Amsterdam sisters

Amsterdam sisters-2

Manteau american Vintage, étole Eric Bompart

Il y a un peu plus d’une semaine je suis allée passer un petit week end à Amsterdam avec ma soeur. Je vous prépare un petit article sur les adresse que j’ai visitées et quelques pistes quand on n’y passe que quelques jours d’ici quelques jours ;)
On s’est rendu compte que c’était la première fois qu’on partait en week end toutes les deux. Trente ans qu’on est soeurs, et on n’avait jamais rien programmé de ce style.

Pourtant on est très proches, on l’a toujours été. Ados on partageait la même chambre et toutes nos petites histoires. On s’engueulait super fort mais on s’entendait bien malgré la tyrannie que j’avais instaurée entre nos quatre murs (elle m’appelait Hitler quand je l’emmerdais trop). On écoutait des CD 2 titres en boucle les mercredi après midi et on faisait les chorégraphies des spice girls dans le désert sur Say You’ll Be There.

Amsterdam sisters-9

Caban Asos, collants Wolford*, snood Oysho, sac à dos Bensimon*, boots chelsea Jonak*

Avoir des parents divorcés nous a pas mal rapprochées je pense, ma constante c’était ma soeur, quand on passait des vacances chez papa ou maman on était toujours ensemble, c’est la seule personne dont je n’ai quasiment jamais été séparée.

Mais j’étais toujours la « grande soeur » et il m’a fallu des années, d’engueulades et beaucoup de travail sur moi pour la considérer comme une grande personne et arrêter de penser que j’avais forcément un ascendant sur elle. Il m’a fallu du temps pour arrêter de lui imposer ma vision des choses ou ma façon de faire et pour considérer qu’elle aussi avait des choses à m’apprendre

Il y a aussi ces 6 mois où elle est partie vivre à Berlin où j’ai été vraiment séparée d’elle pour la première fois qui a définitivement coupé le cordon de la grande soeur.

Amsterdam-sisters-3
Amsterdam-sisters-2

Je ne sais pas si c’est pareil pour tous les couples de frères et soeurs, mais, si le plus jeune a besoin du plus grand quand il est enfant pour avoir un modèle et des conseils, je sais qu’en grandissant c’est le plus grand qui a souvent un besoin inconscient que le plus jeune ait besoin de lui. Moi ça m’a pris plus de temps qu’à ma soeur pour couper ce fil invisible.

C’est peut être pour cela qu’on a mis si longtemps à se dire que partir 2 jours à l’étranger seulement toutes les deux serait une bonne idée. On avait peut être besoin d’être sûres et archi sûres que ça se passerait bien, les premières fois conditionnent beaucoup les suivantes et je pense qu’on va pouvoir s’en refaire un paquet de week ends toutes les deux ;)

Commenter

Shopping

-
-

Mon livre

www.leblogdelamechante.fr (6)

Kindle paperwhite (avec la 3G) avec un étui en cuir Amazon

Il y a deux ans j’ai fait un constat un peu inquiétant : cela faisait 3 ans que je n’avais quasiment pas ouvert un livre. Pour moi qui ai été élevée dans une maison remplie de bibliothèques pleines à craquer c’était un peu la honte.

J’ai eu un parcours de lectrice un peu chaotique. Petite je lisais énormément, je dévorais bibliothèque rose, jaune verte, tous les livres de la comtesse de Ségur (je m’identifiais beaucoup à cette petite peste de Sophie). Et puis à l’adolescence, la rebellion passant par là, j’ai décidé que lire c’était pour les vieux. J’avais bien compris que ça contrariait énormément mes parents alors j’y prenais un malin plaisir. Oui j’étais une vraie peste je vous dis.

Et puis en grandissant je me suis forcément calmée, je n’avais plus besoin de ça pour m’opposer à la famille, et j’ai repris goût à la lecture. C’était même un bon moyen pour rester peinard dans mon coin en disant « mais non tout va bien je lis c’est tout laissez moi tranquille ».

Et puis voilà, je ne sais pas comment c’est arrivé mais en 2011 j’ai arrêté de lire. Je n’ai pas ouvert un livre entre 2011 et 2014. Et j’ai fini par comprendre qu’il y avait là dedans beaucoup de mes usages quotidien d’internet et mon habitude de trouver les contenus qui m’intéressaient quand je voulais.

J’ai commencé à m’intéresser aux e-books qui semblaient répondre à mes nouvelles exigences. J’ai passé un mois ou deux à réfléchir : kindle (amazon), Kobo (Fnac) ou autre liseuse ? J’ai lu des avis croisés, interrogé des utilisateurs parmi mes amis. Et malgré toutes les réticences que j’avais à passer par le système Amazon c’est finalement ce que j’ai choisi et je me suis acheté un kindle avec la 3G pour être toujours parée en voyage et un joli étui en cuir pour avoir l’impression d’avoir un vrai livre dans la main.

Pour moi Amazon c’est un peu comme Apple : tout est verrouillé à mort et j’ai horreur de ça. C’est le géant qui écrase tout autour de lui. Mais c’est ce qui fonctionne le mieux donc je me suis inclinée en attendant qu’un concurrent leur arrive enfin à la cheville en terme d’ergonomie et de matériel.

Pour le moment j’ai le sentiment d’avoir fait le bon choix. J’ai repris la lecture, j’ai dévoré tout Game of thrones (avoir tous les tomes dans un seul petit livre en voyage c’est la perfection – si comme moi vous êtes fans de la série c’est encore mille fois mieux), je me suis même remis à la lecture de livres plus orientés politique & société (ce que j’avais arrêté depuis mes études je crois) (dernièrement le très instructif Tout Peut Changer de Naomi Klein), et j’ai toujours mon précieux La semaine de 4h sous la main ».

J’ai toujours mon kindle dans mon sac (il tient même dans la poche de mon caban), fini les livres qui pèsent 15 tonnes et qui te pète les poignets quand tu lis le soir dans ton lit (ou que tu te prends sur la tronche parce que tu t’endors :D).

La batterie tient super longtemps et la lecture est vraiment semblable à celle qu’on a sur le papier (la fameuse encre numérique). Et puis c’est la paix du ménage, il est légèrement rétro éclairé, je peux donc lire sans lumière pendant que mon mec roupille à côté.

Et puis c’est tout bête mais vous savez quand on lit un pavé et que c’est un peu chiant de changer de position quand on passe de la page de gauche à la page de droite ? Là c’est fini, on lit tout le temps dans la même position, on peut même poser le livre. C’est un tout petit truc mais c’est super confortable !

En voyage c’est génial, je peux télécharger n’importe quel livre dans n’importe quel pays (la couverture 3G est dingo). Et d’une manière générale dès que j’entends parler d’un livre intéressant je le mets dans mes favoris à lire plus tard.

Enfin, marquer des pages et avoir la possibilité de faire des recherches c’est génial (surtout quand je lisais Game of Thrones et que je ne me souvenais plus de qui était qui, hop hop une recherche et je relisais de vieux passages).

Bon et je sais c’est pas légal mais si vous voulez pirater c’est possible (les auteurs se font complètement niquer avec le système des livres numériques sur lesquels ils gagnent que dalle, j’ai découvert ça avec joie en faisant mon 2e bouquin, les grands méchants distributeurs se sont pris la grosse part du gâteau). Sinon y a tous les livres tombés dans le domaine public qui sont gratuits (mais je crois qu’il faut avoir un compte amazon premium pour ça, j’ai jamais testé).

Côté points négatifs : avant on ne pouvait pas « prêter un livre », aujourd’hui c’est possible mais seulement de kindle à kindle, relou. Et la politique d’amazon fait que si du jour au lendemain ils ont envie de censurer un livre que vous avez acheté, il disparaît de votre bibliothèque (moyennant remboursement mais quand même). C’est arrivé en juillet 2009 où deux livres de Georges Orwell ont été effacés, Amazon s’est est platement excusé par la suite, mais ça sent pas la rose cette histoire.

Et sinon un truc bien relou c’est qu’une fois sur deux, quand quelqu’un voit mon kindle j’ai droit au « NAN MAIS POUR MOI RIEN NE REMPLACERA LE PAPIER », même si j’ai pas essayé d’en vanter les mérites. Alors que bon, autant j’aime toujours les beaux livres, autant je vois plus du tout l’intérêt d’un poche (sauf si c’est l’apocalypse et qu’on n’a plus d’électricité ou accès à une bibliothèque en ligne, là j’aurais pas l’air con) (bon de toutes façons je lutterai pour ma survie donc pas sûre que j’ai envie de bouquiner). Mais bon c’est comme ceux qui voulaient pas lâcher leurs CD à l’aube des années 2000, qui n’utilise pas les mp3 ou les plateformes aujourd’hui ? Ou comme les photos, qui a encore des albums photos bien remplis sur ses étagères ?

Commenter

www.leblogdelamechante.fr (5)

Swinging Paris

Rue-cremieux-00001

Pull & Other Stories, jupe Asos, collants Wolford*, mitaines Sonia Rykiel, bottines Jonak*, sac Madewell, manteau à carreaux Asos

Voilà une petite carte postale de la rue Crémieux, cette rue où tout le monde semble se presser pour prendre des photos de ses maisons colorées. Des habitants de la rue m’ont récemment demandé d’enlever les photos de cet article car ils trouvent qu’il y a trop de monde qui vient désormais « chez eux ». Personnellement j’estime que la rue est à tout le monde, et qu’on a tous le droit de profiter des jolis endroits de Paris.

Et puis je l’aime bien cet article, il me rappelle de jolis souvenirs. Ce jour là j’avais mis des chaussures à paillettes neuves, pieds nus comme une grosse n00b et j’avais des ampoules géantes. Et c’est en marchant comme Forrest Gump avec ses athèles que j’ai eu mon premier petit rendez vous avez mon amoureux. Il m’a emmenée manger une pâtisserie près de la rue où on travaille tous les deux. Je me mordais les joues, et je n’attendais que son départ pour enfin enlever ces outils de torture quitte à marcher pieds nus dans les rues de Paris. J’avais pas l’air très maligne, mais ça n’a pas eu l’air de le repousser…

Commenter Olitax & EB

adresseRue Crémieux
(voir toutes les jolies adresses du blog)ornament

Rue-cremieux-00004

Rue-cremieux-00014

Rue-cremieux-00008

Rue-cremieux-00005

Rue-cremieux-00006

Rue-cremieux-00013

Rue-cremieux-00003

Rue-cremieux-00009

Rue-cremieux-00007
Rue-cremieux-00010

Rue-cremieux-00011

Rue-cremieux-00012