patisserie-cadeau
,

Chez Bogato, 7 Rue Liancourt 75014 Paris

Hier on parlait de changer de vie, et je suis vraiment touchée de voir que les expériences que je partage ici donnent envie, et en motivent certains à se lancer.

C’est pour ça qu’aujourd’hui j’ai décidé de poster enfin ces photos de chez Bogato. Je les ai faites en septembre je crois, et je ne sais pas pourquoi elles sont restées dans mon disque dur si longtemps.

Quel rapport me direz vous ? Le rapport c’est Anaïs, qui a créé cette petite entreprise : pâtisserie & jolie boutique. J’ai beaucoup aimé discuter avec elle de sa création d’entreprise, car avant de jouer à la marchande de gâteaux, Anaïs travaillait dans la pub. Et oui ! Quand je vous disais que tout était possible, un CAP pâtisserie et un business plan plus tard et hop !

Et elle n’a pas perdu son temps avant tout ça, non non, si elle n’avait pas eu cette expérience, elle n’aurait pas envisagé et monté Bogato comme elle l’a brillamment fait : avec un concept, une belle identité et de la créativité.

Il paraît que beaucoup d’anciens de la comm et la pub se reconvertissent dans ce genre de petit commerce, et je trouve ça chouette.

Et sinon c’est quoi Bogato ? Pour ceux qui suivent, vous avez déjà entendu ce petit nom quelque part ici : c’est effectivement chez Bogato qu’on avait commandé notre gâteau de mariage : super beau, super bon. Une pièce montée rayée aux marrons et au cassis. Bizarre dit comme ça, mais j’avais fait confiance à Anaïs et je n’ai pas regretté.

Elle fait donc des gros gâteaux et des petits gâteaux pour des événements dans sa grande et belle cuisine avec son équipe de fer. Elle vend aussi des pâtisseries toutes plus drôles que délicieuses dans sa boutique d’où il est difficile de repartir sans une petite babiole choupinette. Un lieu de perdition croyez moi !

Attention photos !

 
 
Birthday party en vue !
 

0
Partager
mariage-couple-danse

Ça passe vite un mariage, très vite… Je me souviens avoir eu des petits coups de blues tout au long de la journée en constatant qu’un moment tant attendu depuis des mois prenait fin : la mairie, le goûter…

Mais heureusement, la joie et la bonne humeur qui régnait dans le ptit bois venait rapidement à bout de ce sentiment désagréable. J’étais tellement heureuse de voir que tout le monde était émerveillé, que les gens riaient, s’amusaient que je pouvais vraiment envisager ce mariage avec l’homme que j’aime comme étant un des plus beaux jours de notre vie.

? Photos Marianne Taylor ?

A la fin du dîner, quand la nuit a commencé à tomber, j’ai senti doucement la pression redescendre et je savais que quelque chose de neuf allait commencer : les copains allaient arriver.

On voulait faire un petit mariage avec tous ceux qu’on aime, tout en voulant inviter tout le monde : pas évident. On ne voulait pas se faire le trip où on n’invite des gens que pour le vin d’honneur pour ensuite leur dire bye bye.

Alors on a décidé que tous nos copains qu’on ne pouvaient pas inviter au dîner le seraient pour le dessert, le champagne et la fête !

Vers 22h30 ils ont commencé à arriver, guidés par la musique qui résonnait dans les bois, et le chemin lumineux des petits lampions. On s’est tous sauté dans les bras, c’était comme une autre journée qui commençait.

Notre joli gâteau est arrivé : un gâteau à étage bien sûr ! Ça ne vous a jamais fait fantasmer dans les BD ou les dessins animés ce genre de gâteau ? Nous si !

Marie Chemorin (mon traiteur) avait eu l’excellente idée de mandater Anaïs de chez Bogato de nous concocter un gâteau de mariage aux ptits oignons (beurk ! :D).

Un mélange a priori étrange de génoise, de crème de marrons et de cassisrecouvert d’une fine couche de pâte d’amande. On leur ai fait confiance sur ce coup et on a bien fait : c’était un délice. Il n’en restait qu’un petit bout le lendemain et les invités n’avaient pas laissé une miette dans leur assiette.

Et puis notre super témoin bis, auteur de nos cartons d’invitation nous avait fait un adorable petit cake toper en papier, c’était choubidou, un joli cadeau !

Après le gâteau, on avait préparé un petit truc spécial avec Vianney pour la première danse. Une chorégraphie répétée avec ma soeur-super témoin sur un remix de Beggin de Frankie Valli.

Elle avait trouvé ça sur youtube et on s’était dit que ce serait les doigts dans le nez : on en était loin, mais je pense que ça a bien fait rire nos invités.

A la fin de notre petit show les témoins nous ont tous rejoint sur la piste pour danser avec nous, et les autres invités avec.


Frankie Valli Begin reedit – Pilooksi

Et puis hop ! La fête était lancée, avec notre super piste de danse et son étoile rose (encore merci M. Gilles !) et la playlist concoctée par ma sœur (dispo ici sur un beau jour), les lampions rouges au dessus de nos têtes.

Il régnait une ambiance assez indescriptible : je crois qu’absolument tout le monde a dansé, comme quoi y a pas besoin de clo-clo pour que tout le monde s’amuse.

? Photos argentiques N&B : Rémi Chapeaublanc ?

Voir ma grand mère danser sur Lily Allen, tous mes potes se taper un slow sur reality en se roulant des pelles, se sauter dans les bras sur time of my life, et hurler comme des malades sur rage against the machine au milieu de la forêt croyez moi ça valait le détour.

Les invités qui étaient là depuis 15h ont commencé tout doucement à partir jusqu’à 2h du mat, les potes (plus frais) ont dansé super tard avec nous. La plupart restaient avec nous dormir dans des tentes, et pendant que certains dansaient, d’autres s’occupaient de faire un feu de camp.

? Photos Lâm Hua ?

On a tous fini par danser autour (non sans surveillance, l’alcool et le feu ne font pas bon ménage, n’est-ce pas toi là bas !) et par progressivement s’assoir pour parler, et se laisser tout doucement gagner par le sommeil alors que les petits oiseaux commencent à chanter et le soleil se lever.

Cette looooongue journée prenait fin, on était épuisés avec Vianney, et après avoir rangé quelques petites choses qui craignaient, on s’est endormis dans notre jolie tente bleue en écoutant les derniers dingues rigoler non loin de nous…

0
Partager