,

Celles qui me suivent sur Instagram l’ont vu, la semaine dernière j’ai passé 4 jour à Los Angeles pour le Airbnb Open, j’étais invitée par la marque à venir assister à l’événement et vivre un peu leur vision du voyage sur place. C’était incroyable, et j’en ai retiré énormément de choses positives, ça m’a fait un bien fou (dans le contexte actuel ça fait pas de mal).

Lire la suite

9
Share
, ,

Allez plus loin que “je suis une feignasse et c’est pour ça que j’y arrive pas”

Vous allez pouvoir dire adieu à cette vilaine culpabilité qui gâche ce joli moment de préparation mentale. Cette culpabilité qui vous fait vous sentir toute nulle, qui démonte votre estime personnelle, qui vous empêche souvent de prendre soin de vous parce que vous estimez ne pas l’avoir mérité ou qui vous fait croire que vous n’arriverez jamais à rien.

Cette culpabilité que vous ressentez à avoir procrastiné est souvent la véritable raison qui vous empêche de passer à l’action, pas la procrastination elle même. Lire la suite

54
Share
,

J’ai pris le temps lire toutes vos super réponses que j’ai reçues (si vous avez répondu à mon questionnaire merci ^^) et j’ai remarqué quelque chose qui a l’air de drôlement vous gâcher la vie : madame la procrastination. Vous voulez vraiment sortir du cadre et sortir de votre zone de confort pour changer plein de choses dans votre vie (on en parlait il y a 2 semaines), mais elle est là, à vous distraire comme un vilain diable sur votre épaule.

C’est l’ennemi public numéro 1, celle que vous voulez abattre à tout prix. C’est elle qui vous empêche de réaliser vos rêves, les projets qui vous font super envie, celle qui vous pousse de force à faire dérouler votre feed instagram à minuit au fond du canapé alors que vous seriez mieux au lit, qui vous empêche d’entreprendre enfin ce grand tri dont vous rêvez dans vos placard ou qui vous fait consulter la bibliothèque Netflix pendant des heures au lieu de vous faire à manger un bon petit plat le soir.

Non mais quelle connasse celle là !

Je suis la reine des procrastineuses

Moi aussi j’ai longtemps pensé ça, parce que je suis une grosse flemmarde. Pour me mettre enfin sur un projet chiant / complexe / long à gérer ou juste pas fun il me faut parfois dépenser une énergie supérieure à celle dont ce projet avait réellement besoin. Le simple fait d’y penser et je file faire autre chose sous prétexte que “j’ai besoin d’une pause”. Et hop j’y pense plus, je ferai ça plus tard. Ou alors “tiens je vais faire une liste” comme ça j’aurais l’impression d’avancer alors qu’en fait non 😀

procrastineuse
Photo : Olitax

Voui voui voui

Je déconne pas, je suis une énorme flemmarde, parfois j’ai même super honte de moi. Si, je vous jure. Je sais que vous avez du mal à me croire parce que j’ai pas l’air comme ça avec mon blog, mon entreprise, mon appart qui a l’air parfaitement rangé et mes placards optimisés. Mais la procrastination est ma compagne depuis des années moi aussi.

    Ce que j’ai appris du grand maître de la procrastination

    Avant d’aller plus loin je vais vous demander un petit truc : est-ce que vous connaissez Tim Urban ? Si vous ne le connaissez pas filez voir cette conférence TED hilarante qu’il a donnée sur la procrastination (promis c’est sous-titré en français).

    Dans la tête d'un expert en procrastination

    C’est drôle et à la fois pas drôle du tout, la conclusion fait réfléchir assez fort en tous cas. Si vous n’avez pas le temps là tout de suite, promettez moi d’aller la regarder plus tard et regardez juste ces petites explications en anglais sur son blog (ou ce résumé fait par France info vidéo).

    monkey-gratificationPour lui, notre cerveau est habité par 3 personnages :

    • Le sage, à la barre, qui prend les décisions rationnelles
    • Le petit singe qui aime juste s’amuser
    • Le monstre panique qui fait peur au singe

    Quand on procrastine c’est le petit singe qui prend le contrôle et empêche le sage de faire son travail. Et quand on arrive à vraiment s’y mettre c’est parce que la deadline est proche et que le monstre panique a fait fuir le singe.

     

    J’ai créé un 4e personnage qui manquait à ce tableau rigolo : le dresseur de singe. Le monstre panique n’a pas trop de prise ni sur moi ni sur mon singe : il coopère plus si je lui tends des cacahuètes. C’est comme ça que j’ai réussi à lui apprendre des tours (et de concrétiser tout un tas de projets : ma boîte, des voyages, des progrès en photo, mon appartement, mes bureaux…etc.).

    Je n’y suis pas arrivée tout de suite, mais je suis ceinture noire en dressage maintenant. Et je vais vous montrer comment vous pouvez progresser aussi.

    Parce qu’en vérité procrastiner n’est pas un problème du tout, c’est quelque chose qu’on fait tous quand notre cerveau a besoin d’une petite soupape de décompression, faire le point, réfléchir en tâche de fond au problème qu’on a à résoudre pendant qu’on a l’air de s’amuser à faire autre chose.

    Procrastiner est peut être plus devenu un soucis depuis qu’on a accès à une infinité de distraction avec internet (ah on glandouillait moins sur la toile quand on avait nos abonnements 20h chez wanadoo, mais on glandouillait quand même). Les réseaux sociaux font d’ailleurs tout pour nous retenir chez eux comme une vilaine sorcière qui nous tend un bonbon. Je vous conseille d’ailleurs cette très bonne interview de Tristan Harris sur le sujet, allez voir comment les réseaux sociaux nous grapillent du temps et comment on peut retourner ça grâce au label “time well spent” qu’il a créé (ou comment privilégier les technologies qui nous aident au contraire à mieux utiliser notre temps et reprendre le pouvoir) ou comment dès aujourd’hui faire le nécessaire pour limiter le temps qu’on passe sur les réseaux sociaux (à la toute fin de l’interview). C’est très instructif. Vous irez toujours traîner sur facebook, mais moins ^^

    Personnellement, j’ai remarqué que c’est quand j’ai un gros projet dans lequel je dois me lancer, ou un truc que j’ai pas envie de faire là tout de suite (genre aller prendre ma douche, le matin quand il fait froid je repousse au maximum) que j’ai un besoin urgent d’aller sur twitter. Plus ce que je dois faire est important plus je procrastine. Il se passe donc quelque chose dans ma tête et je le sais, je ne peux pas me mentir. Quand on procrastine on fait mine de faire autre chose mais on sait très bien ce qui se trame au fond, et ça nous travaille.

    Si vous procrastinez ça veut juste dire que tu vous êtes un être humain qui a une idée intéressante, qui va faire quelque chose de mieux ou qui va faire mieux quelque chose qu’il faisait déjà. Quelqu’un m’a dit “J’envie les filles qui sont capable de ne pas procrastiner, qui ont du peps et qui bouffe la vie a pleine dent”. Ces gens là n’existent pas croyez moi ou alors ils ont un petit placard sombre dans lequel ils rangent des trucs dont ils ne vous parlent pas…

    On en connaît tous ! Et on a l’impression qu’on n’est bons à rien à côté d’eux. Alors pour avoir moins l’impression de procrastiner on se met à dresser une liste de choses à faire mais on n’arrive jamais au bout et elle finit par nous angoisser et à grave nous culpabiliser. Résultat : on va passer deux heures à regarder des bêtises sur Snapchat, ou à stalker au fil de nos pensées des gens qu’on n’a pas vu depuis le lycée sur facebook. Et on procrastine encore plus, on remet à plus tard et on se dit qu’on n’arrivera jamais à rien.

    En réalité, la première envie de procrastiner est plutôt un très bon signe croyez moi, beaucoup de gens créatifs procrastinent. Il faut juste apprendre comment transformer ça dans le bon sens (oui, ça s’apprend), grâce au fameux dresseur dont je vous parlais tout à l’heure : on va le dompter ce petit singe et lui apprendre à faire des tours !

    Et ça je vous en parle la semaine prochaine ! (là ça fait déjà beaucoup houlala remettons ça à plus tard :D)

     

     

    128
    Share