legs
,

On est bien sur un blog de fille ici ? Non parce qu’il manque quelque chose de crucial sur ce blog, de ces conversations qu’on a forcément entre filles quand ces messieurs sont absents, ou quand un mâle a eu la mauvaise idée de rester là, seul, curieux qu’il était de découvrir ce que les filles avaient de si passionnant à se raconter. Vous ne voyez pas ? Mais si, il y a des malines qui suivent depuis le début grâce au titre, merci ! Oui c’est grave, ici on a jamais parlé poil, mince !

Bon alors d’abord j’aimerai bien qu’on soit juste entre nanas, messieurs merci ciao à demain !

J’ai dis dehors espèce de petit curieux, tu ne sais même pas ce que tu vas infliger à tes yeux, après tu vas pleurer du sang. Bon ben tu pourras pas dire qu’on t’a pas prévenu jeune homme !

Alors alors, pourquoi j’ai envie de parler poil aujourd’hui ? Eh bien parce que je suis en train de m’en débarrasser et que ça fait drôlement de bien. Bzzzz ! shlarck ! Je suis en train de les atomiser à coup de laser et ils font moins les fiers ces petits sacripants, croyez moi ! Je me suis donc dit que ça pouvait en intéresser, étant donné que j’ai moi même parcouru un bon nombre de blogs féminins avant de me lancer.

Au départ, j’étais un peu dans le flou : je fais quoi ? La totale ? Tout d’un coup et après on n’en parle plus ? Je vais où ? Chez mon amie dermato ? Dans un de ces centres où on fait ça à la chaîne ? Ca fait mal ? Autant de questions cruciales…

Pour voir, je suis d’abord allée dans un centre spécialisé où les prix sont imbattables faire un devis (j’adore ce terme qu’ils utilisent, j’imagine la nana qui scrute les poils un à un et qui vous annonce la facture, comme pour un contrôle technique alors que c’est juste une discussion de tarifs). Quelle erreur !! J’en rêve encore… Moi toute pudique que je suis, je me suis retrouvée dans le bureau d’un dermato douteux, gras et suant, qui a commencé à me parler du maillot, en me faisant un tas de petits dessins n’épargnant aucun détail aussi crus soient-ils (…) Je cherchais comment m’enfuir et surtout comment ne pas répondre à ses questions. Oui, je suis ridicule et une vraie petite sainte nitouche mais je n’y peux rien, je ne montre pas ma mouflette (merci à Colette Renard pour ce charmant mot) à n’importe qui (j’ai mis plus d’un an à tolérer mon esthéticienne) et je n’avais pas du tout envie d’en parler avec un inconnu, aussi médecin soit-il. Première expérience : ratée.

Et puis j’ai décidé de commencé en douceur, par les jambes tout simplement, comme ça je pourrais observer et voir arriver les coups de laser. J’ai donc foncé chez mon amie dermato qui m’a annoncé que c’était top, ma peau était parfaite pour le laser : yeaaahh mon teint de bidet tirait enfin son épingle du jeu !

Bon, je ne vais pas vous le cacher, ça fait mal, putain d’sa mère ! Et pourtant je suis pas une douillette, je bronche jamais chez l’esthéticienne. En plus, ça sent le cochon brûlé pendant toute la séance, j’ai l’impression de me désintégrer à petit feu. Je serre les dents, mes mains moites s’impriment sur la banquette, et je grimace pendant toute la séance : pas glam du tout. Ne croyez jamais une copine qui vous dira que ça ne fait rien du tout, et fuyez le médecin qui vous prescrira un anesthésiant pour toutes les jambes, ce fou veut vous tuer, foi de fiancée de pharmacien.

Je vous vois vous enfoncer dans votre chaise et flipper, vous qui aviez l’intention de vous lancer. Z’inquiètez pas, ça dure même pas une demi heure et c’est un investissement à vie. En plus, ça marche du feu de dieu, j’en suis à 3 séances et ils ont quasiment tous plié bagage je suis une femme libre !

Me reste plus qu’à trouver le courage d’aller faire le maillot, mais là, c’est tendu du string c’est le cas de le dire, je sais pas si je vais supporter… Pauv’ dinde va !

Y en a d’autres qui ont testé ou qui veulent se lancer ?

0
Partager