vernis-bleu

♪ ♫ I’m bluuuue tapeti tapeta ♫ ♪

Après mes expérimentations dignes d’une élève de CE2 à la découverte de sa trousse de feutres, j’ai replongé dans ma boîte à vernis pour aller toujours plus loin, plus haut, plus FORT !

Et puis finalement je me suis calmée et j’ai fait un tout simple camaïeu de bleu sur mes petites griffes de blogueuse mode. J’ai un paquet de rouges et de roses, je pense renouveler cette affaire dans d’autres coloris.

J’ai une vie de GUE-DIN !

Références : Essie Smooth sailingEssie Cocktail blingAmerican Apparel Mount RoyalLancôme (ancienne collection)Sephora

0
Partager
lancome

declaring-indigo

En matière de maquillage, je la joue toujours très sobre, naturel. De temps en temps je me tape un énoooorme délire et je me la joue poupée avec du blush bien rose et du mascara sur les cils du bas, whaaaaa je suis trop une aventurière !

En réalité, je ne me maquille pas comme ça par choix, la vérité c’est que je suis un vrai manche avec un pinceau à maquillage. Pourtant, j’ai appris à manier ce genre d’outil en école d’art, mais sur du papier c’est quand même plus facile que sur mes paupières. Du coup je n’ose jamais me lancer dans la couleur, la vraie.

Alors quand j’ai découvert la prochaine collection Lancôme « declaring indigo » présenté par Aaron de Mey (la rock star, le Iggy Pop du maquillage), j’ai bien ouvert mes yeux et mes oreilles. Le bleu en maquillage ça m’a toujours fascinée, d’abord parce que depuis le temps qu’on me répète : « pas de bleu sur les yeux bleus » (ce qui est faux), ça lui a donné un petit goût d’interdit sympathique. Et ensuite je trouve que c’est une couleur vraiment hypnotisante (et ça doit être bien pratique quand même d’hypnotiser les gens juste avec de l’ombre à paupière :D).

Mais malheureusement pour vous, je ne suis qu’une petite lopette, je n’ai pas osé demander un maquillage de ouf en bleu indigo. Et malheureusement pour moi, même en observant les techniques des maquilleurs je n’ai toujours pas bien compris comment poser correctement la couleur sur une paupière.

lancome

Je trouve cela très frustrant le maquillage en fait, c’est un travail d’artiste, il faut savoir poser les ombres et les lumières comme un vrai dessinateur, sculpter avec la couleur, connaître les moindres détails de l’ossature de son visage pour réussir quelque chose de correct. Il faut aussi accepter de passer par des étapes où c’est atroce, où on a l’air d’une grosse pouffe (c’est là que je renonce et que je retire tout en général) avant de peaufiner le travail.

Comme j’en suis à peine à savoir comment poser correctement une touche lumière, l’ombre à paupière c’est pas pour tout de suite. Je vais donc continuer à rêver à ce bleu sans jamais en mettre…

En photo : la sublime Katarina du blog bjooti

0
Partager