shoes

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –


– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

[imagebrowser=151]

J’avais dit que finalement, non, je n’irai pas, que ces chaussures je pouvais bien m’en passer, que ce n’était pas raisonnable. Après le premier jour des soldes je me disais que de toutes façons, point de tentation, toutes les paires de chie mihara de Paris avaient dû disparaître.

Oui mais…il se trouve que je passe souvent devant une boutique Garrice en rentrant chez moi et je les ai vues, vendredi soir, dans la vitrine : MES chaussures, à 150€ au lieu de 240… Je sais que pour la présentation en vitrine ils utilisent toujours la plus petite pointure qu’ils ont, et ça me semble bien être ma taille…

Le lendemain, j’ai filé chez Garrice, bonne surprise, la deuxième démarque était passée par là : 120€, pas d’hésitation, je les embarque ! Ce sont des soldes comme je les aime, je veux UNE chose, une seule, elle est là, dans la première boutique où je vais à -50%, il ne reste que deux paires dont une dans ma taille, plié en 5 minutes : le nirvana soldesque !

Je sais qu’elles ont une forme très spéciale, que tout le monde n’aime pas, mais moi ces pompes, ce sont mes nouvelles chéries. Et cette marque, c’est une histoire d’amour, mon vrai premier coup de foudre pour une paire de pompes c’était pour des chie mihara il y a 2 ans (whaaaa la love story, comment je m’emballe !!).

Un jour je croise dans le métro une fille avec une paire de bottes sublimes : très mary poppins, magnifiquement dessinées avec une jolie cambrure au niveau du pied, un joli bout rond so rétro et des détails à tomber au niveau du cuir. Je n’ai bien sûr pas osé lui demander où elle les avait trouvées, et c’est limite si je n’avais pas le visage collé à la vitre du métro quand elle est descendue à sa station.

Ces chaussures m’ont obsédées pendant des semaines, et un jour je les ai vues, à 200m de chez moi, dans une vitrine : gloup, le prix était plus que rédhibitoire pour mon budget étudiant… Et quelques mois plus tard on me les offrait pour mon anniversaire. Bizarrement, j’ai mis du temps avant de les porter, je n’assumais pas leur côté hyper féminin et quelques remarques déplacées m’avait un peu refroidie.

Et puis j’ai un peu grandi dans ma tête, et ces bottes sont devenues mes chaussures fétiches quand j’ai besoin de me sentir sûre de moi. J’espère qu’il en sera de même pour mes nouvelles amours !

Alors alors, et vous vous avez un joli butin ?.

0
Partager