-

Sélection shopping

-

Cannes 308-2
, ,

Short Asos, escarpins fluos Asos, Trench Opérations, T-shirt American Apparel

Je suis teeeeellement en retard dans mon compte rendu Cannois… Je pensais le faire au moins avant la remise de la palme, mais j’étais trop occupée à mongoliser sur des images de Moonrise Kingdom en écoutant la B.O à fond les ballons chez moi.

Pourtant j’ai plein de trucs chouettes à raconter sur ce festival passé sous la pluie (je triche sur les photos, c’était les 2 dernières heures) alors que je n’avais qu’une valise remplie de petites robes estivales et de sandalettes. Woman VS Wild ! Fight !

J’ai atterri à Nice après un petit périple depuis la toscane (oui je n’ai pas une vie facile). Je ne mets jamais trop le nez dans le sud et après avoir passé mon enfance à rager contre la côte d’azur qui n’avait que des gros soleils épanouis sur la carte d’Évelyne Deliah, j’imaginais que la pluie y était inexistante. Ou alors 2 minutes le temps d’arroser gentiment les salades.

Je suis donc arrivée à Cannes, le cheveu dégoulinant et la ballerine pas fraîche. Moi qui me voyait déjà ouvrir la portière en repositionnant mes lunettes de soleil sur mon nez telle une star de plus belle la vie, c’était un grand moment désanchanté (tout est KO).

Mais la pluie a eu une conséquence plutôt sympathique : on est allé voir plein de films au palais, et ça c’était chouette. Je ne dirais pas que j’ai tout aimé, mais j’ai eu quelques chouettes surprises.

Notamment les court métrages de l’adami et son vivier de jeunes talents. Certainement les meilleurs moments passés dans une salle obscure durant le festival.

Et puis, comme je vous le disais, j’ai monté les marches un soir pour aller voir « like someone in Love ». Et c’était très drôle (pas le film).

Car monter ces marches, c’est juste monter des marches en fait. Sauf qu’il y a un grand tapis rouge et plein de photographes. Qui attendent l’équipe du film et les vraies stars, donc les nobodies ils s’en cognent (normal). J’étais donc un peu intimidée pour rien, j’ai monté ces dix petites marches en regardant mes pieds pour ne pas me casser la gueule (même si encore une fois, tout le monde s’en battait la race).

Mais c’était marrant, un peu comme traverser l’écran et se voir à cet endroit qu’on regarde chaque année sur Canal+.

Bon, le film était chiant à crever (ou plutôt pour ma part, à dormir la bouche ouverte), je ne suis jamais très fan des films en compétitions au festival de toutes façons (oui j’ai en horreur Haneke et ses putains de plans fixes sur des non scènes d’extérieur).

Mais ça valait bien la peine juste pour ces 2 minutes sous les projecteurs, après avoir passé 2 jours sous la pluie.

Encore un grand merci à l’équipe de Schweppes pour son invitation, le programme aux petits oignons, leur gentillesse et ses chouettes soirées à la villa (surtout la soirée Kavinsky ♥).

Edit : ah oui j’oubliais, j’ai ressorti ma robe de lumière de l’an dernier pour la montée des marches (boouuuuuuuh !)

 

 

0
Partager