Le carnaval de Versailles

Show burlesque – sucre d’orge

Comment vous raconter cette soirée sans avoir l’air de trop en faire ? J’ai envie d’utiliser tous les superlatifs possibles et de pousser des petits cris à l’écrit à chaque fin de phrase – comme ça : Hiiiiii ! (Et après je me plains qu’on me pend pour une greluche…). Bon je vais me calmer.

Ce carnaval donc… Tout a commencé par une sympathique après midi entre filles à essayer des accessoires, papoter coiffure avec Luc Drouen, rire en voyant nos têtes crêpées comme jamais (avant d’obtenir de jolies coiffures il y avait des étapes à mourir de rire), essayer des corsets pour s’amuser, découper des loups en dentelle…

Et c’est toutes apprêtées avec nos coiffures 18e, nos robes et nos crinolines que nous avons ouvert au livreur de Sushis vers 23h. Un grand moment !

En passant, je déplore un peu le trop sérieux et le règne du less is more dans les soirées parisiennes. Je sais que je devrais avoir passé l’age, mais passer un moment à se préparer entre copines (vraiment, avec coiffure, make up de dingue et essayages) c’est quelque chose qui nous manque un peu ici. Mais passons…

Porter un costume et une coiffure de dingue, ça vous met dans une sacré ambiance ! Marcher quelques mètres dans la rue sous le regard éberlué des passants (dont certains un peu alcoolisés qui ont cru à une vision) pour se caser dans une petite Nissan Micra a d’ailleurs été un grand moment. Minuit, l’heure de partir pour le bal.

Direction l’orangeraie où résonnait de loin In for the Kill de La Roux. Facile de trouver le chemin dans les rues de Versailles, nombre de gens se promenaient costumés, voire même en carrosse.

Sur place tout le monde danse, TOUT le monde est habillé d’époque, il y a beaucoup de passionnés coutumiers du carnaval de Venise qui évoluent en costume comme des poissons dans l’eau.

La sublime et adorable poupée sucre d’orge et ses magnifiques costumes fait quelques shows sur scène. Moi qui n’accrochais pas vraiment à l’univers burlesque, j’étais conquise.

Et puis, vers 5h du matin, nous avons dû quitter les lieux… Pour aller dans la salle de bal en plein air des jardins de l’orangeraie. Quoi de plus joli que le petit matin, les petits oiseaux, et une centaine de rescapés costumés qui sillonnent les allées pour aller danser les quelques heures restantes… C’était tellement surréaliste, cela reste mon meilleur moment de ce carnaval.

Vous avez été nombreuses à me le demander, mais je ne sais pas s’il y en aura un autre l’an prochain. Surveillez ça de près !