dans-la-lune

C’est marrant, car ce petit détail fait partie intégrante de ma personnalité, et je me rends compte que je n’en ai jamais parlé ici. J’avais zappé, en même temps c’est plutôt cohérent non ?

Depuis que je suis gamine, mes absences répétées ont toujours amusé les gens, comme ils ont beaucoup insupporté mes proches. J’ai toujours été dans la lune, loin, trèèèès loin, je suis une sorte de heroes qui peut se projeter quasi hors de son corps en oubliant qu’on est en train de lui parler (moyen comme superpouvoir, j’avoue).

A l’école j’étais d’une bien piètre compagnie quand un cours était soporifique, mes compagnons de galère me parlaient alors que mon cerveau avait fait une pause, m’envoyant quelque part dans mon monde. Mes parents râlaient sans arrêt quand je leur faisait répéter tout 15 fois, et ma mère n’en pouvait plus de me racheter baskets et joggings (je perdais mon sac de sport partout !).
Un voyage en train de 3 heures est pour moi un vrai délice : je peux enfin m’envoler sans que ce soit louche, je regarde le paysage, et pars dans mes pensées, ignorant ainsi ma voisine qui boulotte un sandwich qui pue, et le gamin derrière qui braille.

Je suis tellement évaporée que je ne compte plus les fois où j’ai jeté ma cuillère à la poubelle en mettant le pot de yaourt en plastique au lave vaisselle, où j’ai dû me racheter un parapluie, où j’ai raté ma station de métro la bouche ouverte, et où j’ai manqué utiliser ma laque à cheveux en guise de déo (mon inattention associée à mes réveils difficiles ça fait mal !).

Mon fiancé à depuis longtemps renoncé à me garder tout le temps avec lui, il s’est résigné à mes récurrentes absences mentales. Je suis capable de lui répondre oui, ou de formuler de vraies réponses sans m’en souvenir après, et il sait que pour être sûre que j’ai bien entendu il faut me faire signer un papier. Il aime à dire que j’ai une puce dans le cou, et que je suis régulièrement appelée par les extra terrestres.

Et j’avoue que ce petit défaut, je l’aime bien, c’est ma bulle, mon petit don même… C’est grâce à ces absences que j’ai toujours été créatives, que mes idées viennent, que je peux m’accorder une pause.

Alors, si un jour vous me croisez et que je vous ignore ou que je ne répond pas à votre sourire ne le prenez pas mal, c’est que je suis partie là bas « dans le moooonde de mes rêêêêves !! »

0
Partager