Make-up artist ?

declaring-indigo

En matière de maquillage, je la joue toujours très sobre, naturel. De temps en temps je me tape un énoooorme délire et je me la joue poupée avec du blush bien rose et du mascara sur les cils du bas, whaaaaa je suis trop une aventurière !

En réalité, je ne me maquille pas comme ça par choix, la vérité c’est que je suis un vrai manche avec un pinceau à maquillage. Pourtant, j’ai appris à manier ce genre d’outil en école d’art, mais sur du papier c’est quand même plus facile que sur mes paupières. Du coup je n’ose jamais me lancer dans la couleur, la vraie.

Alors quand j’ai découvert la prochaine collection Lancôme “declaring indigo” présenté par Aaron de Mey (la rock star, le Iggy Pop du maquillage), j’ai bien ouvert mes yeux et mes oreilles. Le bleu en maquillage ça m’a toujours fascinée, d’abord parce que depuis le temps qu’on me répète : “pas de bleu sur les yeux bleus” (ce qui est faux), ça lui a donné un petit goût d’interdit sympathique. Et ensuite je trouve que c’est une couleur vraiment hypnotisante (et ça doit être bien pratique quand même d’hypnotiser les gens juste avec de l’ombre à paupière :D).

Mais malheureusement pour vous, je ne suis qu’une petite lopette, je n’ai pas osé demander un maquillage de ouf en bleu indigo. Et malheureusement pour moi, même en observant les techniques des maquilleurs je n’ai toujours pas bien compris comment poser correctement la couleur sur une paupière.

lancome

Je trouve cela très frustrant le maquillage en fait, c’est un travail d’artiste, il faut savoir poser les ombres et les lumières comme un vrai dessinateur, sculpter avec la couleur, connaître les moindres détails de l’ossature de son visage pour réussir quelque chose de correct. Il faut aussi accepter de passer par des étapes où c’est atroce, où on a l’air d’une grosse pouffe (c’est là que je renonce et que je retire tout en général) avant de peaufiner le travail.

Comme j’en suis à peine à savoir comment poser correctement une touche lumière, l’ombre à paupière c’est pas pour tout de suite. Je vais donc continuer à rêver à ce bleu sans jamais en mettre…

En photo : la sublime Katarina du blog bjooti

Opération blanc de dinde

autobronzant

Hé hé, il commence à faire sacrément chaud là, je ne peux plus rester planquée pèpère sous mon slim c’est louche ! Mes gambettes au teint de bidet et moi on était bien embêtées quand le thermomètre à grimpé…

Car si je revendique haut et fort le droit d’être blanche comme un cachet d’aspirine, je suis pas folle, j’ai bien remarqué que le bronzage affine bien la cuisse et fuselle le mollet. Je me suis donc attelée à ce satané bronzage la semaine dernière après avoir vidé mon carton d’affaires d’été, comme une petite cérémonie estivale.

Comme je DÉ-TESTE le soleil au moins autant que Mme Mim, vous imaginez bien que pour moi les UV c’est pareil (voire pire), j’ai donc pour seule solution l’autobronzant…

Hé hé hé je vous vois ricaner, vous pensez que je vais vous dire comment je me suis loupée, comment je me suis contrainte à porter encore un jean pendant une semaine pour cause de zébrures mal placées. Et bien pas du tout, grande première pour moi j’ai assuré !

C’est parce que pour une fois je n’ai pas utilisé n’importe quoi voyez vous : j’avais un tube “summer legs” de chez HR (je ne vous la refait pas, vous savez que c’est ma marque de cœur). Et cet autobronzant a la bonne idée d’être teinté, résultat : on voit où on a oublié de passer et où on s’est un peu lâchée niveau quantité. Impossible de se louper, je suis RA-VIE Thérèse !

Et puis après, avec mes cuisses rôties j’avais l’air fine ! Mon teint de porcelaine n’était pas franchement raccord. Encore une fois, c’est un petit produit miracle de chez HR qui m’a sauvée.

Comme je ne suis pas une fana de fond de teint, j’en mélange toujours un tout petit peu avec ma crème de jour pour la teinter légèrement, vous l’avez sûrement déjà fait. Le résultat n’est pas sensas mais j’ai l’air moins pâlotte. Le petit tube de color to mix de chez HR est justement fait pour ça : c’est une sorte de concentré de pigments que l’on peut mélanger avec sa crème. J’ai testé, et j’obtiens enfin le résultat que je cherche depuis longtemps.

Du coup, j’ai les joues raccord avec les mollets sans passer par la case fond de teint, parfait !

P.S : Ceci n’est pas un billet sponsorisé. J’en ai un peu marre que l’on m’accuse de faire de la pub déguisée, je déteste le principe des billets sponsorisés, je n’en fais jamais. J’aime un produit, une marque > j’en parle, point.

Helena Rubinstein

Si vous avez suivi tous les épisodes précédents vous savez que j’ai travaillé pendant 1an 1/2 chez l’oréal, à la division produits de luxe. Pendant tout ce temps, j’ai occupé différents postes (VRP, trop bien…, puis designer ouf !) au sein de la marque Helena Rubinstein.

Et cette marque, c’est devenu ma marque fétiche de maquillage. Non pas que j’ai subi lavages de cerveau et bourrages de crâne, mais parce que j’ai eu l’occasion de tester pas mal de produits chez l’oréal, de toutes les marques de luxe (Lancôme, Armani, Biotherm, etc…) et ceux qui peuplent encore mes étagères sont ceux de chez HR. Pendant longtemps j’ai refusé d’en faire l’apologie ici, pour éviter que ça passe pour un post pub pour la marque pour laquelle je bossais, mais plus de problème maintenant puisque je travaille ailleurs (ah tiens, je ne bosse plus pour modepass non plus, je vous en parlerai bientôt).

Je ne sais pas si vous connaissez un peu l’histoire de cette marque, mais elle est assez passionnante.

Mme Rubinstein a été la première à commercialiser des crèmes de soin qu’elle fabriquait dans sa cuisine et dans l’arrière boutique de la pharmacie où elle travaillait en Australie. Elle avait une très belle peau malgré le soleil, et a eu l’idée de vendre ses soins à toutes celles qui lui demandaient ses secret de beauté.

Puis elle ouvre un magasin à Melbourne, plusieurs en Angleterre, un à Paris rue Saint Honoré, et plusieurs aux US, se retrouvant ainsi rapidement à la tête d’une belle affaire, une des premières grandes marques de cosmétiques (face à Elisabeth Arden et Estee Lauder).

Elle est à l’origine d’un grand nombre d’innovations en soin et en maquillage : elle invente le premier “tube” de mascara ainsi que sa version “waterproof” (avant il se présentait dans un petit pot dans lequel on crachait…) qui est d’ailleurs toujours commercialisé par la marque, un vrai petit bijou vintage (le “long lash”).

Elle commercialise également le premier autobronzant, les premiers soins hydratants et est la première à avancer le concept de “type de peau”.

Et puis, surtout, elle avait l’intelligence de penser que la beauté, ça se méritait et qu’il fallait manger sain (ce qui était une idée assez novatrice à l’époque). Elle organisait des “beauty class” où elle apprenait aux femmes à prendre soin d’elles et aimait dire : “il n’y a pas de femmes laides, il n’y a que des femmes paresseuses”.

Elle a vécu un peu partout dans le monde, connu et cotoyé les plus grands artistes de son époque comme Picasso et c’était une vraie femme d’affaire. Une légende dit même qu’elle avait revendu son affaire juste avant la crise de 29 pour la racheter ensuite pour une bouchée de pain.

J’aimais beaucoup toutes ces petites histoires qui font de cette marque une vraie légende. Malheureusement, comme le monde de la cosmétique n’est plus que “marketing” aujourd’hui, c’est une marque qui souffre pas mal en France et que peu de gens de moins de 40 ans connaissent finalement. Pour celle que ça intéresse, voici les produits HR que j’utilise absolument TOUS les jours et dont je ne pourrais pas me passer :

Picture 1 of 5

- Le mascara Lash queen : j’en ai testé beaucoup des mascaras, mais celui là est de loin le meilleur, il épaissit, allonge et recourbe les cils comme aucun autre.

- Le Fond de teint color clone : il unifie sans faire “masque” avec un fini ultra naturel, je viens de lâcher définitivement mes bare minerals pour lui.

- Le fond de teint Spectacular : quand je vais en soirée, ou quand je veux que mon maquillage tienne absolument toute la journée jusque tard le soir. Il fait un teint super lumineux et naturel.

- Le collagenist lip zoom : fait des lèvres toutes douces, délicatement repulpées sans picotement, pour un effet “lèvres mordues” avec un rouge, c’est la perfection.

- La crème de soin skin life repair : j’ai la peau sèche, qui tire et qui me tue tout l’hiver… ce soin sans parfum (enfin si, ça sent un peu le bébé) pour peau très sèche me sauve la vie.

Je vous passe le reste, que j’utilise également (les rouges, gloss, crayons, fards à paupière, etc…) ils sont tops, mais les 4 produits ci dessus sont pour moi de vrais must have !