malade

Non, ne cherchez pas de photo de moi nue… La troisième tenue n’est pas celle d’ève. De troisième tenue il n’y en aura pas, je repose mon petit corps malade.

Oui oui, vous avez bien dû rigoler dans votre barbe, j’ai eu une bronchite carabinée la semaine dernière. Je l’avais bien cherché, et une gentille fée a décidé de réaliser mon souhait pour mon anniversaire : je voulais être malade, j’ai été servie, bien fait pour moi, na ! Et quand j’y repense, c’est certainement pendant la séance photo du petit oiseau de nuit, en robounette par 0° que j’ai chopé ça.

Je crois que je n’avais pas été malade comme ça depuis mes 12 ans au moins, je ne me souvenais même pas ce que c’était que d’avoir de la fièvre. Le médecin m’a en plus bien fait flipper en suspectant carrément une pneumonie : « revenez samedi si ça va pas mieux, on fera une radio des poumons » o_O

Donc oui, la p’tite fée a bien fait son travail, elle s’est pas foutu de ma gueule niveau microbes : c’était horrible, fatiguant, tout çaaaaa mais…

…Mais je maintiens que même si c’est bien pénible, au final être malade et rester au chaud pendant 5 jours, forcée par mon fiancé à NE RIEN FAIRE et bien moi ça m’a drôlement reposée. Comme je m’ennuyais j’ai fait un petit tableau comparatif des avantages et inconvénients :

– Pas glop : se moucher, tousser, trembloter, avaler des cachets gros comme le pouce alors qu’on a mal à la gorge (quels connards ces industriels du médoc), trop mal dormir, ressembler à Steve Buscemi, avoir chaud, froid, chaud, froid, chaud, ne rien faire….

– Glop : avoir un amoureux qui prend soin de vous (même si ça déconne pas pour la prise des médocs), qui va vous acheter des p’tits jus de fruits, qui vous fait une soupe, qui va chercher TOUT ce que vous lui demandez de votre voix tremblotante, avoir une sœur qui passe aussi s’occuper de vous, mater des Disney toute la journée (hacuuuuna matataaa, ce rêêêêêve bleuuuuuuu, etc), faire des calinous à ses chats, rester sous un gros édredon tout chaud , ne pas aller affronter le vent glacé dehors, rester à la maison (oui je suis casanière j’adoooore être chez moi), ne rien faire…

Avantage glop donc, mais bon je ferai quand même pas ça tout le temps, moi je m’ennuie vite, et c’est pas le tout là mais j’ai pris du retard dans l’achat de mes cadeaux de noël avec ces conneries moi !

0
Partager
malade

Je suis une grosse flemmasse, je ne vous apprends rien… Mon délice absolu c’est rester au lit le samedi matin jusqu’à une heure indécente : je me réveille doucement, je m’étire, je baaaaaîîîlle, je regarde avec bonheur le réveil qui n’a pas sonné pour moi, le chat vient réclamer sa dose de câlins et se pelotonne dans mes bras sous la couette, je rêvasse en regardant le plafond… Puis j’attrappe un livre et j’attends patiemment que mon fiancé revienne de sa pharmacie à 15h avec les croissants, là seulement, je daigne sortir un orteil de mon petit lit douillet. Hmmmmm rien que d’y penser, vivement samedi !

Et quel rapport avec le titre, vous allez voir c’est très con, trèèèès con, certains vont même hurler je les entends d’ici.

J’aime tellement mon lit que tous les matins, quand ce satané réveil me sonne comme un domestique, je me dis : rhaaaa si j’avais la grippe je pourrais rester au chaud avec une bouillotte, mon chat, et mon fiancé qui me prépare une soupe avec amour. Parce que voilà, je ne suis JAMAIS malade, et au pire quand je le suis j’ai juste une petite crève merdique qui me pourrit la journée sans pour autant me permettre de rester pieutée. Oui je sais, je l’avais dit, je vous entends déjà, quand on est malade on a l’impression qu’on va mourir, on respire avec la bouche, on fait des cauchemars et on ressemble à Dark Vador sans le casque, mais j’y peux rien, j’y pense tous les matins. Limite si j’ai pas envie de lécher la barre du métro pour attraper ces satanés microbes qui me boudent depuis des années.

Ok ok j’arrête, ça devient dégueu… Mais sérieux ça vous passe jamais par la tête ce genre de truc ?

1
Partager