contrarie

contrarie

Je pense qu’au top des sensations que je déteste le plus, être contrariée se range facilement à la première place. Rien ne me rend plus mauvaise que les petites contrariétés qui viennent se mettre en travers de mon chemin : je perds un peu le contrôle et deviens pendant quelques instants, une sale gamine insupportable.

Mon fiancé y est habitué et compose avec : de temps en temps il se permet une petite blagoune pour détendre l’atmosphère et me faire comprendre que tout de même il faudrait que je grandisse et qu’en général, ce qui me contrarie n’a pas une grande imprtance. J’ai beau savoir qu’il a raison, je boude de plus belle ! Lire la suite…

0
Partager
parler-seul

parler-seul

J’ai toujours un tas de choses à dire, je suis trèèèèès bavarde (et aussi gaffeuse sinon c’est pas drôle), mais ça vous le savez déjà, si je n’étais pas comme ça je ne tiendrais pas ce blog. Comme je n’ai pas toujours un malheureux sous la main pour lui raconter en long en large et en travers ma dernière dispute avec trucmachine, et bien je ne me démonte pas, je parle toute seule.

Cela commence souvent le matin où je m’encourage tout haut : « allé debout petite marmotte », où je cherche mes vêtements, mon peigne en les appelant. Je le fais sans m’en rendre compte mais cela fait parti de mon petit rituel matinal.

Heureusement que je sais que je suis loin d’être la seule à me faire la conversation, sinon parfois j’aurais quelques doutes sur ma santé mentale. Quand je suis en plein débat avec moi même dans la rue, avec les lèvres qui bouge et les expressions de visage qui vont avec, il m’arrive de laisser échapper des sons… Les passants qui me croisent me regarde comme si j’étais bonne à enfermer…

L’homme de ma vie lui, a l’habitude de ces petits moments d’égarement et ça l’amuse beaucoup. Surtout quand je m’anime toute seule en refaisant une conversation, trouvant les bonnes réparties (3h après) et mouchant mon interlocuteur imaginaire. J’allie même parfois des gestes aux mouvements de mes lèvres, et ce petit dialogue silencieux devient alors des plus drôle.

Et puis, je parle à mes chats aussi, mais c’est différent on est d’acord (hein les copains ?), car même si la plupart du temps ils ne comprennent que les intonations de ma voix, et qu’ils ne me répondent pas, ils sont bien vivants donc ça ne compte pas…

Si parfaitement ! Chuuuuut !

0
Partager