taches-de-rousseur

place-des-vosges

Arrêter quelqu’un dans la rue pour en tirer le portrait… Voilà un exercice que je n’avais jamais osé faire tant je suis (bizarrement) timide. Il m’est souvent arrivé d’être touché par un visage ou attirée par un personnage mais jamais ô grand jamais je ne me serais risquée à arrêter quelqu’un. Je ne le fais même pas quand je brûle de savoir où une fille a trouvé ses bottes ou son joli petit manteau quand je la croise alors pour un portrait vous pensez bien…

Mais comme je n’aime pas rester sur ce genre d’échec personnel je me suis inscrite à une Lense spécial portrait il y a quelques semaines, pour peut-être enfin me lancer : c’est peut-être plus facile en regardant les autres faire.

C’était un très beau samedi, il faisait doux, tout le monde avait l’air inspiré et heureux dans les rues de la capitale, c’était donc bien parti. En regardant certains arrêter les passants dans la décontraction la plus totale je me suis rendu compte que j’étais bien bête de ne pas oser, finalement les gens sont plutôt flattés qu’on propose de les photographier.

Et puis il y a eu cette jeune fille, arrêtée par un de mes coéquipiers, j’ai trouvé son visage tellement mutin que je n’ai pas résisté, je lui ai demandé de se mettre face à la lumière et je l’ai shootée. Lire la suite…

0
Partager