,

[imagebrowser=45] Comme ma fiancée, je suis un malade du shopping et des fringues. En effet, je possède les trois mêmes pantalons depuis 5 ans et j’ai même encore quelques bermudas du collège qui me vont encore ; ainsi que mon polo favori, rongé aux mites.
Aïe, la Méchante fait les gros yeux !
– « Jette moi cette merde ! »
– « Achète toi des fringues. »

Mais comme elle adore le shopping, elle n’a qu’à le faire elle-même !
J’ai donc droit de temps en temps à des séances d’essayage privées à la maison. Elle revient avec un sac Zara rempli de trucs qui, selon elle, m’iront. Des fois ça marche, mais je dois dire qu’un T-Shirt Taille M du rayon femme ça risque de coincer ! (Bon c’est une erreur de jeunesse, elle ne l’a fait qu’une fois.)

Cependant, quand on va se balader à Londres, je suis un autre. D’habitude j’arrive à m’orienter juste en regardant le soleil ! Là-bas, même avec une carte que je tourne dans tous les sens j’y arrive pas bien ; mais pourquoi les bus arrivent-ils du mauvais côté ? Bref, dans la capitale anglaise je me transforme en « serial-shopper ». C’est fou ce qu’on dépense quand la monnaie n’est pas la même, bien que dans le change ne soit pas à mon avantage.
Je me retrouve donc chez Top Man (sur Oxford Street) à acheter un jean, une chemise avec cravate et une veste. Et quelques mètres plus loin, je fais l’acquisition d’une besace en simili cuir pour seulement 3 pounds (en gros 4,50€) chez Primark.
Donc mesdames et mesdemoiselles, je ne saurais trop vous conseiller d’emmener vos fidèles compagnons à Londres, en plus c’est tout le temps les soldes ! Chez Urban Outfitter, j’ai trouvé des chemises vintages à moitié prix avec en plus l’offre : « Buy one, get one free ».
A bon entendeur.

0
Partager