Depuis le 14 décembre se tient à la galerie Yvon Lambert une expo de Jonathan Monk, Kendel Geers et 6 autres artistes internationaux qui proposent une relecture des codes de l’art conceptuel. Outre le fait que j’apprécie beaucoup le travail de Monk pour sa volonté d’inventer un art accessible à tous, et sa façon de questionner de la signature, la propriété, la réappropritation d’une oeuvre, il se trouve que les 100 vélos utilisés pour une de ses oeuvres exposée à la galerie sont mis en libre-service « pour que les visiteurs s’échappent dans la ville ». Aussi, tous les soirs, un vélo est déposé devant la galerie…. à bon entendeur….

0
Partager