en passe. Moi j’ai pas tout ça et je ne suis pas la seule.
    Désolée pour mon avis négatif mais c’est ce que je pense!

    • Ahlala ça c’est bien français de penser qu’il faut forcément avoir fait des études dans un domaine pour être légitime, dans les pays anglo saxons seul le mérite et le résultat compte. Ca a ses travers mais on devrait en prendre un peu plus de la graine tout le monde y gagnerait.

      Tu mélange un peu les choses tu sais, concernant les offices du tourisme et hôtels qui m’invitent, ils le font pour de la communication, il ont besoin d’un support médiatique pour promouvoir leur destination. Les journalistes qui parlent de destinations dans les magazines ne sont pas non plus des professionnelles du tourisme et elles sont invitées tout pareil pour découvrir et parler d’une destination.

      Ne mélanges pas tout 😉

      Et puis oui, il y a bien pire dans la vie que se faire traiter de blogueuses tu as raison, ça n’empêche qu’on peut s’interroger sur le sujet. Je ne me plains pas non plus je me pose des questions c’est différent.

      • Me faire traitée de française, tu n’as que ce mot à la bouche ?
        J’accepte ma nationalité, j’accepte d’être une française râleuse de chez râleuse. Et fière de l’être.
        Désolée de dire des vérités, ce n’est pas parce qu’en Angleterre ou aux USA que c’est comme cela que c’est bien. Femme sandwich faut le reconnaître c’est ce que vous êtres finalement. Au gré de tes photos de promenade dans Paris, tu mentionnes toujours la marque de ton pull ou de tes ballerines.
        Mais Pourquoi ? Pourquoi pourquoi pourquoi ? Ce n’est pas pour présenter la beauté des lieux ?

        Oui cela me choque que des blogueuses non qualifiées soient invitées surtout que ce n’est pas LEUR DOMAINE.

      • Euh ce n’était pas une insulte, c’est vrai que c’est une mentalité assez française et non je n’ai pas que ce mot à la bouche pourquoi une telle agressivité ?
        Au départ sur mon blog je ne disais pas d’où venaient mes vêtements et on me le demandait systématiquement en commentaire, donc j’ai pris l’habitude de le dire.

        Tu m’as l’air bien énervée…

    • Excuse moi Brigitte, mais je te trouve un poil (de mammouth le poil) méprisante… Quand tu parles de “blogueuse tranquille”, haha mais je me gausse. Certes nombreuses se contentent d’un selfie devant un miroir, mais les nanas comme Elodie ou Lisa par exemple de Make My Lemonade sont loin d’être tranquille dans l’élaboration de leur contenus. Essaye pour voir…

      Et si elles en sont là aujourd’hui c’est bien grâce à leur talent et non à un opportunisme démérité découlant d’une mode bloguesque (oui je me prend pour une pigiste avec mes néologismes). En 2013 il y avait des millions de blog crée chaque jour (source http://bit.ly/1MFbVfM), très TRES rares sont celles et ceux qui ont sû tirer leur épingle du jeu.

      Si tu crois qu’il faut avoir fait des études pour être légitime, certes je te rejoindrais volontiers sur des métiers tels que médecin, astronaute ou paleontologue mais pour tout ce qui se rapporte à l’art (dans ses grandes largeurs, le cinoche, la musique, la mode, l’art de vivre quoi), ce qui prime c’est la singularité, la créativité, l’inné plus que l’acquis… Des choses qui ne s’apprennent pas dans un amphi, mais à l’école de la vie. En quoi Elodie enlève à une élève de l’atelier Chardon par exemple quoique ce soit ? Si ses goûts vestimentaires (et pas que ; son ton, son univers…) séduisent des milliers d’internautes, tant mieux. Il y a de la place pour tout le monde sur l’internet mondial. C’est le principe du web. N’importe qui peut faire le buzz demain, et c’est ça qui est génial.

      Après dix ans de blog, tu crois pas que si elle était un imposteur, son blog aurait été desserté par ses lecteurs ? Tu les prends pas un peu pour des débiles tous ses followers en suggérant qu’elle est non qualifiée (et que donc par là, suivre ses tendances serait absurde, pour rester polie) ?

      Excuse moi hein, mais ta réflexion pue le mépris, un peu l’aigreur et beaucoup le cynisme.

      Moi je fais confiance à mon libre arbitre, et celui des internautes. Si on suivait ta pensée je ne compte pas le nombre de talents autodidactes qui n’auraient pas pu nous en foutre plein les mirettes (Tarantino n’a jamais foulé le sol d’une école de cinéma, Portman a décroché son premier film après avoir été repérée dans une pizzéria, Stromaé n’a jamais pris de cours de chant… Etc)

  46. En toute sincérité, je suis à mille lieues de ces préoccupations !
    Je suis quelques blogs, mais désormais plus axés vers une vie plus saine, écolo, minimalistes… du coup la société de consommation qui se regarde le nombril, qui s’offusque ou qui cautionne des “femmes sandwich” et autres consorts me passe un peu au dessus…
    Donc en gros, je lis les blogs que j’aime, pour leur contenu, visuels… et quand un blog ne m’intéresse pas, je n’y vais pas tout simplement ! Regardant peu la télé et pas du tout youtube (autant j’aime lire un article de blog, autant passer 15 minutes devant une vidéo de blabla me soule!!!), je ne suis pas très informée des potins et autres buzzs et c’est très bien comme ça ! 🙂
    En conclusion, continue de faire ce que tu aimes, et pose toi un peu moins de questions, la vie est simple quand on ne se prend pas la tête! 🙂

  47. Hello je suis de celles qui s’insurgent lorsque j’entends cette phrase. Mais cependant non je ne vais pas te taper dessus, ou te jeter mon mépris à la figure. Pourquoi? Car la manière dont tu explique les choses est assez nuancée et essaye d’être plus poussée que le fait de mettre tout le monde dans le même sac.
    Car souvent, c’est comme ça que je prends le fait de dire “Non je ne suis pas blogueuse”. Les choses que tu évoques explique bien cette envie de rejeter tout ce que peut évoquer de négatif l’activité du blogging. En France on aime bien les étiquettes donc on met tout de suite les gens dans une case en niant la multiplicité de leur personne.
    “Je ne suis PAS QUE blogueuse” me semblerait plus judicieux et plus juste pour les nénettes qui ne sont pas que assoiffées d’argent et qui font vraiment cela par passion.
    Le blog le support qui permet à beaucoup de montrer leur multiple talents et tout rejeter en bloc c’est un peu cracher dans la soupe pour moi.
    J’espère avoir pu exprimer un point de vu assez nuancé pour que tu ne le prennes pas comme une agression et je serais ravie d’aller plus loin dans la discussion

    • Le truc c’est que pour moi ça va plus loin que “je ne suis pas que blogueuse”, la blog représente 1/5e de mon activité c’est donc loin d’être la 1e chose qui me définit 😉

      • Oui c’est ce que j’avais bien compris dans ton article. Mais en France malheureusement, la multiplicité des talents n’est pas quelque chose que l’on encourage. Il faudrait se contenter de rentrer dans une case pour toute la vie et puis c’est tout. Et la lecture de certains commentaires n’encouragent pas en effet à revendiquer quelque chose que l’on ne devrait pas revendiquer au final ou détester.

        Cela m’attriste un peu de voir si peu de richesse dans les débats, tout devient vite tout noir ou tout blanc. Ce j’aime dans la blogosphère ce que justement les premières à être les plus ouvertes d’esprits et à promouvoir les multiples talents de chacune ce sont certaines blogueuses entre elles. Ce n’est pas vrai pour tout le monde hélas mais ça cela se vérifie quand même un peu.

        J’aime à croire que l’on pourra changer cette vision de la blogosphère si on s’y met vraiment. #BisounoursPower

      • Coucou,

        Je me permet de poster ici un petit commentaire. Bon, je suis belge. Disons le d’entrée. Pour ce qui est de la critique. Je ne me considère pas différente des français.

        Quant au sujet, je rejoins pas mal de commentaire en disant que je me sens de plus en plus matraquée par les articles sponsorisés et parfois les sujets des articles sponsorisés qui n’ont de prime abord pas de réel rapport avec ce que moi, en tant que lectrice je viens chercher sur certains blogs.

        Evidemment, ça ne touche pas tout le monde. Et à vrai dire, je ne regarde plus que les blogs sur lesquels je me sens bien. Et où je n’ai pas l’impression d’être un pigeon. Quand j’arrive sur un blog, j’aime me plonger dans un univers, de part son contenu. Qu’il soit plus axé photo, texte ou même ambiance.

        Je n’ai aucun problème avec le mot blogueuse en soit. J’ai en effet un peu de mal maintenant à dissocier le “vrais” contenu (disons neutre) d’un contenu influencé. Et c’est ça qui me chagrine.
        Je suis graphiste, illustratrice et je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas avoir plusieurs étiquettes professionnelles. C’est comme si je ne pouvais pas aimé faire du tennis et faire de la plongée en même temps. Combien de personnes n’ont pas un second travail sur le côté. En quoi est-ce choquant de se dire graphiste et serveuse ?

        Ce n’est pas une tare, d’ailleurs j’ai un peu de mal à l’inverse, quand une blogueuse le renie. Il me semble que c’est Lisa qui dans une interview disait qu’elle n’était pas une blogueuse. Elle est blogueuse, elle est connue grâce à celui-ci, mais elle est aussi entrepreneur, styliste, …

  48. Bonjour !
    Je ne commente pas souvent (jamais même je crois), mais je suis ton blog très régulièrement, j’aime ta liberté de ton, tes belles images, ton petit grain de folie… De manière générale les quelques blogs que je suis sont pour moi une source d’inspiration créative, je m’y retrouve car j’ai affaire à des personnes qui me ressemblent et qui pourraient presque être des ami(e)s dans la vraie vie… et je me tâte d’ailleurs régulièrement à ouvrir MON blog.
    Alors non, être blogueuse ce n’est absolument pas péjoratif, bien au contraire ! D’ailleurs on voit de plus en plus de références aux blogueurs/blogueuses dans les magazines papier, signe que vous êtes bien dans l’air du temps.
    Bonne continuation et merci pour tes articles !
    Juliette

  49. malheureusement oui, le terme est devenu assez mal connoté pour moi, et pourtant je travaille avec quelques unes (le fait d’avoir une marque d’accessoires) triées sur le volé qui sont pourtant adorables et font un travail de qualité.
    C’est peut être du au fait qu’en France on critique tout tout le temps (et moi j’habite en Espagne, mais je m’en rends compte…)
    J’étais outrée de voir à quel point la télé n’évolue pas et est en train de devenir obsolète avec la prestation de Natoo chez Ruquier.
    Après c’est vrai qu’il y a des blogs de mode qui font de la merde (pardon), des textes bourrés de fautes et vingt photos pour des trucs achetés chez Zara sans aucunes créativité. Pour toi ce n’est bien évidemment pas le cas… Je ne sais pas comment on pourrait faire changer la chose…tu devrais peut être simplement te presenter comme “entrepreneuse”.
    Allez, bonne journée!

  50. Bonjour,
    Personnellement je ne trouve pas que le terme “blogueuse” soit péjoratif. Certes je ne suis pas blogueuse, mais je trouve que les “blogueurs/euses” font pour la plupart du super job. Certains en font leur job á plein temps etc. Pour moi cela ne rime pas avec “glandueuse”. Je pense que vous vous prenez un peu trop la tête lá.

  51. C’est vrai qu’il y a beaucoup de préjuger sur les “blogueuses” mais je pense qu’il ne faut pas avoir honte car c’est une chance d’avoir un blog qui marche car beaucoup de gens aimeraient avoir une communauté ! Mais ne donne pas autant d’importance au mot c’est justement un MOT et rien de plus, les gens pensent ce qu’ils veulent et si ça leur plaît pas ce que tu fais c’est leurs problèmes ! 😉

  52. Je tiens un blog depuis de nombreuses années (en fait ça fera 10 ans en mai 2016 pour être précise). Autant te dire que je constate l’évolution du milieu et, pourtant, je n’ai rien vu venir. Hier encore, on bloguait parce qu’on aimait écrire et on ne faisait pas commerce de son espace. Ce n’est pas une critique, je trouve chouette que des personnes vivent de leur blog. Sans langue de bois, ça ne me déplairait pas non plus dans l’absolu. J’ai mis vachement de temps à assumer mon blog auprès de la vie réelle parce que j’y écrivais des choses personnelles que je préférais partager avec une certaine communauté. D’ailleurs, aujourd’hui j’ai plein d’amis que j’ai connus via blogs interposés ! J’aurais pu dire assez facilement il y a quelques années que j’étais blogueuse, aujourd’hui cela me semble compliqué pour la simple raison que c’est désormais davantage connoté à un métier. Or, ce n’est pas le mien. On imagine tout de suite le côté professionnel de la chose. Toutefois, je n’y vois rien de négatif. La blogosphère a évolué, et elle embarque avec elle celles et ceux qui font des vidéos sur YouTube. Après, c’est typiquement français de dénigrer ce monde-là. On a la critique facile, on croit, à tort, que ça fait de l’ombre au journalisme, on ne peut pas s’empêcher de se comparer les uns aux autres, c’est de la pédanterie bête et méchante. Enfin bon, moi, de toute façon, je suis complètement dépassée par tout ça. Je continue mon blog à 50 visites quotidiennes en postant trois fois par mois et ainsi va la vie.

  53. bloguer c’est avant tout une passion on oublie souvent ça…bel article

  54. Hello,

    Article bien triste.. J’espère que tu es fière de tes differentes casquettes.
    En tout cas, ce que je vois c’est que c’est surtout les blogs beauté qui sont critiqués, qui font polémiques..
    Bon après j’imagine que les journalistes qui critiquent font pareil pour leurs propres collègues.
    Ta photo est bien choisie, je m’imagine ce millieu comme ça (journalistes mode) perso je pense que c’est pour ça aussi que les blogs marchent autant, on va pas commencer a pleurer ou elles.
    Il y a pleins de blogs politiques qui marchent et on ne voit pas tf1 les critiquer comme pour les blogs beauté.
    Pour finir, je pense que c’est un faux débat, et que et pour l’uns et pour l’autres il faut rester concentrer sur ses passions. Pour les opportunistes et bien c’est la vie, et j’ai l’impression que tu as fais exactement ce que les journalistes vous font a ses filles.
    Le contenu est roi, non!?

  55. Moi j’aime plutôt parler d’influenceurs (regroupant blog devenu média, youtubeur, page Facebook, compte Twitter ou Instagram à forte audience). Tu intéresses les marques parce que les contenus que tu publies sur ton média sont “trustés” par ton audience. Les médias traditionnels sont jaloux de ce succès spontané mais il est indéniable. Les influenceurs offrent une version de l’information basée sur leur expérience et n’est-ce pas ce dont on a réellement besoin ? Les journalistes sont soumis à des exigences de leur rédaction alors que toi tu es libre, les journalistes ont étudié pour apprendre à faire ce que les influenceurs font (de manière plus ou moins maîtrisée) par passion, avec des revenus défiant parfois toute concurrence. La question de la légitimité des influenceurs ne se posera bientôt plus car ils répondent à un besoin spécifique des internautes, celui d’apporter un point de vue subjectif totalement assumé !

  56. Bonsoir,
    Très bel article qui résume bien le contexte actuel.
    J’ai créé mon blog il y a peu, juste par passion pour l’écriture. Je ne compte pas en vivre et j’ai un travail à temps complet. L’écriture est pour moi un moment de lâcher prise aussi je fais part de mes états d’âme et mes coups de coeur sur la toile. Juste pour l’échange et le partage d’expériences. Et si un jour je trouvais un éditeur pour mon roman et bien ce sera la cerise sur le gâteau. Mais pour l’instant il y a encore beaucoup de chemin à parcourir.

  57. Un très bel article bravo

  58. – qui lui rendent ses lettres de noblesse 🙂 xx

  59. Très bel article! Il est clair que le statut de “blogueur” est compliqué en ce moment, mais ce sont des bosseurs comme toi-

  60. Je ne sais pas si tu liras ce commentaire mais blogueuse ou pas blogueuse, finalement, on s’en fiche. Tu as de nombreuses activités et tu le transmets au travers de ce blog.
    Tu ne sembles pas déconnectée de la réalité. Tu partages tes joies, tes doutes, tes questionnements (ton billet précédent était brillant!). Tu annonces clairement la couleur quand tu as reçu un cadeau d’une marque et tu as un fil conducteur depuis de nombreuses années.
    C’est ce que j’apprécie sur ce blog et ne retrouve pas sur d’autres.
    J’étais une grande lectrice de blogs et finalement aujourd’hui, je n’en lis quasiment plus à part le tien, celui de Make My Lemonade et Un Beau Jour.
    On peut associer tout et n’importe quoi au mot “blogueuse” et moi, je te définirai plus comme “blogueuse/journaliste/rédactriced’un monde enchanté/décomplexicitre de la mode et du style (même si ça n’existe pas) /photographe /bonne copine de milliers de filles qui partage ses bons plans /dénicheuse de trucs géniaux…. et j’en passe!”

  61. Comme tu le soulignes, cette image vient aussi de certaines blogueuses/youtubeuses. Quant je vois des “petites jeunes” déballer des monceaux de colis, se lever à midi, faire du placement de produit et des partenariats à gogo tout en ne “faisant rien de leur vie” car bien sûr en toute bonne youtubeuse (surtout) il faut arrêter ses études, je suis perplexe. Alors moi, lectrice lamba, non blogueuse, non youtubeuse, je me demande quel est ce monde où tu peux être payé d’un chèque à plusieurs zéros, où tu reçois des tonnes de produits gratuitement que tu essayes de faire acheter à des cruches comme moi et où tu fais des vidéos “mise au point’ car ta communauté a osé trouvé à redire.
    Je pensais que c’était une question d’âge mais en fait non. J’aime bien Enjoyphoenix (même si je suis tout sauf sa “cible”) même s’il est vrai que j’ai plus d’affinités avec ce que font les blogueuses/youtubeuses plus âgées. Ce qui n’est pas un gage d’authenticité non plus d’ailleurs. Dernièrement, j’ai été très choquée par une campagne sur des blogs mamans. Le projet s’appelait “une école pour lina”. Des blogueuses ont été payées pour faire un faux article s’indignant d’une fausse vidéo. Choquée d’être sciemment prise pour une imbécile (nous faire croire que la dite blogueuse s’indigne alors qu’en fait on l’a payé pour s’indigne), choquée qu’un seul billet soit payé presque la moitié d’un SMIC…
    Mais jamais je n’ai ressenti ce sentiment chez toi. Ton blog est intéressant. On voit que tu y passes du temps et, qu’au travers de l’écran, on perçoit bien ta personnalité. Je pense que les lectrices savent faire la part des choses. Nous ne sommes pas dupes.

  62. “Pour être tout à fait transparente, il fut un temps où mon blog me rapportait 1000€ net par mois grâce à la pub. Comme je gagnais un peu ma vie avec ça, je consacrais à mon blog la moitié de mon temps. Aujourd’hui il me rapporte peu, je ne peux donc plus y passer autant de temps qu’avant car il faut bien manger. C’est un peu frustrant mais c’est comme ça.”

    Donc, tu nous as dit que tu ne souhaitais pas que l’on te résume à une blogueuse, mais tu aurais pu en être une à quasi 100% du temps, d’après ce que tu dis, ou j’ai mal compris ? Parce que du coup, j’ai du mal à comprendre… Tu aurais voulu vivre de ton blog ?

    • Non en réalité je n’ai jamais voulu vivre complètement de mon blog, quand ça devient un travail à plein temps ce n’est plus la même chose. Mais gagner de l’argent avec une activité permet d’y consacrer du temps, du vrai et donc de faire les choses mieux. Et c’est cool. Je n’ai jamais voulu n’avoir que ce blog dans la vie, c’est trop aliénant de vivre de ça 😉

  63. J’avoue que j’ai du mal à dire que je tiens un blog. Soit parce que les gens pensent encore à l’époque skyblog soit pour les raisons que tu évoques. J’ai plus peur qu’on me critique, qu’on me dénigre et qu’on pense que je suis une débile plutôt que d’être super fières quand je ne connais pas les gens. Parfois je suis surprise qu’on me dise oh mais c’est trop bien ce que tu fais! et là je suis vraiment contente. Mais j’avoue que j’ai plus tendance à essayer de le cacher.

  64. Une blogueuse de mon point de vue purement technique, c’est une fille qui tient un blog. Bon, après, j’en suis moi même une, même avec mon peu de lectorat, je ne le revendique pas mais je ne vais pas le cacher non plus, de toutes les manières, je me fais déjà pas mal dénigrer parce que je fais de la BD et du jeu vidéo (et faire au sens littéral pour le jeu vidéo aussi bien évidemment), du coup après avoir passé pas mal d’années à tenter de me justifier constamment, j’en suis au stade où je m’en fiche et j’assume, parce qu’après tout, je fais des choses qui me plaisent contrairement à certaines personnes qui, pour bien se faire voir, font un boulot qu’ils n’aiment pas.

    bref bref bref, voilà mon avis, mais ce n’est évidemment qu’un avis ^^

  65. Au début j’adorais les blogs, car c’était un espace de partage et d’échange privilégié, mais maintenant les blogs sont devenus aussi de grosses machines à fric… Tout se ressemble : le design, les photos, le profil des blogueuses, les sujets abordés… Je me dis qu’on pourrait s’amuser à intervertir les articles, on n’y verrai que du feu…
    Je ne me reconnais pas non plus dans 90% des blogs féminins, trop girly à mon goût, et qui souvent nous servent les mêmes clichés éculés sur la femme… Je pense que ça joue aussi sur l’image des blogueuses, et pour tenir aussi un blog en plus de mon auto-entreprise je sais très bien le travail acharné que cela demande… Le problème c’est qu’aujourd’hui tout devient une course à l’échalote pour absolument se faire connaître et avoir le maximum de lecteurs ou de fans, et cette surenchère devient délétère à terme. Du coup je deviens de plus en plus déçue par les blogs car je ne retrouve plus cette fraîcheur et cette nouveauté parfois un peu naïve que je ressentais au début. Et je parle d’un temps où il n’y avait pas facebook, on parlait de tutoriel et non pas de do it yourself (terme qui devient complètement vidé de son sens aujourd’hui), les blogs étaient super moches ^^ mais j’y apprenais énormément de choses.

  66. Moi je dis que ça se voit tout de suite quand on fait du bon travail peu importe l’étiquette. On peu trouver à redire sur toutes!!!!
    mais encore j’aimerais
    te rencontrer pour te montrer ma collection Gare à Laura ! je fais un jeu en ce moment ou vous pouvez gagner du Gare à Laura n’importe qu’elle pièce de ma collec “comme à la maison” . je vois que temps vous manque, mais please please please ……..

  67. J aime bien ton article comme toujours sans détour, mais justement comme tout le reste de ton blog tu peux en être fière …
    Mon blog est beaucoup plus petit que le tiens alors c est peut être pour repondre a l adage “ce qui est petit est mignon” mais j aime bien être dans la grande famille des “bloggeuses” par ce que ça défini ma passion. C est une activité source de joie (c est pour ça qu on le fait d ailleurs) je tiens un blog, je fait de la couture, de la cuisine et quand j en parle ça me fait sourire . ceux qui ne sont pas réceptif a ça c est souvant par jalousie … Alors on va pas rougir de ce qu on fait (surtout quand on le fait bien) pour des cons qui vous jalousent et vous meprisent … Si toi tu n en n est pas fière , j en suis fière pour toi. Tu es une blogueuse de talent …

  68. On ne se moque jamais des blogueurs.

  69. Salut !
    C’est marrant parce que pour moi blogueuse ça n’a rien de péjoratif, au contraire, je trouve ça plutôt classe d’être blogueuse 😉 Après c’est sûr que la plupart des gens n’imaginent pas tout le travail qu’il y a derrière !

    Par contre je suis d’accord que les médias traditionnels attendent toujours un faux pas d’une blogueuse pour lui taper dessus. Il n’y a qu’à voir le scandale du masque d’EnjoyPhoenix : Marie-Claire c’est fait un plaisir de lui en mettre dans la figure alors qu’ils avaient publié le même masque un an avant !!

    • Oui la paille la poutre, les médias tradis sont spécialistes ! Y a aussi qu’à voir Ruquier dire à Natoo que les chiffres sont pas clairs sur youtube (l’audimat à la télé pas de soucis par contre).

  70. Pour moi le mot “blogueuse” était positif quand j’ai commencé à m’y intéresser (je me cherchais en terme de style, avais besoin de prendre des conseils beauté.. je voulais élargir mon champs des possibles dans plusieurs domaines). Et puis j’ai commencé à faire le tri (dans les blogs) car oui cela devenait une vitrine de marques, pour la plupart inaccessibles et une sur-consommation qui me donnait la nausée. Quand on voit certains dressings, c’est juste indécent. Alors effectivement, le mot “blogueuse” est devenu négatif car il est passé d’un partage d’expérience avec des lectrices à une vitrine de vêtements, maquillage et voyage qui représente pour certains et certaines une année voire plusieurs années de travail…(“ah j’ai encore craqué pour ce sac qui coûte 2000€ et c’est mon sixième!!!!”).
    Ton blog n’en fait pas parti et reste parmi le peu de blogs que je continue de suivre.
    Bravo pour ton parcours et l’entrepreneuriat reste une excellente chose quand cela ne devient pas déviant.

  71. On va appeler un chat un chat,
    Oui tu es blogueuse parmis tant d’activités que tu as. Apres tout tu t’es fait connaître et a pu construire des tas de choses grâce à ce blog.
    Seulement à différences des minettes râteliers dont tu parles, tu as réussie à construire quelque chose, je parle d’un beau jour par exemple.
    Il est évident donc que pour ceux qui te connaissent et te suivent savent faire la différence entre la Eléonore qu’on suit à travers son blog et d’autre activité et les autres petites minettes,
    Ne t’inquiète pas, les gens qui suivent un peu ce qui se passe sur la toile je pense ne sont pas dupe.

    • Oui c’est vrai tu as bien raison, et j’aurais tort de cracher dans la soupe. En vrai ce n’est pas ça le soucis. Récemment je suis passée dans une émission de télé (je l’ai pas trop dit haha) et ils voulaient écrire “Eleonore Bridge, blogueuse” et ça m’a posé un problème, je n’avais pas envie que ce soit la seule chose qui me définisse, j’ai demandé “entrepreneur” ça me semblait plus juste. Mais je me pose peut être trop de questions (et je suis peut être un peu trop fière je sais pas)…

      • ben non, c’est assez logique, j’imagine qu’un producteur / réalisateur / comédien préférerait qu’on mette ses trois casquette sous son nom plutôt que seulement comédien, idem pour une coiffeuse / maquilleuse, ou un peintre / écrivain bref, tous ceux qui ont comme toi plusieurs casquettes.
        Blogueuse, outre le sens péjoratif que certains y voient, c’est aussi super vague tellement ça peut regrouper de choses. Blogueuse quoi, d’abord ? mode , voyage ? inspiration ? photo ? Rien que pour mettre un terme qui préciserait le sujet de ton blog on serait déjà bien emmerdés alors si en plus faut écrire juste “blogueuse”, je comprends que ça te chiffonnes 😉

      • Non je pense que tu as eu raison de les faire modifier, et ca ne te rend pas “trop fiere”.
        Si tu compares ca avec une autre situation : j’ai ete caissiere pendant mes etudes comme bcp d’autres personnes, et franchement ca m’aurait carrement saoule qu’on dise “Je te presente Florie, elle est caissiere”. Ben non, je suis d’abord et avant tout etudiante en XXX, et caissiere c’est juste un a-cote (je vais pas jusqu’a dire que c’est un hobby :p). Et c’est comme toi au final : tu es d’abord entrepreneur (de choc !!) et ton “a-cote” c’est le blog, mais c’est pas ca qui te definit.

      • Ok merci, c’est pas facile de se définir 😉

  72. Tu sais, les mecs de la télévision comme Ruquier ont la rage car ils ont bien compris que youtube et internet en général récoltent beaucoup plus de succès auprès dès jeunes que la télévision. La preuve avec TF1 qui a dû recruter une youtubeuse pour espérer faire un minimum d’audience. La télévision c’est hasbeen maintenant, dans quelques années plus personnes ne la regardera… Donc ne te fais pas trop de bile et ne te plains pas car tu es critiquée par des gens jaloux, c’est juste la rançon de la gloire!

  73. Bonsoir,

    Selon moi, une “blogueuse” doit me vendre du rêve.C’est la magicienne des temps modernes. Elle apparaît et disparaît grâce à ses articles. Elle reste elle même, elle ne veut pas être originale, ni même ressembler aux autres.
    Si tu fais ce que tu aimes, c’est cool car moi j’adore ton blog. Ahhh

    Bonne soirée
    Bisouille

  74. Pour moi, une “blogueuse” est une personne qui tient régulièrement un blog suffisamment influent et visible pour qu’elle puisse en tirer des revenus. Ça n’est pas négatif, c’est même au contraire vraiment chouette tant que le blog ne devient pas un genre de mauvais magazine féminin avec plus de pub et de placement produit que de contenu.

    Un nouveau titre est apparu depuis quelques temps sur les profils des jadis “blogueuses”, celui de “digital influencer”. Ça, pour moi, est beaucoup plus négatif. Les blogs de ces personnes sont devenus de plus en plus impersonnels. Chaque photo sur instagram, chaque article sont des placements produit ou de la promotion d’événement. Et ce sont rarement des choses abordables. Et c’est parfois tellement gros que ça en devient ridicule. Je suivais très peu de blogs, mais aujourd’hui j’ai presque tout abandonné tellement c’est devenu insipide, sauf la poignée de blogueuses (pardon) restées fidèles à leurs univers.

    Ça n’est pas parce que certains journalistes sont des abrutis qu’il faut avoir honte de ces étiquettes. Il y a tellement de blogs, de gens qui aimeraient “percer”, que pour moi, pouvoir accéder à ce statut est plutôt une fierté, n’en déplaise aux jaloux.

    • Je pense que le terme “digital influencer” est venu s’ajouter car certaines personnes ont une communauté qui va au delà du blog : twitter, instagram, etc… C’était trop réducteur blog, il fallait un autre terme. Bon après “influencer” ça sonne pas bien en français l’influence a aussi une connotation un peu négative

  75. Pour moi ce site est un support de communication via lequel tu partages des découvertes, des lieux, des humeurs, et le look est un bonus. Ca s’appelle un blog, pour autant blogueuse, non.
    Blogueuse influente, je crois que c’est la pire formule. Taxée d’opportuniste, sans travail, sans formation, sans efforts.
    C’est un vrai travail, et plus crevant qu’un travail, loin d’être la panacée, d’avoir une sécurité, les doigts de pieds en éventail.
    Et en plus tu as 4 personnes sur ton navire.

    Moi je reste scotchée par les profils “c’est décidé, je deviens blogueuse pro”. Avoir un statut d’auto-entrepreneur, ce n’est pas avoir du cash à la fin du mois. Le fantasme de l’argent facile a longue vie, d’ailleurs pour certaines, ce sera le choc au 15/12 de devoir payer des impôts basés sur l’habitation. Pas sûr que ce soit si intéressant de devenir blogueuse.

  76. Je n’ai pas lu tous les commentaires alors désolée si je suis redondante mais tu ne devrais pas être honteuse car il y a forcément des bons et des mauvais blogueurs (et chacun son curseur). Moi, je considère que ma vie a beaucoup changée depuis que je lis des blogs justement (et j’ai 36 ans pas 22 donc j’ai passé quasi 18 ans sans internet et probablement 10 de plus sans les blogs)
    Mon évolution vers plus d’écologie, de féminisme et un tas d’autres choses passe par les blogs Je ne lis quasi plus la presse féminine, qui tourne en rond, regarde beaucoup moins la télé, pour les mêmes raisons et au final, même si il faut savoir trier et rester critique , (mais comme pour tout) c’est les blogs qui nourrissent mon quotidien (enfin attention, j’ai une vie hein) parce qu’ils donnent accès à une infinité de pensées et permettent un large partage qui n’existait pas avant à moins d’avoir beaucoup de temps libre et d’argent ( pour les recherches et l’achat des livres et magazines par exemple)
    Ce que je vais écrire ne va peut-être pas te faire plaisir mais je n’aime pas tellement la mode que tu portes, déteste tout ce qui est disney, pin’s .. mais j’adore ton blog pour les autres articles, ta personnalité si forte et tes posts atypiques. Soit fière d’être aussi blogueuse, bon sang! 🙂
    Désolée pour le pavée, Bye!

  77. salut !tu rejoins la décision prise par fanny d’une touche de rose non pas de ralentir et varier tes posts mais de réfléchir sur un phénomène de société .Dis à tes détracteurs de prendre du temps pour rédiger un article correct sur ce qui les passionnent régulièrement avec photo et vidéo ils reverront leur point de vue ;quant aux journalistes de presse écrite le seul article auquel j’ai apporté mon expertise s’est transformé en un magma informe bourré de contresens (l’auteure par chance ne m’a pas citée dans ce magazine sinon honte assurée).
    De la même façon que tu citais certains détracteurs anonymes retiens plutôt l’engouement que j’éprouve pour tes écrits et travaux visuels;)

  78. moi non plus je n’aime pas cette question ‘ah vous êtes blogueuse ?’ je réponds carrément non. Je suis assistante de Fifi Mandirac, je suis modéliste, je suis la femme de mais je suis pas blogueuse, je tiens un blog qui parle de tout ça par contre. mais ça va on m’emmerde pas parce que mon blog est anti-pro, il est volontairement médiocre (je suis la meilleure commerciale du monde) parce que c’est pas du tout mon activité principale, j’ai pas le temps de le rendre plus beau, et de toute façon mon ‘lectorat’ (ahah) l’aime comme ça. en revanche oui j’accepte quasiment tous les partenariats parce que j’ai vraiment un salaire de chiotte et je suis bien contente d’avoir des extras, notamment pour ma fille et pour ma maison. ça c’est un choix personnel, totalement assumé mais je vois très bien ce que tu veux dire.

    • C’est vrai qu’on fait ça pour des raisons diverses et variées, activité principale, secondaire, pour gagner des sous ou se faire plaisir. La frontière est souvent mince, c’est pas facile de mettre tout le monde dans le même panier du coup 😉

  79. J’ai parfois un peu le même ressenti que toi..
    Je pense qu’on peut en être fière mais la manière dont cela est souvent abordé fait que parfois moi aussi je suis presque mal à l’aise vis à vis de ça. Blogueuse ne me défini pas mais certains l’oublient et certaines marques les premières qui pensent qu’on a “que ça faire”, à être dans l’attente d’elles, limite … puis certaines minettes qui ont ouvert un blog il y a trois heures, déjà en chasse de produits gratuits .. rahhh .. j’ai crée ma propre marque de pap récemment et qu’est ce que je reçois !!! Mon dieu !!
    Une tendance qui se résume pour beaucoup à la glande, à la belle vie .. alors ça attire les “greluches” ! Mais un blog c’est qu’une façade et elles imaginent souvent pas le travail qu’il y a derrière ! Les journalistes .. c’est souvent pareil ! La plupart pense qu’on “ne mérite pas tout ça” et nous dénigrent ..
    Enfin, bon .. les blogs prennent de plus en plus d’ampleur et les opinions changent ! Heureusement, on va y arriver !

    • Oui après j’imagine que toutes les professions ont leur lot de “fumistes” 😀

  80. Je trouve ça vraiment dommage qu’on en arrive à avoir honte de ce qu’on est.
    Les youtubeuses maintenant s’appellent des “créatrices de contenu”.
    Un peu comme les caissières qu’on a appelé un moment “hôtesse de caisse”.
    Mais il n’y a aucune honte ! Ce n’est pas parce que certaines ont tirés sur la corde, que tout le monde est à mettre dans le même panier. Les blogueuses ne sont pas que en tort dans cette relation marque/blog. Les marques aussi ont voulu jouer.
    Et puis cette guerre entre le journalisme classique (magazine / radio / tv) et le journalisme du web. Comme s’il n’y avait pas assez de place pour tout le monde. Comme si l’un était plus talentueux que l’autre.

    En Belgique, je pense qu’on est tellement en retard par rapport à la France, que la question ne se pose pas encore vraiment. Et puis, nous n’avons pas de star système ce qui facilite les choses. Personnellement, si j’ai un peu peur de dire que je suis “blogueuse” c’est plus parce que ça a une connotation “adolescent sur skyblog”. Et puis quand je le dis, les gens ont l’air super curieux, dans le sens positif.

    C’est triste ce matraquage sur les nouveaux métiers du web, c’est peut -être un passage obligé ? Car le web, j’en suis persuadée, c’est l’avenir.

    En tous cas, sache que tu es (et restera) mon modèle. J’ai commencé à bloguer grâce à toi il y a 4 ans, et tu fais partie de ces gens que j’admire. Ces gens qui vivent de leur rêve et…. de leur blog ! Tu devrais être fière d’être une blogueuse 🙂 Une vraie !

    • C’est marrant le côté blogueur “adolescent sur skyblog” c’est l’idée que j’en avais au tout début il y a 10 ans

      • Ha Ha quand je te dis qu’on est en retard 😀

  81. Hello,
    Je ne suis pas convaincue par cette vision. 100% des métiers sont caricaturés et souvent dénigrés. Entrepreneur ? escroc, comm ? tu joues du pipeau, médecin ? menteur, journaliste ? c’est plus un métier… donc bon….
    Sauf qu’à la différence de ce type d’activité, blogueur peut être ou ne pas être un métier.
    Et c’est là que ça coince, certains tiennent des journaux intimes, d’autres développent des marques, certains restent campés sur le moi-moi, d’autres en font des terrains de jeux, certains sont des vierges effarouchées face aux marques d’autres ouvrent des galeries marchandes. On peut donc dire que vous êtes auteurs sur un support numérique mais aussi que vous faîtes de la real TV sponsorisé par des marques…
    Difficile de se faire une idée précise d’un métier qui est autant protéiforme. Un blog est un outil, point.
    Après c’est sur que si vous hurlez à la mort quand on veut vous mettre dans la case blogueur, cela n’aidera pas à bâtir une réputation qui valorisera ce métier.
    Je ne tiens pas de blog, je suis avec beaucoup de plaisir certains blogueurs. Je ne pose pas d’étiquettes sur ce métier, je m’en fiche royalement.
    Je crois que Garance Doré a voulu faire évoluer son activité au dela des étiquettes, sans revenir sur ce débat.
    Aux Us toute initiative entrepreunariale est respectée, autant les blogs que n’importe quoi d’autre. Ils sont beaucoup dans le “faire”. Ici tu peux faire mais il faut quand même que tu le fasses dans la souffrance et la prise de tête.
    Donc tu es ce que tu es, un auteur, une exploratrice de tendance, un mannequin à taille réelle, et le reste pffffff 🙂

    • Houla je te rassure je ne dis jamais ça quand on m’appelle blogueuse, c’est plus un truc que je ressens 😉

  82. Tu as bien raison. C’est peut-être parce que nous sommes en France quelque part très vieux jeu, et réussir à tirer un peu son épingle du jeu toute seule via un blog, le côté “self-made”, ce serait aussi un peu vexant pour les médias traditionnels.
    “Blogueuse” me fait penser aujourd’hui à la jeune fille qui passe son temps à se prendre en photo et à se mettre en scène constamment (ce qui n’est pas loin de l’image de certains Instagrammers), parce que j’ai l’impression que beaucoup de blogs n’ont au fond que très peu de contenu, ils se suivent et se ressemblent, et au final, donnent cette image très superficielle de la blogueuse au sens large.

    Et pourtant, je suis des blogueuses qui me plaisent beaucoup (comme toi) depuis des années, mais vous êtes sans doute un peu noyées dans la masse :/

    PS. Une petite souris (qui ne te lit pas) m’a dit que ton interview dans un podcast sur les pin’s Disney était super! Du coup il faut que je prenne le temps de l’écouter 😉

    • Ha ha oui il est marrant ce podcast sur les pin’s si tu as une heure à tuer tu vas rigoler 😀

  83. Pour ma part blogueuse n’est nullement péjoratif. Il s’agit d’une personne qui partage une tranche de sa vie, mais aussi ses réflexions, ses émotions via le net. Si on suit certains blogs c’est parce qu’on s’y retrouve mais aussi parce qu’on découvre des endroits, des décos, des coups de cœur.

  84. La critique est aisée, l’art est difficile bloguer c’est du travail !

  85. Comment je t’aime

  86. Hello Eleonore 🙂

    Tout comme toi, j’ai parfois un peu de mal à dire que j’ai un blog ou que je suis blogueuse beauté (et encore, ce n’est même pas mon métier…). Les gens ont une vision plutôt péjorative de la question. Pour eux c’est souvent quelque chose de futile. Beaucoup ne savent pas ce que nous faisons. J’ai eu beaucoup d’interrogations de la part de mes proches ou même de gens à des événements beauté : “et tu fais quoi ?”, “tu présentes des produits ?”, “on t’envoie des trucs et t’en parles” ?

    Qu’est-ce qui ne va pas chez nous ? On est en France. Je crois que le principal problème vient de là haha. Et la blogo n’est pas la seule sphère concernée par le soucis. Je le vois aussi à mon boulot (je bosse dans le handicap). Les gens sont étroits d’esprit et conservateurs.

    Par rapport aux journalistes, pour ma part, je n’ai jamais accroché avec leurs écrits. Je préfère largement lire les billets de nos blopines. Je trouve les articles des journalistes sans âme (même dans la sphère mode ou beauté par exemple). Ca ne m’a donc jamais attirée. Peut-être sont-ils jaloux de notre “liberté d’expression”, des opportunités que nous avons alors que, pour la plupart, ce n’est “qu’un loisir”. Je ne sais pas trop. Mais comme tu dis, ils nous ont bien sabotés 🙂

    Merci d’avoir soulevé ce sujet épineux ! Bonne soirée à toi !

    Aurore

    • C’est vrai qu’on vit dans un pays merveilleux où on ose parler des choses qui fâchent, après peut être qu’on laisse trop de place à la grogne et qu’on préfère critiquer plutôt que de voir le bon côté des choses. le prix à payer peut être je me rends pas compte des travers des autres pays.

  87. Coucou 🙂

    Perso, je suis blogueuse. Entre plein d’autres choses, oui, mais je suis blogueuse. C’est un mot qui me définit, comme d’autres, et que je ne considère pas du tout comme “péjoratif” mais plutôt réaliste, sans connotation. Tant qu’on assume ce qu’on fait, qu’on est fière de ce qu’on produit, je ne vois pas pourquoi on devrait avoir “honte” d’être blogueuse ou d’ interpellée comme telle, sous prétexte que d’autres blogueuses n’ont pas de scrupules… Après tout, on blogue par passion, non ? Parce qu’on aime ça ? Que ça nous procure du plaisir, de la fierté ? Alors pourquoi avoir honte d’une chose qui nous procure du plaisir, et dans laquelle on s’investit ? Juste parce que “certaines dans le tas assombrissent ce hobby” ? Juste parce que la presse nous descend, avec de mauvais arguments ? C’est triste, je trouve. Etre blogueuse c’est tellement plus que ça. Et lorsqu’on blogue, on le sait pertinemment…

    Et puis, les gens qui pratiquent le foot n’ont pas honte de dire qu’ils sont footballeurs parce que Zidane donne des coups de tête ou que x et y joueurs vont voir des p*tes de luxe. Les personnes qui bossent dans des banques n’ont pas honte de dire qu’elles sont banquières, malgré le scandale de Madoff et Kerviel, … etc. Pourquoi nous, devrions-nous nous-même réduire cette passion à tout ce qu’elle a de plus minoritaire et péjoratif, quit à se considérer “bien loin d’elle” alors qu’elle nous procure du plaisir et qu’elle est un de nos hobbys principaux ? C’est quelque-chose que j’ai du mal à comprendre, même si je respecte ton point de vue.

    Avoir un blog et être blogueuse apporte tellement de jolies choses : du partage, de l’échange, des rencontres, des opportunités, de l’expression, … Que pour rien au monde je ne laisserai ce que j’en vois de négatif, ou ce que j’en lis de pseudo négatif, faire en sorte que j’aie honte d’aimer ça, et de l’assumer. Et pire, pour rien au monde, j’aurais honte d’être blogueuse, juste à cause du regard des autres et de leur fermeture d’esprit.

    Bisous !

    • Oui tu as raison, je pense que l’avis des gens compte pour 10% dans mon ras le bol, en vérité on va dire que 80% c’est le fait que ce n’est que la partie émergée de l’iceberg de mon travail et que ce que je fais en dehors commence à plus me définir 😉

  88. Je comprends ton point de vue mais je ne le partage pas. Je pense que les blogueuses sont mal vues pour des raisons sexistes (“les femmes sont superficielles” et ce genre de conneries), ce qui me donne pas vraiment envie de m’adapter à mon interlocuteur pour lui donner raison. Le fait que le mot “blogueuse” soit connoté négativement me donne justement donne envie de le revendiquer haut et fort ! Et tant pis si les gens s’imagine des trucs, c’est leur problème. Car au final, être “blogueuse”, c’est tout simplement avoir un blog.

    • J’ai pas osé aller jusque là mais il y a beaucoup de vrai dans ce que tu dis !

  89. Je comprends ce que tu veux dire mais je pense que les gens se rendent de plus en plus compte de qui est blogueuse “arnaqueuse” et qui est blogueuse pour le plaisir et partager avec les internautes 🙂 enfin de mon point de vu !!!
    À tours nous avons créer une petite communauté de blogueuse simple, une bande de copine qui se font des aprem gateaux et organisent des vide dressing pour partager des événements avec tous bien sur on est invité à des soirées d’inauguration ou à tester des cartes de petit café mais on est simple et je pense que tu peux être fière d’être toi, d’être blogueuse, d’être simple et de tout ton travail ❤️❤️ Les”ma tu vu” de la blogosphère ne donne pas forcément une belle image de nous mais nous on peut changer ça en montrant ce que c’est d’être une vrai blogueuse

  90. Quand j’ai commencé mon blog, j’ai cherché de longs mois comment le caractériser avec un autre mot. Je voulais un mot qui exprime les activités de rédaction, photographie et partage, car c’est ce que je fais via mon blog. De longues heures à mettre en mots, en image, en page et enfin en ligne. Evidemment, je n’ai pas trouvé ce mot et j’en suis revenue à “blog”. Je n’inventais pas la lune. L’essence des blogs est bien la rédaction, le carnet intime. Oui, tout change très vite, les tendances évoluent et l’on a vu naître les skyblogs au contenu un peu plus égocentrique mais qui restaient bien dans l’essence du carnet intime etc.. Aujourd’hui les contenus et médiums se sont encore diversifiés, instagram, youtube, et de grandes tendances dominent. L’esprit humain quand il ignore les choses les résume au plus simple. Ainsi l’on associe désormais les blogs à la futilité, à la superficialité, l’égocentrisme et la légereté. Ce qui est profondément injuste. Chaque blog demande beaucoup de temps, de travail et d’engagement. Chaque bloggeur/bloggeuse s’investit et tire des enseignements de sa pratique, c’est aussi un des buts de la tenue d’un blog ! Apprendre, se surpasser. Il n’y a pas un type de blog, tous les thèmes existent ! Oui, certains, attirés par la gloire et l’apparente superficialité tentent de surfer sur la vague et ne font que dupliquer ce qui semble plaire. Mais ceux-là ne pourront pas durer, et devront trouver leur patte, car ce qui plaît est toujours unique. Ainsi je pense que, comme d’habitude, ceux qui critiquent et simplifient ignorent. Ton blog est réussi, car unique, c’est tout et il ne faut pas en avoir honte. Continue ! 🙂

    • Je trouve que l’avantage d’instagram est qu’il m’a (nous) a poussé(s) à redonner plus de place à l’écrit sur les blogs. Instagram pour la photo, et les blogs pour tout ce qu’on ne peut pas se permettre sur les réseaux sociaux. On a tellement plus d’espace sur un blog !

  91. Je partage ton impression à 100% et j’aimerais bien dire le contraire. Pour moi tenir un blog de cuisine, ça veut dire que la cuisine et l’écriture m’éclatent (et l’écriture est également mon “vrai” 😉 métier en agence). Sur la thématique cuisine, on sent parfois un léger mépris de la profession du type “et ça pense savoir cuisiner comme un pro”… Heu non, pas du tout. Et il y a aussi les amalgames. Quand les cuisiniers et restaurateurs saturent des internautes et de leurs avis en ligne, ils casent les blogueurs un peu dans le même sac.

    Côté marques, je ne sais pas comment les choses ont évolué à ton niveau mais au mien, les échanges ont perdu en fraîcheur et en qualité. Ca manque même un peu d’humain par moment.

    Moi je suis bien contente de te lire, je serais triste dans un monde sans blogueurs 😀

    • De mon côté j’ai appris à dire non à plein de choses, le fait d’avoir un travail à côté m’a permis d’avoir cette liberté de dire non à tout ce qui est trop commercial ou qui ne me ressemble pas. Je bosse avec des marques quand ça me plaît vraiment (et j’avoue ça n’arrive pas souvent).

  92. Quand je dis que je suis bloggeuse, la réponse est toujours la même combien tu gagnes.
    J’écrit uniquement par plaisirs, le blog est mon espace de liberté.
    Réponse; alors tu perds ton temps et tu ai trop veille

  93. Je n’avais jamais vu ça de cet angle, mais pour moi le mot bloggeuse n’est pas forcément négatif..

  94. Je pense que tu as tout à fait raison d’évoquer le sujet, la situation en France est effectivement –malheureusement- différente. L’image de la « blogueuse » y est, à mon sens, associée à la futilité même si des blogueurs égalent ou surpassent de très loin certains journalistes.

    Beaucoup de blogs à succès traitent de cuisine, de mode, de déco… Tout autant de domaines créatifs, et c’est précisément ce côté « créatif » qui est perçu de la mauvaise façon par les gens, qui ne font pas la différence entre un auteur, un graphiste, un peintre, un styliste… et qui mettent tous ces « artistes » dans le même panier (je suis designer je n’en peux plus d’entendre « oulà oui ok, donc t’es dans le domaine artistique c’est cool ça » T_T ).

    Un autre facteur serait, comme tu l’as évoqué il y a quelques temps, la négativité des gens face aux projets des autres, et leur incapacité à considérer le travail qui a été mis en œuvre pour mener ces projets à bien (attention double-phrase énervante : « ah ? tu es blogueuse ? tu en as de la chance » hihi ).

    Quoi qu’il en soit, je ne peux que te dire de CONTINUER ce que tu fais, de montrer aux gens de quoi ces « blogueuses » sont capables, et de poster des billets de ce genre en toute franchise ! Je te lis depuis plusieurs années maintenant et suis contente que ta plume n’ait pas été corrompue par tout ça. Merci à toi 🙂

    • Il y a toujours plein de gens pour penser que ce que les autres font est “facile” ou pour dénigrer un peu ce qu’ils connaissent mal malheureusement

  95. Dommage que ce terme ai pris cette connotation négative… Il existe tellement de belles choses!

  96. Très intéressant ce billet.
    La blogosphère est un drôle de monde. Je m’en rends compte alors que tout est très nouveau pour moi, mon blog n’a que quelques mois. C’est étrange, mais j’ai toujours un peu honte quand je dis que je suis “blogueuse”. (D’autant plus que ce n’est pas mon métier) J’ai l’impression que les gens associent ce terme à quelque chose de futile, et ceux à qui j’en parle me tapotent sur la tête en me disant “c’est bien ma fille, ça t’occupe au moins! Gentille fifille!” (façon de parler). Peu de gens comprennent l’importance que ce blog a pour moi, l’espace de création qu’il représente à mes yeux et le bien que cela me fait!
    Alors oui, il y a des blogs plus ou moins aboutis, plus ou moins bien écrits, d’autres très nunuches avec certaines qui sont prêtes à poster un billet sur un aspirateur, pourvu que les sponsors soient là. Et il y a aussi de très belles choses, très créatives. Des blogs qui m’ont donné envie de m’y mettre à mon tour.

    Et enfin, il y a cette autre chose, je ne sais pas si c’est propre à la France (je ne pense pas) qui fait qu’on adore classer les gens dans des boites, poser des étiquettes partout. Dans quelle catégorie entres-tu? Celle des blogueuse. parfait! Ça en rassure certains d’étiqueter. C’est comme ça.

    Ces petites réflexions sont bonnes à avoir parfois 😉
    En tout cas, tu sembles être une fille très douée et créative. Et je prends toujours plaisir à te lire et à partager.
    Bonne continuation ^^
    Mélissa.

  97. Bonjour Eléonore,
    C’est la première fois que je visite votre site dont une de mes amies m’a vivement conseillé d’aller voir. Et me voilà! Pour être tout à fait honnête avec vous, je ne suis pas une spécialiste des blogs. Il m’arrive d’en lire quelques-uns au hasard lorsque mon temps libre me le permet. Le sujet dont vous abordez me pousse à vous poser plusieurs questions (si je puis me permettre) : cela fait un bon moment que vous tenez votre blog. Vous avez donc observé les changements de la blogosphère qui sont survenus ces dernières années. En lisant votre article, je remarque que vous faites un constat plutôt amer au final. Alors qu’est-ce qui vous donne encore envie de continuer? Eprouvez-vous toujours le même enthousiasme qu’à vos débuts? Comment faites-vous pour conserver une originalité et une certaine fraicheur, pour ne pas être noyé dans la masse?
    Pour ma part je constate que les critiques de médias s’adressent surtout à un genre de bloggeur(se)s en particulier: ceux et celles dont les thèmes principaux traitent de la mode, le bien-être, les questions de beauté etc… . Parce qu’il y en a beaucoup et qu’ils finissent par se ressembler tous. Les blogs de musique, de cinéma, d’ actualité ou de vulgarisation scientifique (si si ça existe) sont souvent épargnés. Ils sont en général pris plus au sérieux et sont peut-être moins nombreux.
    Vous en savez certainement plus que moi sur le sujet, j’ignore si mon observation est vrai ou pas.
    Je vous souhaite simplement de continuer à faire ce que vous aimez si cela vous plait.

    • C’est vrai qu’en 10 ans j’ai beaucoup vu évoluer les blogs, pour vous donner une idée quand j’ai démarré ce blog on n’avait pas facebook.
      J’ai commencé ce blog quand je terminais mes études, et il m’a permis de continuer à avoir un projet personnel une fois celles ci terminées. Ca a été vraiment salvateur pour moi et ça m’a permis d’avoir une activité perso à côté de mon travail qui me permettait de découvrir plein de choses.
      3 posts par semaine depuis 10 ans, ça demande une sacré constance et aujourd’hui je suis contente de voir le chemin parcouru. J’ai quand même eu des petits coups de mou, des moment où je ne savais plus où j’allais. Mais c’est un super compagnon de voyage et je ne me vois pas trop m’en séparer. Aujourd’hui c’est redevenu plus un loisir qu’une source de revenus (ça l’a été pendant 3-4 ans), et je redécouvre plein de choses ^^

  98. Si tu savais comme ton article tombe à point! Je suis de Montréal, au Canada, et ici, les blogues n’ont pas encore fait leur place comme aux États-Unis où en France. Récemment, un des blogs féminins les plus lus au Québec (300 000 lecteurs), composés d’une équipe de plusieurs collaborateurs (non rémunérés), lançait un appel à contribution. Hé bien, j’y ai participé. Et tu viens de décrire, dans cet article, exactement pourquoi j’ai eu honte de le faire. J’en ai parlé ni à mon copain, ni à mes amis, ni à mes collègues, ni à ma famille. Quand j’ai apprit que j’avais été sélectionnée, après le moment d’excitation, je me suis même arrêtée pour me demander si j’allais en parler ou non à mon entourage. Je suis publiée sur le site depuis un mois, et je me sens toujours un peu ridicule, à cause de cette image de nunuches qu’ont les blogueuses. Il y a deux jours, Garance Doré était à Montréal pour la signature de son livre et j’ai dû “couvrir” l’événement. C’était un peu rassurant, de voir une blogueuse si respectée maintenant, mais je me suis vraiment sentie comme une imposteur quand on m’a fait coupé la file d’attente longue de plusieurs heures afin que je la rencontre. J’essaie de me rassurer, quand je suis gênée parce qu’une collègue qui est tombée sur de mes articles me dit “Hé! Tu es rendue blogueuse!”, en pensant à des blogueuses comme toi. Je suis ton blog depuis environ huit ans, et je m’y retrouve toujours. Et quand je pense à “blogueuse”, j’essaie très fort de penser à toi, plutôt qu’à d’autres que je ne nommerai pas.

    Si ça peut te faire plaisir, dis-toi qu’il y a une jeune femme de l’autre côté de l’Atlantique qui se rassure en pensant à toi à chaque fois qu’on l’a qualifie de blogueuse et qu’elle a honte. 🙂

    Myriam

    • Et bien maintenant je penserai toujours à la Myriam qui est de l’autre côté de l’atlantique quand j’appuierai sur le bouton “publier” ! Merci pour ton gentil message ça fait vraiment chaud au coeur <3

  99. C’est un métier… Et comme dans tous les métiers, il y a une grande marge de subjectivité… Il en faut pour tout le monde et si je peux me permettre de donner mon avis, éviter de tomber dans la compétition et de niveler certaines “blogueuses” par le bas selon ses goûts (mais surtout ses humeurs) cela ne fait que creuser des fossés entre nous, individus créatifs et singuliers que nous sommes… Bref… Hauts les cœurs ! ☺️

  100. Et en plus de se faire “tirer dessus” par les journaliste, la presse papier et j’en passe, un nouveau phénomène arrive, c’est la bataille entre blogueuses. Vous avez forcément vu passer ce grand débat entre celles qui se “plaignent” qu’elles ne seront jamais des blogueuses à succès pour diverses raisons et la réponse de celles qui ont “réussi” dans le milieu et qui n’ont pas tellement apprécié. Après quel que soit sa position dans ce charmant débat, je pense qu’il y a une certaine jalousie des unes et une certaine peur “de perdre leur place privilégiée” des autres, et à mon sens, c’est un peu le début de la fin!

    Et puis il y a la punchline ultime (qu’on m’a sortie récemment) :” toi qui blogue depuis quelques temps maintenant, c’est quoi le meilleur creneau pour faire de l’argent rapidement?”

    Amy
    PS. ma réponse: “moi, j’ai trouvé un moyen ultime de gagner pas mal de fric” “Ah oui? ($$$ dans les yeux)”. Je vais travailler le matin, c’est assez dingue, mais une fois par mois je touche du fric.” Je n’ai plus entendu parler de cette personne.

    • Ha aha ! Le fantasme de l’argent facile. Ca existe mais c’est rarement gratifiant intellectuellement parlant.
      On peut pas tout avoir dans la vie quoi.

  101. Hello Elo,

    C’est marrant, ton petit coup de gueule me fait penser à celui de certaines américaines qui avaient lancé le tumblr Je ne suis pas féministe, nombreuses s’illustraient en disant des trucs du genre “Je ne suis pas féministe parce que j’aime les hommes, ou je ne suis pas féministe parce que j’aime cuisiner des cupcakes”… C’était hallucinant, parce que ça rassemblait une tonne de cliché alors que le féminisme n’est rien d’autre qu’un combat pour l’égalité entre les sexes. En se vantant de ne pas être féministe, ces femmes laissaient gagner les machos de tous poils qui depuis toujours faisaient passer les féministes pour des goudous poilues frigides.

    A cause de certaines féministes extrémistes, le mot féministe est presque devenu une insulte dans la tête de certaine. J’y vois la même histoire avec le mot Blogueuse. Et c’est bien dommage…

    Depuis deux ans je dirige une chaîne youtube, Le Meufisme. Nous avons créé cette websérie avec mon accolyte parce que nous voulions parler de la meuf lambda, celle quasi inexistante dans les médias et casser quelques clichés en s’affirmant sans filtre et avec beaucoup de second degré. On a rencontré un chouette succés, et dans les com les gens nous disent : Super ! Enfin une série de meuf qui n’est pas féministe… Sauf que, héhé, si la série ne l’est pas (parce qu’humoristique, parce que le féminisme est un combat sérieux, parce que nous ne militons pas et souhaitons que chacun et chacune se fasse sa propre réflexion), nous les auteurs, nous le sommes ! Mais j’ai mis des années à osé dire que j’étais féministe, parce que j’avais peur que l’on me prenne pour une vieille misandre aigrie. Or ça ne devrait pas être une honte ! Comme tu ne devrais pas avoir honte d’être blogueuse… Appelons un chat un chat, ou une chatte une… Bref.

    Il y a quelques années c’était super cool d’être blogueuse, les blogs étaient un fabuleux tremplins pour révéler des talents (mode, diy, culinaires, littéraires… etc) et ça doit le rester. Oui y’a plein de meufs un peu superficielles qui maraudent sur l’internet mondial, mais ce n’est pas ton cas. Tu sais être sincère, particulière et affranchie ! Je consulte aujourd’hui dix fois moins de blog qu’autrefois, les blogueurs singuliers et talentueux étant plus rares, peut-être parce que démotivés, justement à cause de la mauvaise image véhiculée par les médias. Quel gâchis, je ne compte plus le nombre de blog que j’adorais qui ont fermé et je croise les doigts pour que tu n’arrêtes pas… Sinon ce serait un peu le côté obscur de la force qui gagnerait et ce serait un peu la tristittude dans l’espace nan ?

    Enfin, pour revenir sur les médias, effectivement en France on a toujours eu un problème avec le succès, surtout quand les vieux loup de mer comme Ruquier ne pipe mot à cette nouvelle vague venue de l’internet. Je sais pas pourquoi les vieux ont peur, quand la télé est arrivée, on disait que c’était la mort de la radio, quand le cinéma est arrivé, les théâtre ont eu peur de voir leur salle se vider, quand les blogueuses sont arrivées, les journalistes ont flippé… Bref, si les cons volaient on ne verrait plus le ciel. Alors moi ce que je dis, c’est : assumes ce que tu es et continues de mettre des étoiles dans notre azur, tu es une blogueuse parfaite entre autre casquettes toutes aussi chouettes.

    Bon aller je retourne me battre pour affirmer que je suis bien auteur réalisatrice graphiste, actrice…
    Une youtubeuse féministe qui aime les hommes et adore cuisiner des cupcakes.

    • Tout ça c’est peut être juste une question de vocabulaire, pour moi les mots ça compte, on m’a éduquée comme ça à choisir toujours le mot juste.
      Par exemple je me sens vraiment féministe, mais je concède que le mot n’est plus adapté aujourd’hui car il exclu les hommes et donc une partie de la solution au problème.

      Ou alors il faudrait avoir une grosse place sur l’étiquette pour mettre plein de choses et ne pas avoir à choisir un seul mot 😉

  102. Je me reconnais totalement dans ton article. C’est vrai que je suis un peu jeune pour être blogueuse mais je pense que ce n’est pas une question d’âge mais de maturité. On peut bien avoir 16 ans et avoir un beau blog et des lectrices. Justement, j’en parle très peu de mon blog, même si pour moi c’est une immense fierté d’avoir pu le créer et d’y écrire régulièrement, j’ai un peu de mal à en parler autout de moi, au lycée, par peur du regard des gens, pas peur qu’on me prenne pour une fille sans vie, fausse qui passe son temps à poster des photos cooconing sur instagram. Je ne comprend pas pourquoi on devrait en avoir honte. Est-ce seulement par jalousie que les médias et les autres nous rabaissent sans arrêt ? On a un point commun avec les journalistes : on adore écrire & partager, ça devrait nous rapprocher, mais au contraire …
    quoi qu’il en soit un très bon article, comme d’habitude !
    bisous, Anais
    http://www.mademoisellelatinne.blogspot.com

  103. Il y a 10 jours j’ai travaillé sur un shooting dans le cadre d’une de mes activités pro et quand je l’ai dit à des connaissances, on m’a dit “tu enfiles ta casquette de blogueuse”, j’ai répliqué “ah non, ça c’est un vrai travail”. Je dis souvent ça, en fait, mais j’ai du mal encore à comprendre pourquoi. Peut-être parce que mes activités pro me plaisent davantage, que j’y relève de vrais défis, peut-être aussi parce que la mode et la beauté ne sont pas des secteurs qui me définissent vraiment et que ce sont quand même les sujets traités sur mon blog. Le souci c’est que quand on dit “je ne suis pas blogueuse”, on donne l’impression d’attaquer les autres, alors que ce n’est pas le cas. Juste, quand je dis que ce n’est qu’une petite activité à côté du reste de ma vie pro, je définis mieux qui je suis. Je suis media planneur, un job que j’adore, et community manager. Cela ne m’empêche pas d’aimer jouer à la blogueuse. J’insiste sur “jouer”, j’ai besoin que cela reste un amusement, une distraction, une occasion de rencontrer des gens hyper intéressants et de passer de vrais bons moments.

    • Après c’est tout naturel que les gens voient surtout le blog, puisque c’est ce qui se voit le plus. Le travers c’est que si ça finit par être la seule chose qui permet aux autres de nous identifier ça devient super réducteur :/

  104. Tu sais il y a pire que blogueuse, il y a mère au foyer ! J’ai arrêté de travailler pour reprendre mes études et profiter de mes enfants. J’ai ouvert un blog très récemment pour parler d’eux. Je suis donc multi glandeuse !! Je bénis les blogueuses, sans elles je serais habillée comme un sac et mes enfants feraient de la console toute la journée 😀
    Ton blog est frais et pétillant, je serais super déçue si tu le fermais. (Comme celui de ta sorcière de Maman…)

    • Ha ha ! S’il y a bien un job pour lequel j’ai beaucoup d’admiration c’est mère au foyer. Je défie tous ceux qui pensent que c’est la glande de tenir une semaine 😀

  105. Pour certaines personnes “blogueuse” rime avec “paresseuse” ou je ne sait quel au trop mot assez dégradant!
    Quand j’en parle autour de moi, j’ai des regards limites moqueurs, presque timide d’en parler.
    Comme tu dis dans ton article, les gens pensent qu’on fait rien, à part se mettre du vernis ou passer du temps sur instagram, mais c’est un gros travail qu’il se passe dans les coulisses et ils ne s’imaginent même pas! (même pour les blogueuses novice dont je fais partie, mon blog a un peu plus d’un an!)
    Je dois aussi avouer que j’aimerai en vivre car j’aime ce que je fais! Grâce à la blogosphère j’ai élargis mes horizons, je teste et surtout j’ose!
    Alors je pense que toutes les personnes qui dénigrent les blogueuses ont légèrement une pointe de jalousie car nous avons une passion que nous donne toujours envie d’aller plus loin! Après ce n’est que mon avis personnel!
    Je suis fière d’être blogueuse même si c’est “mal vu”!
    Très bon article, il fallait que quelqu’un en parle et c’est toi! Respect!

  106. Bonjour Eléonore,
    Je te suis depuis longtemps mais je crois n’avoir jamais commenté ou presque (par timidité). Vu le sujet du jour, je me dis que c’est le moment.
    Je crois qu’en France, nous sommes des champions pour juger en deux secondes ce que nous ne connaissons pas et pour ne pas vouloir voir le travail derrière, uniquement les apparences. Et ça marche pour beaucoup de choses. Je ferai un parallèle, peut-être un peu hasardeux mais bon.
    Je suis bibliothécaire après avoir été libraire. Je ne compte plus les fois où j’entends “ah ouais mais c’est trop cool de passer ses journées à lire!” “ça doit pas être bien fatigant ton boulot, lire des histoires à des enfants” “c’est cool ton boulot, tu travailles pas beaucoup vu que la bib n’est pas ouverte tous les jours toute la journée”.
    Je ressens la même chose que toi. J’ai un boulot très difficile, car on doit sans cesse évoluer avec la société pour suivre l’évolution des usagers, tout en travaillant avec des élus qui n’en ont souvent rien à carrer de la culture parce que c’est moins visible que la route refaite dans la commune. Au quotidien, je suis à la fois gestionnaire (budget, commande…), animatrice (lecture pour enfants, comité de lecture adulte…), programmatrice ( concert, spectacle, ateliers…), responsable de service (j’encadre deux personne avec tout ce qui va avec), je suis dans les relations publiques ( com de la structure, avec les médias, représentante de la collectivité sur événements…), bureau d’écoute (comme tout lieu où on reçoit du public), un peu libraire (on conseille beaucoup), manutentionnaire, femme de ménage et j’en passe encore plein.

    Mais je suis toujours ramenée à ce qui se voit, à savoir le livre. Et on pense toujours que quand la bib est fermée je ne travaille pas (mais bien sûr). On refuse de se dire que derrière le boulot qu’on voit il se passe des choses. Comme les gamins qui sont surpris la première fois qu’ils croisent leur enseignant en dehors de la classe (quoi, mais ils vivent vraiment quand ils sont pas à l’école).

    Pour les blogueuses, c’est pareil. Les médias et le grand public (ceux qui ne suivent pas) pensent que vous usurpez vos réussites. Mais je pense qu’il y a une grosse part de jalousie (putain elles gagnent de l’argent sans rien faire!) et une grosse part de peur aussi. Vous êtes suivis par des gens qui étaient touchés par les autres médias. Peut-être que certains (et d’ailleurs j’en fais parti) se sont éloignés de ces médias plus traditionnels et qu’ils se disent un truc du genre ” j’ai trimé pour en arriver là et pas elles, je suis professionnel(le)s et pas elles”.

    C’est une question de légitimité. En France, on a du mal à considérer quelqu’un qui n’a pas suivi le même chemin que les autres ou qui a créé le sien comme non légitime. Comme si les chemins de traverse n’existaient pas et que surtout on était obligé de suivre le mouvement.

    Tout ça pour dire que je comprends ton ras-le-bol et que je ne trouve pas justifié ce jugement négatif. Mais qu’on a des fois tous sur les professions des uns et des autres, ces clichés qui pourrissent la vie.
    Et je crois que le terme lui-même y contribue “blogueuse”. Ce mot est moche et ne dégage rien de positif. Alors qu’à la base le blog n’est qu’un support d’expression, ça ne détermine pas ce que fait l’auteur de ce blog. D’ailleurs, un journaliste sera appelé ainsi quelque soit le média utilisé (télé, écrit, radio). Ça montre bien je trouve le souci et presque le mépris qui se cache derrière.

    Désolée pour ce commentaire fleuve mais ton post m’inspire 🙂
    Et j’en profite pour dire que j’aime beaucoup ton boulot de manière générale (écrits, photos, atmosphère, un beau jour…)

    • Oui le mot est moche c’est sûr ! Moi j’entends surtout “gueuse” 😀

  107. Je te rejoins entièrement. Je suis rédactrice web en free-lance et blogueuse. Très souvent, lorsque l’on me demande ce que je fais dans la vie, je ne dis pas blogueuse volontairement. Sinon je suis sujette à des réfléxions du genre : “C’est TA passion ça”… Oui mais pas seulement! Les gens ne nous prennent pas au sérieux et décrédibilisent notre travail quotidien. Outre Manche, c’est une fierté d’être blogueuse…

  108. Quand je lis ton article je pense à deux choses :

    Le côté polyvalent professionnel, d’une part qui a dû mal à être accepté en France. Les gens ont besoin que tu leur proposes un corps de métier précis. Personnellement, je n’ai pas fait ce choix-là. J’étais juriste mais aujourd’hui, je suis formatrice, consultante, ingénieur projet, bloggeuse (un peu) et je fais de la voyance. Du coup, j’adapte mon discours au contexte, pour ne pas destabiliser les gens. Pourquoi la polyvalence ? Parce que cela m’a sauvé économiquement (c’est ce qui me fait vivre aujourd’hui) et psychologiquement. On passe une grande partie de sa vie à travailler, les gens s’imaginaient quoi ? Que j’allais continuer à faire des trucs chiants ? Non, je fais des choses que j’aime, et des choses que j’aime, il y en beaucoup alors …

    Le mot bloggeur, youtubeur … etc, …Cela renvoie à quelqu’un qui a exploré une piste, qui souvent a tout construit tout seul (avec toutes les contraintes et challenges auxquels que cela implique) et qui du coup vit (en toute ou partie) de son effort. Seulement voilà, ma naïveté a dû faire face à une réalité : la France est un pays conservateur, mais vraiment. Alors au lieu de valoriser l’effort et le changement, on le fustige parce que dormir sur ses peurs, c’est tellement bien.

    Quoi qu’il en soit, bloggeuse reste pour moi un joli mot. C’est un univers, des envies disponibles à tout moment. Et j’aime ceux qui m’offrent ces moments-là.

    Voilà, pour ma petite contribution en passant.
    La bise,
    Céline

  109. Cet article est intéressant… Il me rappelle un peu la même problématique qu’ont les youtubeurs auprès des médias traditionnels. On dirait que tout ce qui sort un petit peu de cet univers Internet part dès le départ avec une crédibilité à moins 2000, parce que la télé et les journaux semblent vouloir dénigrer tout ce qui en provient. J’ai souvent l’impression que n’importe quelle personne travaillant grâce à internet est perçue dans les journaux ou à la télé comme un animal de foire, un pauvre allumé qui as bien du courage d’affronter le web et qui se résigneras un jour à devenir journaliste, acteur ou écrivain parce qu’internet , c’est nouveau et on y donne peu de longévité, et c’est réellement dommage..
    Pour le concept des blogueurs, je n’ai jamais remarqué qu’on en parlait de façon réellement négative, tout du moins encore plus que n’importe quelle autre personne qui produirait quelque chose sur internet, mais après je regarde rarement la télé et ne lis de journaux qu’occasionnellement. Vous devriez pouvoir librement dire haut et fort être fiers de votre métier, car se tailler une belle place sur le web et en obtenir la reconnaissance, c’est dur et ça demande beaucoup de persévérance, de travail et d’originalité. Je pense qu’on doit dénigrer encore plus les blogs féminins parce que leurs principaux sujets sont considérés comme futiles (ouh, grands dieux, quelque chose de trop féminin comme l’intérêt pour les vêtements ne peut bien évidemment pas être perçu comme sérieux, voyons), et qu’en plus les plus populaires d’entres elles sont, malheureusement, comme tu l’as dit, des vendues. Mais bon, comme d’habitude, tout le monde est mis dans le même panier….
    De mon opinion, je trouve ça vraiment triste que tu te sentes désavantagée, ou presque honteuse (si j’ai bien compris ton article) parce que tu travaille en partie sur un blog, parce que celui-ci est vraiment bien. En toute honnêteté, j’admire ce que tu nous montres de ta vie, ton travail est vraiment inspirant, et en tant que toute nouvelle étudiante, j’espère vraiment aussi bien gérer ma vie que toi quand j’aurais la trentaine!

    En espérant que viendra vite le temps où ceux d’internet cesseront de passer pour des aliens! 😉

  110. Je comprends tout à fait tes réticences face à ce terme, qui pourtant ne devrait pas être connoté négativement quand on sait que la blogosphère est un concentré de talents et de travail (pas que, certes, mais pour moi c’est ce qui ressort le plus). Ça ne me dérange pas de dire à mes proches ou même à des inconnus que je tiens un blog mais je ne me définis pas comme “blogueuse”, tout simplement parce que j’ai une activité pro à côté qui n’a rien à voir. C’est forcément plus facile d’assumer mon statut d’enseignante-chercheuse, et de dire que je tiens un blog à mes heures perdues, et pourtant je trouve souvent plus épanouissants les projets que j’entreprends pour mon blog, pour cet univers qui me ressemble. Je parlais de toi à une copine l’autre jour qui ne connaissait ni ton blog perso ni Un beau jour et à aucun moment je n’ai utilisé le terme “blogueuse”. J’ai dit que tu tenais un blog mode/humeurs/escapades parisiennes et que tu étais l’une des créatrices du site de mariage Un beau jour, qui co-organise tous les ans le festival Andy (<3). J'ai dit que tu étais photographe aussi. J'ai expliqué que tu avais co-écrit deux livres autour de l'univers du mariage. Bref, casquettes multiples, comme tu le disais. Parler de toi comme d'une "blogueuse" me semblait réducteur. C'est dommage… Mais comme le dit Miss Blemish, je crois que l'image des blogueuses est en train de changer, et ça c'est cool 🙂 Longue vie aux blogtrepreneuses !

  111. De manière générale, en France, on a peur de ce qui est nouveau et de ce qu’on ne comprend pas vraiment, et les blogs, on dirait que les médias les ont découverts assez récemment… La moquerie est donc la meilleure solution pour rabaisser quelque chose dont on ne comprend pas la portée et qui, en plus, risquent de compromettre l’autorité journalistique. Je fais personnellement plus confiance à un blog littéraire ou à un booktubeur qui donne son avis sur un livre qu’à un journaliste que ne l’a sans doute pas lu.
    J’ai l’impression que maintenant, se permettre d’avoir un blog, c’est, pour les médias bien sûr, se donner la légitimité de donner son opinion alors que nous ne sommes pas censés en avoir une et encore moins la rendre publique. On critique les filles qui posent sur instagram avec un certain produit mais ça ne choque personne si c’est un “vrai” mannequin, reconnu comme tel, qui le fait. Parce que là, ça reste dans une sorte de vieille norme.

  112. Je me demande s’il n’y a pas aussi un bon fond de problème avec l’image de la femme, là-dedans. Parce que “blogueuse”, ça ne sonne pas comme “blogueur”. Pour l’un, on imagine un blog “sérieux”, pour l’autre… forcément du vernis à ongles et des macarons. “Blogueuse”, c’est devenu presque une caricature de la fifille, dans l’imaginaire collectif (à moins de rajouter un truc derrière : “je suis blogueuse politique”, ou “spécialisée dans le rugby”, ben c’est pas pareil). Les Anglo-saxons, avec leur “blogger” non genré, sont peut-être moins confrontés à ces clichés immédiats… Qu’en penses-tu ?

  113. Moi, je débute dans le milieu et j’assume le terme “blogueuse”. C’est un choix de vie que je prends car en effet c’est un boulot à plein temps, je dirais même un truc de dingue ! j’ai pas mal travaillé dans ma vie mais comme ça, je n’imaginais pas ! Quand on est seule à gérer un site de AàZ, il y a une montagne de choses à faire, c’est très formateur.
    Je ne regrette rien pour l’instant car je régale ma famille, mes amis et futurs amis de mes articles et c’est le principal pour moi. Il faut arriver à se détacher du besoin de reconnaissance de tous. Un blog, on le fait pour partager. Et les gens qui ont la critique facile, on les laisse de côté, on se préoccupe des autres, c’est déjà pas mal 🙂

  114. Bon, je suis pas entièrement d’accord mais tu t’attends à avoir différents avis avec ce type de billet 😉
    Je refuse de considérer le terme “blogueuse” comme une insulte.
    Faut-il considérer le terme journaliste comme une insulte quand certains n’ont aucune déontologie, trafiquent des reportages, mettent des coups de pieds dans les jambes de migrants ?
    Non.
    Pourtant tu avoueras qu’entre ça et “bouffer à tous les râteliers”, y’a une sacré marge.
    Mais qu’une youtubeuse fasse un masque la cannelle et c’est le débat national.
    Etre blogueur(se), c’est tenir un blog, point.
    C’est écrire, photographier, webdesigner (genre le verbe), éditorialiser…
    Et y’a même pas à avoir honte de passer des heures à se faire les ongles si on tient un blog dont c’est le sujet principal.
    Mais si ton interlocuteur refuse de voir qu’un tel média peut être de super bonne qualité, alors il faut tenter de lui expliquer. Ce que tu y écris, ce que tu y proposes, quelles portes ce blog t’a ouvert, quelle belle carte de visite ça représente pour tout le reste de ton activité professionnelle – nettement plus chronophage.
    Énormément de “grandes blogueuses” lâchent la blogosphère en se détournant du terme de blog parce-qu’elles en ont honte, parce-qu’une ridicule poignée de personnes semble s’être donnée le droit de tout foutre en l’air en se vendant au plus offrant.
    On vit les années de transition, les youtubeurs vont à la télé, les blogueurs sur les campagnes de pub, les blogs à succès deviennent des magazines.
    Ca va venir. Les gens s’intéresseront bientôt au vrai “travail” qu’il y a derrière un blog que certaines tiennent depuis plus ou moins 10 ans, du temps que prends un “tuto maquillage” fait par “des gamines” (dixit L. Salamé).
    Mais en attendant, plutôt que de baisser les bras, pourquoi ne pas tenter de rendre au blog un peu de sa noblesse en étant fier d’un travail qui – comme le tien par exemple – mérite vraiment de la fierté ?

    • Tu as raison. C’est juste que c’est difficile de se battre en permanence, parfois on a un peu envie de baisser les bras…

  115. Je comprends tout à fait ce que tu veux dire. Pour ne traîner sur la blogosphère que depuis peu je commence seulement à me rendre compte de ce que ce mot représente. Je ne me rends pas non plus compte des conséquences de l’image négative de la blogueuse sur votre vie. Mais j’ai quand même envie de penser que, peu importe ce que les gens ont comme image de la “blogueuse”, ce qui compte c’est qui on est et même si on est les seul à le savoir, la vérité finit toujours par éclater comme on dit.

  116. Pour moi ce n’est pas du tout “insultant” et je dois dire que j’en suis même assez fière. Pourquoi? Parce que je suis honnête avec mon contenu, je suis fière du travail que je fourni sur mon blog et ma chaine Youtube. Je vois mon blog comme une continuité de mon métier, c’est un complément à mon activité, une manière de mieux faire connaitre mon métier et de partager mes connaissances. Donc à partir de ce moment là les gens ne me voient pas comme une profiteuse du système.
    Et puis je pense que c’est à nous de faire changer les mentalités, en parlant plus de l’envers du décors, montrer une journée type, du temps que ça nous prend etc…
    Mais de toute façon je pense qu’en France on est toujours en retard sur les mentalités, et le Français est un bon petit jaloux de la réussite des autres. On aura toujours plus tendance à enfoncer qu’à féliciter, c’est malheureux mais j’espère vraiment, et j’ai espoir que cela change.

    Moi ce qui me dérange le + (tu vas surement rire) c’est quand on pense que mon métier c’est esthéticienne. Moi c’est à ce moment là que je boue. hahahaha

    Bonne journée 😉
    Alicia

  117. J’ai découvert les blogs mode en 2009 avec celui de Betty. J’ai tout de suite trouvé ça génial des filles qui parlaient mode, maquillage, qui racontaient leurs expériences sur tels ou tels produits, les bons plans du moment…Du coup je me suis mise à suivre plein de blog puis j’ai tristement découvert le poteau rose… le jour où je me suis rendue compte que les filles avaient toutes la même montre (je ne supporte plus la D. Wellington !) non pas parce qu’elle était géniale mais parce qu’on leur avait offert (et il a bien arrosé les bloggeuses ce monsieur !!!), qu’elles partaient toutes à tour de rôle à tel endroit parce que le voyage leur était offert etc…Du coup j’ai commencé à mettre en doute leurs avis et je me suis rendue compte que 40% des bloggueuses qui ont du succès sont des panneaux publicitaires les 60% autres y aspirent… mêmes celles qui s’en défendent.
    Certaines ont la chance de pouvoir choisir leur partenariats, grand bien leur fasse c’est toujours plus sympa se parler de la marque Sezane que d’un site asiatique pratiquant allègrement la contrefaçon, mais le résultat est le même: Vous adhérez à un produit, vous en parlez toujours en bien et… la marque espère que votre notoriété boostera les vente. On n’a rien sans rien. La preuve je ne lis quasiment jamais d’articles négatifs sur telle ou telle marque alors que, pour mettre faite avoir en écoutant certaines bloggeuses, certains produits malheureusement achetés auraient nécessité un flingage en règle!
    Je continue cependant à regarder certains blogs, j’apprécie ceux qui font un effort sur la qualité des photos proposés mais ça s’arrête là.
    Désolé, je ne peux pas prendre au sérieux une bloggeuse, vous n’êtes pas indépendante face aux marques car vous en vivez.
    Voilà tu voulais un avis….

    • Le soucis c’est que c’est un peu pareil la presse tu sais, ils ne peuvent pas vraiment dire du mal de leurs annonceurs et ils doivent parler de leurs nouveautés, ils sont juste pas du tout transparents là dessus.

      Mais avec la mort programmée de la pub sur internet qu’amène avec elle la démocratisation des bloqueurs de pub, j’ai bon espoir qu’on retrouve bientôt du contenu plus honnête et de meilleure qualité ^^ C’est juste que les modèles gratuits (je t’offre du contenu et en échange tu as de la pub) vont disparaître au profits de micros abonnements 😉

      • C’est intéressant, j’aurais dit le contraire, c’est à dire que les bloqueurs de pub amènent de plus en plus de contenu sponsorisé. La pub se déplaçant des colonnes latérales vers l’intérieur des articles.

        Par contre je pense que le système où les marques offrent n’importe quoi à n’importe qui finira par se tarir quand les marques se poseront la question du retour sur l’investissement. Et si il y a moins de cadeaux, il y aura peut-être moins de vénalité.

        En tout cas les choses bougent, même si je ne sais pas encore ce que ça donnera dans le futur.

      • Oui pour le moment c’est exactement ce qui se passe, la pub s’est déplacée des bannières vers le contenu, ce qui est très problématique, une bannière pub on sait que c’est de la pub, dans le contenu c’est plus flou. Ici par exemple je n’ai presque plus de bannières pubs, les marques veulent être dans le contenu. Mais mon dieu à quel prix ! Personnellement je ne suis pas prête à travestir mon discours et mon contenu et j’ai donc dû prendre une sacré décision : ne plus gagner ma vie en partie grâce à mon blog.

        Pour être tout à fait transparente, il fut un temps où mon blog me rapportait 1000€ net par mois grâce à la pub. Comme je gagnais un peu ma vie avec ça, je consacrais à mon blog la moitié de mon temps. Aujourd’hui il me rapporte peu, je ne peux donc plus y passer autant de temps qu’avant car il faut bien manger. C’est un peu frustrant mais c’est comme ça.

        Ceux qui veulent continuer à vivre de leur parutions sans céder aux pressions des annonceurs qui veulent toujours plus de promo dans le contenu vont être obligés de demander une participation de la part de leurs lecteurs.

        Les modèles gratuits ne vont pas durer à mon avis, car ça implique de vivre de la pub, et ça va obliger les producteurs de contenu à faire beaucoup trop d’articles sponsorisés. Ils vont perdre leurs lecteurs sur le long terme c’est évident.

        Enfin c’est comme ça que je vois les choses évoluer, je peux me tromper 😉

      • Merci pour ta réponse. Vu comme ça c’est logique.
        Je n’ai pas encore vu de blogs français sur abonnement mais j’ai déjà vu des blogs anglophones financés par leur communauté avec des abonnements ou des micro-dons.

  118. Je n’ai pas pour habitude de commenter les posts des blogs mais je le fais aujourd’hui parce que j’aime beaucoup ton blog, tu abordes des sujets somme toute assez différents avec beaucoup de sincérité, ta plume est légère et juste et tes photos sont magnifiques.
    Pour répondre à ta question, je ferai juste une petite généralisation même si il faut se méfier des généralisations 🙂
    Nous sommes en France, pays où notre savoir-faire est reconnu et admiré dans le monde entier sauf ici. On va dire, qu’il y a chez nous une tendance, une méfiance naturelle envers ceux qui tentent, essayent et réussissent (à force de travail et d’échec (j’avais beaucoup aimé ton article sur le sujet). Et finalement , c’est ça que contient ce mot “blogueur” rendu péjoratif, l’entrepreneuriat qui fait équipe avec la volonté, la créativité, une force de travail. Blogueur n’est pas directement associé à un cursus, un diplôme, il y a un côté self-made qui dans notre pays sonne comme illégitime alors que très loué dans notre pays comme les US par exemple.
    Pour ma part, je suis plus âgée, je lis les blogs souvent entre 12h et 14h au taf ou chez moi quand je ramène du taf à la maison et que je me détends (Allons voir ce qui se passe chez Lisa, Elsa, Éléonore, la poule qui tricote,……) et sincèrement, je suis admirative de votre créativité, de la manière dont vous abordez toutes sortes de sujet, admirative de votre talent dans une certain domaine mais aussi capable de toucher à tout avec talent.
    Il ne faut donc pas avoir honte. Les gens qui te lisent te voient comme une jeune femme très douée qui a un blog, une excellente blogueuse (ce mot ne doit pas être péjoratif). Il y a de très bons écrivains comme de moins bons. Dans la blogosphère, tu serais JK Rowling et certaines autres blogueuses moins sincères dans leur démarche des S. Meyer ou M. Levy ( et c’est pas grave, il y a un public pour tout le monde). L’essentiel, c’est d’essayer, de croire en ce que l’on fait. Ceux qui le font pour de mauvaises raisons finissent par se perdre mais ça aussi c’est pas grave, ils apprendront de leur erreur et rebondiront.
    Continue à faire ce que tu fais sans te soucier de ce que pensent les autres. On parle beaucoup en ce moment de la morosité de notre pays, à mon sens, un des gros soucis de ce pays est ce besoin “culturel” de mettre les gens et ce dès leur enfance dans des “cases” donc quelqu’un qui tient un blog sera dans la case blogueur-euse même si à côté, elle a un “vrai” métier.
    Ma chère Éléonore, les gens qui te lisent savent que tu appartient à une toute autre case celles des gens curieux, libres qui avancent dans la vie en vivant leur rêve.

    • Merci beaucoup pour ce commentaire très joliment écrit qui me touche beaucoup ^^

    • Ta réponse est très bien Joséphine.
      Je me faisait la réflexion y’a pas longtemps que , nous, français, nous ne sommes pas très encourageants avec les idées qui sortent de l’ordinaire et des habitudes.
      Moi-même j’ai quitté l’école sans faire d’études sup mais je ne suis pas resté sans rien faire (associations, voyages humanitaires…) et pourtant quand je cherche un travail on me relègue à une “sans diplôme” et pas à mes réelles capacités développées hors école.
      Alors là on parle des blogueuses qui ont honte et sont mises dans une case mais c’est pareil pour pleins d’autres choses et au final chacun est mis dans une case (moi j’ai honte de dire que je suis ouvrière par ex).
      On peut changer les choses, la culture de l’encouragement ca s’apprend, si chacun commence à encourager l’autre çà va décoller !!

  119. Je ne pense pas que tu te prennes la tête pour rien et je pense que le souci est typiquement français. Je ne suis peut être pas hyper calée dans le domaine, mais est ce qu’il y a autant de blogueuse-shaming aux usa / australie / royaume unis ? (c’est pas une question rhétorique, je te pose vraiment la question ^-^ )

    Je me faisais la réflexion, à l’époque, quand je me baladais sur certains blogs mode. Des filles avaient des styles vraiment fous (que je trouvais chouettes), hyper originaux, à la limite du WTF, mais personne ne semblait leur cracher dessus. De même, elles prenaient des poses marrantes, faisait des associations qui sortaient vraiment de l’ordinaire, mais j’ai pas remarqué que qui que ce soit se moquait d’elles ou de leur morphologie ou de leurs goûts vestimentaires. Et je me disais souvent “mince si quelqu’un poste une tenue comme ça chez nous, il est bon à devenir la coqueluche de Twitter facebook et autres groupuscules de rageux”.
    En effet, ici, Tout est disséqué, moqué, analysé, même jusqu’à la vie privée de certaines blogueuses. Je ne sais pas si ça a changé depuis (j’ai un peu quitté la blogosphère suite à mes études médicales, faute de temps).
    Au final, on arrive aujourd’hui avec des filles qui ont souvent des tenues hyper passe partout et toutes se ressemblent. Certes, il en faut pour tous les goûts, mais il y a une sur représentation de tenues, somme toute terriblement banales et sans prise de risque / piquant d’originalité. On voit plein de minis clones. Alors que j’en suis persuadée, la plupart des filles ont un style qui sort de l’ordinaire sauf qu’elles n’osent pas le montrer, par peur des moqueries.

    Dis, question qui n’a rien à voir mais.. J’imagine qu’on a plus ou moins le même nombre de vêtements, comment fais tu pour les caser ? Ton studio n’a pas vraiment l’air plus grand que le mien, et, pour ma part, je galère.

    Bonne continuation !

    (je ne te remercie pas pour ton article sur la robe confettis, je la VEUX terriblement depuis, sauf que je viens déjà de m’en acheter une autre et qu’il faut que je calme les achats, vie étudiante oblige.)

  120. Pour moi l fait d’être blogueur ou même youtubeur n’es pas un terme péjoratif. Certainement parce que je regarde pas mal de youtubeurs étrangers, et je ne lis que les blog que j’adore (et j’ai particulièrement bon goûte en la matière, huhuhu).
    Certes, il y a quelques cas, mais c’est partout pareil, tout les sportifs de hauts niveau ne sont pas des vendus par exemple.
    En tout cas j’en profite pour te dire que j’aime beaucoup ton blog, ainsi que le site un Beau Jour. Bisous!

  121. Ce n’est peut-être pas faux, en France du moins… Mais à vrai dire, et alors? Si le travail que tu fais d’enrichie et t’apporte de la satisfaction ? Si tu en es fière ? Et tu peux l’être j’aime beaucoup ce que tu fais 🙂
    J’ai commencé mon blog en me rendant compte que les gens suivaient finalement de près mon voyage au bout du monde et ce que j’avais à en dire. Bien loin des blogs qui donnent des astuces de globe trotteurs, mon écriture a toujours été basée sur l’émotionnel et le ressenti. Et finalement je me suis rendue compte qu’au travers de mes propres émotions j’ai touché les personnes qui me lisaient, jusqu’à leur provoquer quelques déclics dans leur propre vie. Il n’y a rien de plus beau que de partager ce que l’on aime avec les autres et de voir dans leurs mots qu’on a fait naître quelque chose de différent dans leur vie. Tu apportes à tes lecteurs de la fraîcheur, de l’esthétisme et de la joie dans leur quotidien. Tu les inspires, c’est ça qui est important après tout 🙂

  122. En réalite, pour moi, la pub dans les blogs a tout changé. Je me souviens des années 1990 et des actions coup de poing de groupes anar’ envers la pub. Je partais donc du principe que ma génération et les suivantes seraient en rejet de cette forme de communication. Effectivement, voir des blogueuses de mon âge se transformer en “femme-sandwich” m’a quelque part un peu choquée ou déçue, plus pour l’ensemble de ma génération que pour ces personnes dans leur individualité.

  123. Parmi mes amis, être blogueuse ou youtubeuse, c’est plutôt quelque chose vu négativement. Un peu le stéréotype de la fille bête qui s’aime trop et qui prend tout en photo. Je trouve dommage que ça devienne une sorte de honte de publier des choses sur internet alors qu’au final c’est une forme d’expression comme les autres…

  124. Perso j’ai un peu l’impression que c’est le nouveau truc à la mode de dire “Je ne suis pas blogueuse, je suis plus que ça.” (pour reprendre une phrase que j’ai entendue il n’y a pas très longtemps et que j’ai trouvée un peu prétentieuse pour le coup). Ou même “Je ne suis pas blogueuse.”. Enfin bref. Au fond on s’en fout non des étiquettes? Tu ne peux pas dire que tu n’es pas blogueuse puisque tu as un blog. Après il y a différentes catégories de blogueuses, on le sait tous, ça se voit ça se sent, ça se ressent. Il y a les blogueuses qui essaient au max de rester proches de leur lectorat et qui font dans l’authentique. Et il y a les blogueuses qui ont depuis longtemps décidé de faire dans le commercial. C’est un peu comme dans tout quoi. La musique, le cinéma. Tu ne trouves pas? Est ce que pour autant il faut avoir honte de dire “je suis musicien” ou “je suis acteur” sous prétexte qu’il y a des gens dans la musique qui font ce qui marche et d’autres qui préfèrent faire simplement ce qu’ils aiment par dessus tout quitte à moins bien en vivre… Et encore même en disant ça je me rends compte que c’est carrément stupide de raisonner comme ça. Pourquoi essayer de créer des catégories de blogueuses en fait? Pourquoi essayer de dire “celle -ci oui elle est bien elle fait dans l’authentique” et “celle-ci non elle est pourrite elle ne pense qu’à gagner de l’argent”? Et si on arrêtait de faire des comparaisons et de créer des fossés? Tu fais les choses comme tu les aimes et on le sait. Tu n’as rien à prouver: ni à tes lectrices, ni aux médias, ni à la communauté de blogueuses. C’est peut-être pour ça qu’il y a moins de honte à bloguer dans les pays anglo-saxons: en général, ils sont plus spontanés que nous! Ils se posent moins de questions (je n’ai pas dit que nous avions une intelligence supérieure attention), et ils sont plus friendly que nous aussi!! (à mon avis les filles se regardent autrement et portent moins de jugement?). Voilà mon avis… en tout cas j’aime toujours bien ton blog, oui tu es blogueuse, oui tu es chef d’entreprise, et oui tu reçois des cadeaux des marques de temps en temps. Et alors??? Des bises

    • En fait je crois que c’est juste comme si je ne sais pas je faisais de la gym comme passe temps et qu’on me demandait si j’étais gymnaste. Je crois que c’est plus le fait que ce soit une part toute petite de mon activité qui fait que j’ai du mal avec l’idée qu’on me définisse uniquement avec ça. Mais sinon je comprends ce que tu veux dire.

  125. Oh non 🙁
    Considérer blogueuse comme une insulte, c’est donner raison à ceux qui se moquent de cette activité 🙁

  126. Personne je trouve qu une partie de la blogosphere s est tirée une balle dans le pied toute seule… c est rare de tomber sur un blog qui ne parle pas de produits, de marque, de tel ou tel café bar ou restaurant … Du coup le lecteur peut avoir l impression (en tous cas c est ce que ça me fait) en passant d un blog à un autre d être “submergé ” de cette consommation …
    Et toujours personnellement je trouve que tenter de se dédouaner de ça donne encore plus de le sentiment de culpabilité. .. Surtout que les personnes qui postent un article dans ce sens ont souvent atteint une certaine notoriété et qu’ ils renient peut être un peu vite les débuts de leur aventure bloguesque. …
    Bref des gens pour critiquer et réduire le travail des autres il y en aura toujours mais ne tombez pas dans le panneau de cette critique facile ☺ et ne soyez pas si négatif envers certains qui sont bien contents de recevoir des cadeaux… Il y a de tout dans tous les domaines et il “fallait” bien que ça touche aussi ce domaine ☺
    Les lecteurs savent faire la différence eux ☺

  127. Je trouve effectivement que ce mot sonne négatif, alors même que bloggeuse c’est juste quelqu’un qui tient un blog
    Moi même ayant un blog j’ai bien conscience que tout le mode est “bloggeur” potentiel même à temps partiel et même pourun petit blog, alors j’ai été assez surprise d’entendre de la part d’une collègue “bloggeur, c’est pas un travail, c’est un hobby”
    Ouai mais non Derrière un blog y’a du boulot, y’a de la recherche, et c’est finalement un vrai job de gérer la partie “com”, la partie technique, inspiration et j’en passe, dans le cas où ça marche.
    Notre pays est en retard d’un paquet d’années sur beaucoup de choses. Pas étonnant que bloggeur/se soit mal perçu comme métier … 🙁

  128. Je crois qu’il ne faut pas avoir honte d’être blogueuse.
    C’est un conflit de génération, entre la génération papier-télé et la génération digitale (d’ailleurs tu es peut-être tiraillée car comme moi, tu fais partie de la génération “entre deux”). Dans 10 ans on n’en parlera plus…. J’espère.
    C’est aussi une peur des journalistes d’être déposséder de leur métier, pour lequel ils ont fait des années d’études. Il y a des bons et des mauvais journalistes, comme il y a des bons et des mauvais blogueurs.
    Et en France on aime les cases. Et faire un métier (un seul !), bien défini.
    Après, de mon regard de “fille d’une petite ville de province”, ça me fait marrer de voir parfois quelques parisiens s’inventer des métiers multiples (souvent un mixte entre de la com, de l’art et du digital).
    Le monde du travail évolue !

  129. Je trouve ça dommage que la définition de blogueuse soit aussi mal vu en France. En effet travaillant dans mon boulot avec la presse, combien de fois j’ai entendu des chroniqueuses raconter des choses atroce sur les blogueurs et les blogueuses.
    Il est vrai aussi que certaines n’aide pas à dorer le blason de ce métier, quand on fait dans le make up/soins et qu’on finit par danser sur TF1 ça peux paraître bizarre aux gens. Personnellement je ne juge pas, je trouve que chaque personne qui s’investi dans son métier, sa passion, à le droit à la reconnaissance.
    En Amérique des gens sont “danseur acteur chanteur peintre” en même temps et personne ne les pointent du doigt.
    C’est triste mais en France il ne fait pas bon vivre pour les gens qui réussissent!
    Moi je te félicite pour tout ce que tu as accompli depuis toute ces années. Tu es une grande businesswoman qui a sut se diversifier et mener à bien tout ces beaux projets! Je ne sais pas vraiment par quel nom te qualifier, mais quoi qu’il en soit tu n’as pas à rougir qu’on t’appelle blogueuse, ton talent et toutes tes années de réussite parlent pour toi 🙂

    • vous parlez d’Enjoy P. Son évolution ne me choque pas.

  130. J’ai le même ressenti que toi quand on me dit “ah comme ça tu es blogueuse”, il y a quelque chose de péjoratif et de condescendant dans cette simple phrase. En général quand je rencontre quelqu’un je ne parle pas de mon blog, j’attends de voir si la personne sera réceptive ou pas à ce que je fais sur le blog. Je trouve ça dommage d’en avoir honte parce que j’aime prendre des photos pour mon blog, chercher des sujets intéressants, …, ça devrait être une fierté pas une honte. La semaine dernière j’étais invité dans un bar entant que “blogueuse” et quand on m’a présenté aux différents invités, un type me lance d’un air moqueur “ah toi aussi tu es une blogueuse? Tu prends toute ta bouffe en photo aussi non?” en regardant sa copine blogueuse, ça m’a fait bouillir.

  131. Je suis d’accord avec tout ce que tu dis mais c’est dommage qu’il n’en ressorte pas le sentiment inverse, la fierté d’être une blogueuse contre vents et marées. Mais je comprends, moi qui tiens des blogs depuis des années, j’en viens à dire que je déteste les blogueuses depuis que j’ai ouvert mon concept store et que je vois l’envers du décor, ces blogueuses qui exigent que je leur envoie des cadeaux en m’expliquant à quel point elles me font une fleur (je suis d’ailleurs en train d’écrire un billet là-dessus). Quant au regard des autres, il n’y a pas que la blogueuse qui est méprisée malheureusement, c’est le cas de beaucoup de créatifs. Moi je me dis que c’est une sorte de jalousie, les gens aiment nous mettre dans des cases parce que ça les rassure.

  132. “Blogueuse” a définitivement une connotation négative dans la bouche de la plupart. Mais je crois que c’est quelque chose en passe de changer. Le modèle ancien de ma blogueuse mode-beauté travaillant par son image et son lectorat via les marques sem’essoufle au profit de celles qui créent une entreprise dont le blog n’est que la carte de visite gardant ainsi toute leur liberté et travaillant de manière différente.
    J’essaie au maximum de porter fièrement ce statut de blogueuse malgré le ton amusé et parfois moqueur qu’on lui prête, peu à peu je sens que le regard de mes proches changent à mesure qu’ils me voient travailler, photographier, écrire jusque tard et proposer des articles qui peut être ne changeront pas le monde mais feront peut être sourire une poignée de personnes parmi celles et ceux qui me lisent. C’est mon seul objectif, faire sourire, apporter un peu de douceur et je pense que cela aussi son importance, la légèreté, la bienveillance, ce petit coup de pouce à autrui. Je crois que la modification du regard passera par nos proches en partie.
    Et puis aujourd’hui les blogs de qualité font légion et tendent à faire mentir les critiques venant de ceux au bout d’un système qui s’épuise et n’arrive plus à répondre à la demande du moment. La mutation desmedias montre que chacun y a sa place, blogueurs de plus en plus professionnels et légitimes autonomes et amassant une masse de travail iincroyable pour maintenir leur passion à flot et les journalistes professionnels.
    Merci Elodie pour ce billet !

    • Oui c’est vrai qu’avec le temps ça va changer, enfin j’espère que tu as raison ! J’ai un blog depuis 10 ans je commence à trouver le temps long 😀

      • J’avouerai que je suis un peu comme toi …
        “Alors comme ça tu vis de ton blog ?” … Non en fait je suis D.A et illustratrice avant tout ! Mon blog est un des médias sur lesquels je peux m’exprimer et en plus j’y suis le patron ce qui est plutôt cool en fait 😉
        Je trouve ça dommage effectivement que malgré les années les mentalités n’aient pas évoluées, enfin si il y a eu une évolution mais pas vraiment dans le bon sens hélas ! 🙁

        Bises !

      • Il faut dire quand même que le nombre de personnes qui vivent exclusivement de leur blog est minuscule, mais comme ce sont celles et ceux qu’on montre dans les médias on a le sentiment que c’est la norme. A tort.

  133. J’avoue que l’interview de Natoo chez Ruquier m’a franchement irritée. Effectivement, on a clairement honte de dire que l’on est blogueuse ou youtubeuse (au masculin également) et comme d’habitude, dans les pays anglophones ça se passe très bien!
    Mais qu’est-ce qui va si mal chez les francophones? Pourquoi les “artistes” et les “originaux” se font toujours taper dessus? Moquer, dénigrer…
    Je comprends parfaitement ce que tu ressens, artiste freelance, auteur et blogueuse, je suis pourtant souvent considérée comme une glandeuse. Les gens ne comprennent pas, ne visualisent pas et surtout, ne font pas d’efforts pour le faire!
    Oui, nous avons souvent honte d’être blogueuse et ce n’est pas juste!

  134. Ton article résume tout ce que je pense. Le mot “blogueuse” a pour moi une connotation péjorative depuis maintenant quelques bons mois. J’ai moi même eu du mal à reprendre mon propre blog ( que j’ai délaissé pendant plus d’un an). Finalement j’ai décidé de reprendre à zéro et de changer de plateforme et j’ai un peu retrouvé ma motivation. Avant tout il faut se faire plaisir à soi: j’aime partager et échanger avec des gens ayant les mêmes centres d’intérêt que moi. Malheureusement quoi qu’on fasse nous sommes jugé et finalement associé à certaines choses ou personnes que nous n’aimons pas. Mais la vie est ainsi faite ! Alors ne nous arrêtons pas à ce que pensent les autres, et pensons à nous avant tout !
    Des bisous ! ♡

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *