,

[imagebrowser=45] Comme ma fiancée, je suis un malade du shopping et des fringues. En effet, je possède les trois mêmes pantalons depuis 5 ans et j’ai même encore quelques bermudas du collège qui me vont encore ; ainsi que mon polo favori, rongé aux mites.
Aïe, la Méchante fait les gros yeux !
– « Jette moi cette merde ! »
– « Achète toi des fringues. »

Mais comme elle adore le shopping, elle n’a qu’à le faire elle-même !
J’ai donc droit de temps en temps à des séances d’essayage privées à la maison. Elle revient avec un sac Zara rempli de trucs qui, selon elle, m’iront. Des fois ça marche, mais je dois dire qu’un T-Shirt Taille M du rayon femme ça risque de coincer ! (Bon c’est une erreur de jeunesse, elle ne l’a fait qu’une fois.)

Cependant, quand on va se balader à Londres, je suis un autre. D’habitude j’arrive à m’orienter juste en regardant le soleil ! Là-bas, même avec une carte que je tourne dans tous les sens j’y arrive pas bien ; mais pourquoi les bus arrivent-ils du mauvais côté ? Bref, dans la capitale anglaise je me transforme en « serial-shopper ». C’est fou ce qu’on dépense quand la monnaie n’est pas la même, bien que dans le change ne soit pas à mon avantage.
Je me retrouve donc chez Top Man (sur Oxford Street) à acheter un jean, une chemise avec cravate et une veste. Et quelques mètres plus loin, je fais l’acquisition d’une besace en simili cuir pour seulement 3 pounds (en gros 4,50€) chez Primark.
Donc mesdames et mesdemoiselles, je ne saurais trop vous conseiller d’emmener vos fidèles compagnons à Londres, en plus c’est tout le temps les soldes ! Chez Urban Outfitter, j’ai trouvé des chemises vintages à moitié prix avec en plus l’offre : « Buy one, get one free ».
A bon entendeur.

0
Partager

Cette année je suis encore pas franchement motivée par les soldes, après le passage des ventes privées, les soldes c’est pas très bandant. Comme pour les soldes de cet été, je me suis fixé un objectif un seul, et je vais m’y tenir, siiiiiiii : Une paire de chaussures, je dis bien une, et une ptite robe mais je ne sais pas encore laquelle. Pour les chaussures je sais, depuis le temps qu’ elles me narguent, je les aime, et comme je suis une fille raisonnable je ne puis me résoudre à les acheter au prix actuel (petite phrase théâtro-mélodramatique pour faire pleurer mon chéri et ma banquière).

Ces chie mihara seront bientôt miennes ( à gauche), et si je les loupe, je me rabattrai sur les salomés de la même marque terriblement années 20 (à droite), et sinon, j’achèterai 5 paires de pompes chez jonak pour me consoler, vala !

Et vous c’est quoi votre plan d’attaque ?.

0
Partager