-

Sélection shopping

-

eleonore-bridge
, ,

Caban Etam, mitaines Sonia Rykiel, robe Asos, collants Tabio, bottines lacoste, écharpe American Apparel

Le métro parisien… La première fois que je l’ai emprunté, je devais avoir 15 ans, je rentrais seule d’un séjour dans le massif central ou vivait mon père (une destination DE CHOIX). Débarquement à gare de Lyon, objectif Montparnasse Bienvenüe en métro.

J’avais rien capté à ces histoires de directions, et étais joyeusement montée sur la 1 sans y faire attention (dans la mauvaise évidemment sinon cette histoire n’a pas d’intérêt). Je pensais naïvement que le train allait repartir dans l’autre sens une fois arrivé au terminus comme le plan au dessus des portes le suggérait. Que nenni, je me suis retrouvée avec ma valise et mes grands yeux de petit chaton perdu à chialer sur le quai au bout de la ligne.

Paris pour moi c’était Navarro le jeudi soir sur TF1, l’enfer de la drogue, j’avais peur de me faire égorger : je rasais les murs carrelés.

Comme vous le savez déjà, je n’ai pas fini en petits morceaux au bois de Vincennes, un vieux type m’a prise en pitié et m’a indiqué le quai pour aller dans l’autre sens en me montrant le changement à Châtelet comme à une débile profonde (parfait pour un débutant Châtelet, PARFAIT).

Je vous préviens dès maintenant, cette histoire n’a pas de chute.

Bien, poursuivons. J’ai donc déboulé à Châtelet avec ma valise de douze kilos cinq (sans roulettes s’il vous plaît) à laquelle je me cramponnais de peur qu’un DEALER ENRAGÉ ne me vole mes pulls et mes ptites culottes. Je me traînais comme une âme en peine, j’aurais pu y aller en rampant je serais allée plus vite.

Découverte émue de la ligne 4 et son programme d’animation endiablé. La joue transpirante collée à la vitre, je bénissais ma mère et ses « tu es grande, tu peux te débrouiller toute seule ».

Si vous connaissez un peu, vous imaginez ensuite le dédale de couloirs dans lequel j’ai dû errer à Montparnasse avant d’arriver à la gare depuis la ligne 4, à ce stade de détours et de fléchage t’as l’impression que tu vas prendre un avion.

Autant vous dire que ma première expérience du métro m’a laissé un merveilleux souvenir. Pour fêter ça BIM ! Un peu de métro aérien, parce que ça, par contre, j’aime vraiment.

Et oui pas de chute j’avais prévenu !

 

Photos Eleonore Bridge & Fabien Gilles
0
Partager
cinderella-red-pump
,

*Ma soeur, le 13 mai 2010, boulevard St Germain.

La semaine dernière j’ai enfin pris le temps d’aller faire ce dont j’avais le plus envie depuis que j’ai décidé de me marier : me payer une paire de chaussures qui me font rêver. Certaines se marient pour l’argent, moi je me marie pour les pompes c’est comme ça (bien sûr je déconne hein, non mais je vous jure y a des gens sans humour qui traînent ici je me sens obligée de leur mettre des sous-titres !)

Et pourtant, comme toujours, ce n’était pas gagné d’avance car j’avais une idée trèèèèèès précise de ce que je voulais sans avoir rien repéré : j’ai eu beau consulter des milliers de magazines, de hors séries spécial accessoires et maté plusieurs fois les défilés printemps-été rien ne m’avait tapé dans l’œil. L’expédition aux galeries Lafayette était donc minée.

Je cherchais des chaussures de princesse mais pas trop quand même, roses ou rouges, avec un nœud si possible, un peu rétro et décalées. Mission impossible me direz vous ? C’était sans compter sur ces petites merveilles repérées à la fin de notre grand tour de ce (très mal fichu) sous sol chaussure.

[nggallery id=412]

? Cliquez sur les vignettes pour les agrandir ?

Un mix entre les escarpins de cendrillon et celles de Dorothy, en les enfilant j’étais au paradis !

J’avais enfin un coup de cœur, le pied (ha ha que je suis drôle ce matin !). Mais comme je suis une fille raisonnable (ou inconsciente) je les ai reposées le temps d’aller faire un tour chez Louboutin. La vendeuse et son ombre à paupière tartinée jusqu’au front a pourtant essayé de me la jouer scénario catastrophe : « ce sont les dernières, exclu galeries lafayettes, et elles se vendent comme des petits pains »… Un jeudi de l’ascension à 11h du matin merci mais ça ne prend pas et tu me fait pas peur avec ton maquillage de drag queen ! Et toc !

Chez Louboutin, je trouve le magasin à chier… Toutes les pompes sont tournées vers la vitrine, quand tu es dedans tu vois rien que les talons… Super… Une paire d’escarpins à strass Barbie Sirène me tape pourtant dans l’œil. Elle font une super jolie jambe en plus, non mais quelle journée les amis ! Je suis là à essayer des pompes de rêve avec la véritable intention de faire craquer mon porte monnaie : c’est mon mariage, personne n’aura le droit de faire de commentaire sur le prix des chaussures, c’est pas tous les jours…

Mais les strass, c’est pour Carrie Bradshaw, moi je ne m’y sens pas vraiment moi même, les petits talons en plexi Sonia Rykielle me trottent dans la tête : Vite ! Sortons de là et fonçons aux galeries avant qu’une connasse n’achète MES pompes.

[nggallery id=413]

? Cliquez sur les vignettes pour les agrandir ?

Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa schling ! (le tiroir caisse) Orgasme shoppingesque…

0
Partager