petite-etoile

Quand petite étoile a décidé de lancer sa propre marque, j’étais au taquet, j’attendais ça avec impatiente : l’annonce de l’ouverture de sa boutique online a été un des premiers articles de ce blog.

Je crois avoir été une des premières clientes, et je peux me la péter avec mes badges donuts qui faisaient partie des premières collections. C’était un vrai plaisir de recevoir les petites enveloppes roses quand j’avais passé commande : j’y trouvais mes bijoux mais aussi confettis, sucettes en forme de cœurs, stickers avec cupcakes…etc.

L’univers de petite étoile est aussi le mien : un peu rétro, rose, un peu geek, sucré, un peu anglais, chiné, un peu 70’s, à carreaux, un peu kawaï : du liberty, des lapins, des livres alice au pays desmerveilles, des colliers de fille, des petits gâteaux…

C’est donc un peu émue que je suis allée voir sa boutique près de bastille. La devanture rose me transporte à Portobello road, et la vitrine me donne envie de redécorer mon apart : « dis petite étoile je peux te piquer tous tes meubles ?? ».

La miss et son compagnon sont charmants, enthousiastes, cette boutique est leur petit bijou, et on sent à toutes leurs petites attentions qu’ils ont mis beaucoup de coeur dans cet endroit.
J’y trouve un tas de choses adorables, colliers, robes, petits objets adorables, je squatte la cabine d’essayages, je discute, je découvre une nouvelle pépite à chaque fois que mes yeux se promènent dans les étagères. EN-CHAN-TEUR !

Courez-y ! C’est mon gros coup de coeur de l’année.
J’y ai acheté deux petites choses magnifique….à suivre dès demain !

Bird on the wire
2 rue de lesdiguières, 75004 Paris
Métro bastille (sortie henri IV)

0
Partager
gamine
,


.
Le titre est étonnant, et pourtant, j’ai retrouvé un tas de plaisirs de gamine la semaine dernière chez Boucheron, place Vendôme (oui, oh, vous savez où c’est, mais je pense aux incultes dans mon genre qui n’y avaient jamais mis les pieds il y a encore une semaine). D’abord, moi, quand ça brille de partout je ne peux pas m’empêcher de m’émerveiller comme une gamine (remarquez, boucheron ou disneyland, j’écarquille les yeux de la même façon).

Ensuite, pour nous faire découvrir la marque, ses produits, son univers, on a commencé par nous faire découvrir les bijoux…En les essayant… Je me suis retrouvée à me contempler dans le miroir avec une montre sublime, des bagues très lourdes et finement dessinées (qui ont filé des complexes à ma petite bague de fiançailles) etdes colliers manifiques (oui, ça brillait encore, j’en prenait plein les mirettes). Retour en enfance, flash backs de mes essayages en tout genre de tout ce que contenait la boîte à bijoux de maman pour « jouer à la dame », la paire de chaussures 20 pointures trop grandes aux pieds en moins. Très drôle, car ces petits essayages ont réussi à me faire rêver à des bijoux qui ne me faisaient ni chaud ni froid 20 minutes auparavant, mon fiancé peut trembler…

Ensuite, découverte du travail des créateurs, de leurs croquis sur calque, de leur façon de se raconter des histoire afin de donner naissance à de nouvelles collections. Atelier peinture, avec palette et gouache, afin de dessiner une bague hybride. Flash back des heures passées à dessiner des bijoux, un pinceau à la main, une tartine de Nutella posée à côté de ma feuille. J’étais fière du résultat, mais là, euhhh, sans commentaires…

Merci à Boucheron pour cette soirée hyper enrichissante, et pleine de nostalgie.

Edit : je viens de reçevoir une photo de moi, reine des pétasses avec ma bague :

..

0
Partager
,


.

Je ne sais pas si vous êtes déjà passés rue Beautreillis, mais moi à chaque fois je tombe en arrêt devant ce portail, qui ne semble pas à sa place, comme posé là, seul rescapé d’une époque révolue… C’est là que j’ai choisi de faire ma photo samedi dernier, car je trouve cet endroit très pittoresque.

Avec ce joli soleil j’avais ressorti ma blouse fleurie chérie (Lolita Lempicka pour Etam) et mes sandales préférées. Comme une gamine, j’étais toute contente de ressortir mes petits cartons d’été. Enjoy !

Et pour les curieux, un écriteau près du portail nous invite à découvrir l’histoire de ce lieu sur le site internet de l’hotel Raoul..

0
Partager