Jolies choses

-
-

« Madame vous êtes stressée »

lapin-alice

La première fois que mon médecin m’a sorti ça j’ai presque pouffé de rire : « Haha moi stressée ? Mais non pas du tout ! ». Puis il a ajouté que j’avais un peu tous les signes mais que bon si je ne me sentais pas stressée alors tout allait bien.

Et puis j’ai raconté ça en rigolant à mon mec le soir et c’est lui qui a rigolé à son tour en me disant que « Haha toi stressée ? Mais oui tellement ! ». Deux personnes dans la même journée ça commençait à faire pas mal, un médecin dont c’est le métier et mon mec qui me voit au quotidien ça valait la peine d’être écouté.

Alors comme ça j’étais stressée sans le savoir ? Ou alors sans m’en rendre compte ? J’ai lu plusieurs articles sur le sujet, consulté la liste des symptômes et me suis rendu compte que j’étais complètement stressée.

J’avais cette image de la personne stressée : les gens dans la finance qui parlent à plusieurs téléphones en même temps dans les dessin animés (ou comme Phoebe qui fait une crise cardiaque), les parents sans sommeil et débordés par leurs gamins intenables, celui qui fait des crises d’angoisse et qui hyperventile avant une réunion… Toutes ces images bien caricaturales donc, dans lesquelles je ne me reconnaissais bien sûr pas du tout.

Moi qui travaille au calme à la maison ou dans mes jolis bureaux, qui fait un travail certes très prenant mais que j’aime énormément, qui dort assez peu mais pour avoir du temps à consacrer à mes hobbies (jeu de rôle, puzzle, calligraphie, etc… des trucs plutôt cools en somme). Je n’avais pas l’impression de rentrer dans la case stress alors que j’y étais complètement.

C’est plus difficile à voir quand on est bien occupé et qu’on fait ce qu’on aime. Alors qu’en vrai quand j’y réfléchis je suis quelqu’un de stressé depuis toujours :

Quand j’étais jeune j’angoissais de ne pas savoir ce que je voulais faire plus tard et d’être au chômage quand je serai grande. Dans mes études j’ai eu tour à tour peur de ne pas être acceptée en S, de ne pas avoir mon bac avec mention, de ne pas être acceptée en prépa, de ne pas avoir d’école, de ne pas avoir mon diplôme et enfin de ne pas trouver de travail. Tout ça étant des problèmes de première de la classe puisque tout s’est toujours passé à merveille pour moi, car je bossais comme une malade (le stress était visiblement mon moteur).

Je n’ai ensuite jamais été au chômage de ma vie, mais j’ai toujours stressé de ne pas trouver un travail à chaque fois que j’ai voulu aller voir ailleurs. Et quand je me suis installée free lance j’ai angoissé chaque mois à l’idée de ne pas gagner assez pour vivre. Toujours des problèmes de première de la classe quand j’y pense.

Et depuis que j’ai ma boîte j’angoisse un peu (mais moins, haha progrès !) à l’idée de ne pas pouvoir payer tout le monde. Alors qu’on s’en sort bien et qu’il n’y a pas de raison que ça m’empêche de dormir comme c’est le cas aujourd’hui.

PUTAIN MAIS OUI EN FAIT JE SUIS STRESSÉE !

Mais que c’est bête ces idées préconçues qu’on se fait de situations quand même un peu préoccupantes et qui nous empêchent d’y voir clair (un peu comme ceux qui pense qu’être alcoolique c’est boire seul en étant rouge et moche).

La bonne nouvelle c’est que quand on a enfin identifié son problème (ou levé le voile dessus) on peut enfin se soigner :D

Shopping

-
-

Martine

Martine-casterman

Martine au cirque* – Casterman

J’ai posté cette photo de livres Martine sur mon compte instagram la semaine dernière, et les réactions m’ont étonnées (whaaa j’inverse totalement les titres buzzfeed la folie furieuse).

Je venais de recevoir ces quelques livres de l’attachée de presse Casterman qui bosse avec mon copain en ce moment et à qui j’avais confié mon amour absolu pour Martine. Martine c’est toute mon enfance, je les lisais chez mes grands parents qui les avaient TOUS (enfin ça c’est ce que je croyais, il en est en fait paru un par an de 1954 à 2010).

Alors quand certaines d’entre vous ont râlé que c’était hyper sexiste je me suis interrogée, car ce n’est pas du tout le souvenir que j’en avais.

Pour moi Martine c’était la super petite fille qui faisait de tout : peinture, vélo, danse, bricolage, cuisine. Et il me semblait qu’elle n’était pas vraiment enfermée dans son rôle de petite fille tout le temps.

Je me souvenais qu’il y avait une empreinte 50’s à ce niveau là, mais déjà enfant, je m’en rendais compte et si c’était parfois Bricolage pour Jean et cuisine pour Martine (quand elle fête son anniversaire par exemple) c’était surtout lié à l’époque. Martine n’est donc pas particulièrement sexiste, mais le reflet d’une époque différente, c’est important de garder bien ça en tête ou de l’expliquer si on lit ça avec un enfant.

Commenter

 

L.10EJCNCF0123.C010_MARTfoire_Ip001p024_FR

Martine

Martine à la fête foraine* – Casterman

Pour autant, je comprends que les jeunes mamans modernes aient envie de montrer autre chose à leurs petites filles, que ce n’est pas la danse pour les filles et le foot pour les garçons. Je suis à 3000% derrière cette idée. Moi même, enfant, je préférais jouer aux petites voitures qu’aux Barbies et ado j’avais plus envie de devenir ingénieur que maîtresse d’école (j’ai eu la chance d’être plutôt hermétique aux clichés).

Du vous voulez montrer un modèle féminin différent à vos enfants mais que vous êtes quand même attachées à Martine et que ça vous pose un problème, je vous conseille celui là : Martine au cirque.

C’est étrange parce que c’est un des plus vieux Martine (il date de 1956) mais c’est un des plus chouettes à ce niveaux là. Martine y est tour à tour acrobate à vélo, équilibriste, dresseuse de chevaux, magicienne, dompteuse de lions, elle assume TOUS les rôles.

Et puis celui là a un petit côté Disney dans le dessin et avec les animaux du cirque. J’aime d’ailleurs vraiment plus ce style d’illustrations à la peinture pour Martine que celui qu’on retrouve dans les années 70-80 au crayon de couleur qui ont moins bien vieilli selon moi (comme là).

Commenter

 

Martine-7

Martine-8

Martine-12

Martine-6

Martine-10

Martine avec son costume de Mr Loyal <3 et les lions très Disney de l’époque

Martine-9

Dans les premières pages il y a même ce texte : « Martine file se changer. Dans les coulisses, il y a de magnifiques costumes : des robes à volants, des rubans, des vestes de toutes les couleurs… – Je vais pouvoir m’habiller comme je veux… Et même me maquiller ! Toi aussi Patapouf »

Que je trouve vraiment bien tant il ouvre le champ des possibles dès le départ.

Du coup si vous aimez Martine, ne vous privez pas non plus, juste feuilletez les avant, il y en a qui n’ont pas pris une ride et qui nous épargnent les garçons en chevalier et les filles en princesse et ceux là restent mes préférés (Martine en bateau est très chouette, elle visite la salle des machines et rêve d’elle habillée en cow boy). Vous verrez que les plus vieux Martine des années 50 posent assez peu de problème (c’est plus dans les années 60-70 que c’est bof bof), et à partir des années 80 aussi tout va bien.

Les illustration de Marcel Marlier sont tellement belles, ce serait dommage de s’en priver…

Commenter

 

martine en bateau

Martine en bâteau* – Casterman

Coup de foudre

Bottines Chie Mihara-6

Imper Asos, collants Wolford*, sac à dos Nature & Découvertes, jupe Asos, bottines Chie Mihara*

Quand je suis arrivée à Paris la première année (en 2001, pfiouuu) j’ai eu un coup de foudre dans le métro, une jeune femme sur le quai qui portait des bottes sublimes. Je me souviens ne pas les avoir quittées des yeux jusqu’à ce que je la perde de vue dans la rame.

J’étais beaucoup trop timide pour lui demander où elle les avait achetées, avec leur petit look rétro je pensais qu’elle les avait achetées dans une friperie et que je ne les reverrai jamais nulle part.

Jusqu’à ce que je tombe nez à nez avec elles dans la vitrine de Garrice rue Saint Antoine près de la petite rue où se nichait ma chambre de bonne. J’ai collé mon visage à la vitrine et j’ai vu le prix. c’était loin de ce qu’une étudiante pouvait se payer.

Alors j’ai mis un peu de sous de côté, laissé passer mon anniversaire et les fêtes de noël en priant pour qu’elles soient toujours là et soldées après tout ça. Et j’ai eu mes bottes de rêve. Je les ai montrées dans un des premiers posts de ce blog…

C’était des bottes Chie Mihara, elles n’ont pas bougé depuis et j’ai gardé un amour inconditionnel pour la marque. Qui a sorti cette année une collection de chaussures pour mariées absolument divine, j’ai totalement craqué sur ces bottines blanches qui font très marry Poppins, majorette, patineuse artistique.

Je les adooooore !

Commenter Fabien Gilles & EB

Bottines Chie Mihara-37

Bottines Chie Mihara-19

Bottines Chie Mihara-24

Bottines Chie Mihara-5
Bottines Chie Mihara-3

Bottines Chie Mihara-30

Bottines Chie Mihara-14

Bottines Chie Mihara-17

Bottines Chie Mihara-15

Bottines Chie Mihara-33

Bottines Chie Mihara-29