Court toujours

IMG_8137

Shocking ?

Ça fait un petit moment que j’ai envie d’écrire sur le sujet parce que je vois passer des commentaires ici qui me chagrinent parfois un peu, et aussi parce que porter du court c’est vraiment un truc qui fait partie de ma personnalité maintenant.

Mini short, petites robes et mini jupes, j’ai choisi cet uniforme parce que j’aime bien mes jambes et aussi parce que je trouve ça plus confortable que des pantalons dans lesquels j’ai désormais l’impression d’étouffer.

Et parfois dans les commentaires d’un look je vois passer ce genre de chose : « c’est chouette que tu oses » « tu ne te fais pas trop reluquer ? » et autres « moi j’oserai pas ». Et ça me rend un peu triste.

Je me dis que putain on est en 2014 et que pourtant les filles à Paris n’osent pas s’habiller comme elles aimeraient parce qu’elles ont peur de se faire emmerder ou de passer pour je ne sais quoi.

Cela fait des années que je refuse de me laisser dicter mon comportement par ce genre de crainte et je ne me rends même plus compte que peu de filles finalement en font de même.

Vous avez peut-être vu passer la petite polémique autour de l’agression de Jack parker et les commentaires déplacés qui ont suivi (sinon je vous invite à aller lire).

Quand je lis que des garçons de mon age, qui ont grandi dans le même pays, qui ont sûrement des filles dans leur entourage pensent que si on veut être tranquilles on ferait mieux de se cacher sous un pantalon les mots me manquent.

J’ai la chance d’avoir grandi dans un milieu ou je ne me suis jamais sentie inférieure aux garçons, où je n’ai jamais souffert d’inégalités, je me suis toujours sentie libre de m’habiller comme je l’entendais et je suis aussi suffisamment dans la lune pour ne jamais remarquer quand on me mate dans la rue (parfois mes potes hallucinent que je ne vois rien) et j’ai aussi la chance qu’il ne me soit jamais rien arrivé.

Enfin rien… L’été dernier je rentrai tranquille sur mon vélo quand le passager d’une voiture a essayé de me toucher les fesses depuis la fenêtre du véhicule. J’ai eu peur et j’étais super vénère. Au feu rouge suivant je les ai insultés et j’ai rayé leur bagnole avec mon vélo. Ils ont appelé les flics pour dégradation et on a tous passé une super soirée au poste. les flics m’ont dit que j’aurais dû m’enfuir dans les petites rues et que c’était pas malin d’avoir voulu me faire justice moi même. OK.

Mais ça ne m’empêchera pas de continuer à porter ce que je veux !

Alors mes mini shorts, mes petites robes et mes gambettes c’est un peu mon étendard à moi. Je ne me suis jamais senti l’âme d’une militante mais je mets un point d’honneur à pouvoir en porter en toutes circonstances. J’évite donc les églises et les pays peu tolérants à cet égard quand je suis en vacances. Et je me sens bien.

Je vous souhaite ça à toutes ;)

  • 0

    Overall Score

  • Reader Rating: 0 Votes

Share

Les meilleurs articles

144 comments on “Court toujours

  1. 21 mars 2014 at 13:00

    Et pour la première fois depuis pas mal d’années, je laisse un commentaire ici: F*ck yeah!

    • 13 avril 2014 at 12:12

      Surtout rester soi-même…. Ne pas se laisser dicter sa conduite ! Rester une femme libre qui s’assume !!! Et puis le court c’est tellement féminin et beau, pourquoi se priver ? J’adhère complètement parce que cela fait partie de notre personnalité ! Ne change surtout rien car la vie est courte ! Il n’est pas question de courage là ! Juste de se montrer telle qu’on est !!! Bravo !!!!!
      :-)

  2. 21 mars 2014 at 13:24

    Je te rejoins complètement sur ce que tu dis, on devrait se sentir libre de s’habiller comme on veut ! MAIS pour ma part quand je mets du court genre un short en jean et que je vais me balader seule, je ramasse ! C’est pas juste un regard, je m’en fou de ça, mais les réflexions genre « hey mademoiselle » me mettent vraiment à bout… Alors je garde ces tenues légères uniquement quand je me ballade avec mon homme ou avec des amis… C’est peut-être con mais comme ça j’ai moins « peur »…
    En tout cas, tu as de jolies gambettes et je trouve que c’est vraiment ta signature le court :-)
    Bon vendredi !

  3. 21 mars 2014 at 13:28

    Merci pour cet article plein de vérité.
    Hier encore j’accrochais un mec qui reluquait une jolie fille jambes à l’air qui passait, non mais quoi il n’a jamais vu de nana de sa vie ou bien?!
    vives les gambettes à l’air et les grands décolletés! :)

  4. 21 mars 2014 at 13:46

    Avec de jolies jambes et en étant jeune, je ne vois pas le problème.

    • 21 mars 2014 at 14:49

      Bah pas forcément jeune et potelée je vois pas non plus le problème

      • 21 mars 2014 at 16:54

        + 1 Julie ^^

    • 31 mars 2014 at 17:34

      Avec des jambes de grosse et en étant vieille, il ne devrait pas y avoir de problème non plus.
      Merci <3

  5. 21 mars 2014 at 13:53

    Je suis moi-même adepte des robes/jupes/shorts courts, voir très courts. De même, je trouve ça bien plus confortable qu’un pantalon.
    Il faut dire aussi que j’habite en Chine, et qu’ici, il est plutôt courant de montrer ses jambes (un bout de poitrine, par contre, hors de question!).
    Je trouve ça dommage qu’aujourd’hui, en 2014, les gens ne se sentent pas libre de s’habiller comme ils veulent, surtout dans un pays comme la France, supposé être le pays des droits et libertés.

    • 23 mars 2014 at 10:08

      Le pays des droits et libertés????!! T’as pas remarqué le retour en arrière qu’on est en train de se payer?
      Le mariage pour tous ici est un vrai combat, le FN monte chaque jours un peu plus. Les premières qui payeront l’addition ce sont les femmes ,remise en question de l’avortement, retour de la femme au foyer,pantalon fortement conseillé et personne ne lève son nez de son iphone pour s’opposer et tout ça se fait tranquillement sans faire trop de bruit et dans 10 ans qu’est ce qui nous attend? Surtout continuons de mettre des jupes des shorts et des fleurs où on veut et quand on veut…

      • 24 mars 2014 at 16:56

        Désolée de vous dire que je ne vois pas bien le rapport avec le « mariage pour tous », vous mélangez tout jeune fille. J’ai cinquante ans, trois filles entre 25 et 18 ans et j’ai vécu une époque où les femmes s’habillaient comme elles l’entendaient, court ou long, transparent ou opaque, les hommes étaient bien élevés et s’ils remarquaient ils n’en disaient rien.
        Maintenant quand on parle des remarques désobligeantes j’aimerai savoir qui les prononce? allez on se lance…

  6. 21 mars 2014 at 14:17

    J’aimerai aussi « oser ». Je mettais beaucoup de robes et de jupes et maintenant que je suis célibataire et que par conséquent, je rentre seule tard le soir, et bien je n’en mets plus. Peur de me faire emmerder, peur aussi qu’on me dise « en même temps tu l’as cherché ».
    Du coup je réserve les tenues courtes pour la campagne, la mer, pour quand il y a des hommes avec nous. Je trouve ça triste et qui plus est,
    je ne me suis jamais trop fait emmerder mais je n’aime pas sentir tous ces regards sur moi et ces mots parfois blessants. En pantalon, je me
    sens moins « bout de viande’. ça changera sûrement avec le temps ( je l’espère )

  7. Sabrina Bion
    21 mars 2014 at 14:19

    Tu as raison :-)

  8. 21 mars 2014 at 14:19

    Complètement! Tu as tout à fait raison d’écrire ce billet! Combien de fois je me fais emmerder car il se trouve que j’ai une poitrine hm assez conséquente et que j’ai pas forcément envie de mettre un col roulé l’été par 37°..
    Ce que je supporte pas, mais genre supporte pas, ça peut aller aux mains je pense, c’est l’expression « appel au viol ». Alors ça, c’est juste insupportable!
    A nous d’éduquer nos garçons normalement, pour qu’ils ne voient pas les filles comme des bouts de viande, et d’éduquer nos filles dans l’idée que jamais elles ne seront inférieures.
    Et vive la mode!

    • 21 mars 2014 at 15:13

      Totalement d’accord : les filles devraient pouvoir s’habiller comme elles le souhaitent sans être regardées comme des proies et abordées vulgairement. Peut-être qu’un cours au collège ou lycée pour éduquer les élèves sur cette thématique pourrait améliorer les choses…

      • 21 mars 2014 at 21:00

        Hélas… j’ai une robe rouge, juste au-dessus du genou. Je la porte avec des collants opaques noirs et des ballerines plates. Elle n’est pas moulante. Je suis prof.
        Des élèves (que je n’ai pas en classe) ont demandé à des membres de l’administration si je cherchais à les allumer en la portant, quand je les croisais dans le couloir.
        Dans mon établissement, mes chefs, les parents et les élèves apprécient mes cours, et me trouvent sévère mais juste, et rigoureuse. Bref, mon sérieux et mes valeurs morales sont connues.
        Mais j’ai été « convoquée » dans le bureau d’un des chefs pour me faire conseiller de ne plus porter cette robe, sur un ton faussement bienveillant, « même si on sait très bien que vous n’avez jamais pensé à mal, hein. » … le pire, c’est que ce faux conseil m’a été dicte par une femme.
        C’est quoi, le message qu’on renvoie aux élèves ? Que finalement, ils avaient raison ? Que ce sont les femmes qui provoquent et que les ados, ces pauvres taureaux, sont manipulés par notre machiavélisme ? Que le personnel enseignant est là pour les provoquer ?
        J’ai eu envie de placarder partout le fameux dialogue de Tartuffe.
        Quand est-ce qu’on enseignera aux garçons que les femmes sont libres de la représentation de leur corps, indépendamment d’eux, et que et que c’est à eux de reconnaître qu’ils sont seuls responsables de leurs pulsions (su’ils doivent apprendre à gérer, d’ailleurs) ?
        Enfin bref, ça me choque et je suis écoeurée.

        • 22 mars 2014 at 15:50

          Et qu’as tu fait ? Tu ne portes plus cette robe ? Et si tu le faisais que se passerait-il ?
          Ça me semble fou ton histoire !

        • 23 mars 2014 at 10:30

          Je n’ai pas trouvé de « touche » pour répondre directement à ton commentaire, Eléonore, donc je te réponds, mais en cliquant sur « répondre » dans mon commentaire.
          Bref… je neporte plus cette robe rouge au travail car je ne veux plus d’ennuis, mais ça ne m’empêche pas de mettre sa jumelle en noir, car je l’avais achetée en double, un exemplaire de chaque couleur. Et je porte des robes plus courtes aussi, des talons, et des robesbplus longues. Bref, je continue comme avant, à l’exception d’une robe. C’est juste la rouge que je ne mets plus.
          Avant, en début de carrière, j’étais contre les décolletés ou le court, parce qu’on travaille avec des ados qui ont les hormones en ébullition. Maintenant, mon avis a évolué : je pense que les profs devraient aussi pouvoir se vêtir à leur guise, tant qu’il n’y a ni signe religieux ni à message agressif. Voir des profs porter du sexy, c’est aussi leur rappeler qu’on est des adultes, qui travaillons également avec des adultes, et leur apprendre que les adultes ont le droit de s’ habiller librement, sans que les autres y voient une incitation quelconque. C’est aux parents et au règlement intérieur de leur rappeler que les profs enseignent, qu’ils n’en ont rien à faire de plaire ou pas aux élèves, et qu’on est des adultes (donc rien à voir avec les élèves) et que, du coup, on n’a jamais un rapport de séduction ( au sens « drague », parce que sur le plan du « convaincre et conduire les élèves vers les savoirs », là, c’est de la séduction étymologique, celle de La Fontaine, mais j’extrapole) avec les élèves. Bref, il y a aussi un discours masain de la part des institutions qui conforte les jeunes (autre exemple : les filles élèves qui n’ont pas le droit de porter de shorts jugés « trop provocants », même si leur attitude est impeccable… au lieu de dire aux filles qu’elles provoquent les garçons, on ne peut pas aussi éduquer ces derniers, leur expliquer qu’ils ont le droit d’avoir des fantasmes, mais que ca reste du domaine personnel et intime, qu’ils n’ont à l’infliger à personne, et que chaque personne, camarade ou pas, mérite le respect et la considération ?) dans ces comportements misogynes et irrespectueux.
          Donc il y a encore beaucoup de boulot…

        • 24 mars 2014 at 13:44

          Je suis choquée d’entendre ça, habillons nous comme des nonnes sinon on risque d’allumer les garçons, ou cela va t il s’arrêter?
          Toute l’éducation de ces jeunes est donc a refaire, et le respect n’existe plus, pour être respectée on doit se soumettre à une norme imposée, Tout cela ne laisse rien présager de bon pour l’avenir en effet, L’image des femmes est remise en question et pas seulement dans certaines communauté. Je te soutiens Éléonore et toute celles qui se rebellent et continuent a porter du court, comme il leur plait sans être considérées comme des allumeuses. Vives les jolies gambette!

        • 24 mars 2014 at 19:16

          Alors là je suis scotchée ! Je suis aussi prof, je bosse dans une cité depuis 8 ans et jamais je ne me suis censurée niveau vestimentaire. Je porte donc sans aucun problème des mini shorts, des jupes et des robes de la longueur que je veux. Et si d’aventure quelqu’un me ferait une remarque, mon côté rebelle me fera jamais plier. Résistons pour continuer à être libres de porter ce qu’on veut, quand on veut et surtout où on veut !

  9. Nadège Chrispeels
    21 mars 2014 at 14:22

    Bravo et merci d’écrire ce que je pense!

  10. Diane Cazabonne
    21 mars 2014 at 14:22

    Bien dit!

  11. Helene Deshayes
    21 mars 2014 at 14:27

    Bravo!! Bien dit :) J’espère que tout ça finira par évoluer…

  12. 21 mars 2014 at 14:28

    Tu as tellement raison de résister, j’ai eu un peu moins de chance, ayant été « légèrement » agressée (j’entends par là que dieu merci, j’ai échappé au pire) à trois reprises… Et à chaque fois, l’une des premières questions que l’on posait après avoir raconté mon histoire était « Mais tu étais habillée comment aussi ?! ». Pff.

    L’autre soir avec des copines on a réalisé que nous connaissions toutes, dans notre entourage proche ou lointain, des femmes victimes de viol. Et nous étions sidérées de réaliser que ce n’était malheureusement pas un fait rare…

    Les mecs ne se rendent pas compte de tout ce que l’on s’interdit de faire quand on est une femme. J’adore me balader, j’adore Paris la nuit, mais je ne peux pas prendre le risque de flâner seule en rentrant de soirée ; la nuit dans le métro 8 usagers sur 10 sont des hommes comment ne pas flipper ? Alors reste le vélo ou le scooter et quand on est bourrée c’est Uber et à la longue ça fait cher.

    Quand j’habitais à la goutte d’or, je m’interdisais les petits blousons courts que j’affectionne tant, et portait un long manteau qui me tassait désespérément, parce que j’en avais marre de me faire au mieux siffler, au pire insultée quand je sortais avec mes robettes courtes.

    Et l’été j’étais en jupe longue… Enfin bref, je pourrais en parler des heures, on a monté un collectif de meuf pour réaliser des vidéos à caractère lolistique pour prendre du recul et se marrer de notre condition, mais au fond, franchement, au quotidien c’est moyen marrant de flipper d’être une meuf. Y’a des jours où je paierais cher pour être un mec.

    • 21 mars 2014 at 15:28

      C’est marrant, j’habite à la Goutte d’Or depuis septembre et c’est vrai que je m’attendais au pire, mais bizarrement, « malgré » mes tenues très courtes, je ne me fais jamais embêter, ni siffler.
      Je touche du bois…

      • 22 mars 2014 at 0:07

        Tu es où exactement ? J’ai quitté le quartier il y a 8 ans, et depuis je n’ai pas trop eu l’occasion d’y trainer, j’habitais juste à côté de l’église Saint Bernard à côté de la rue Myra… Un mec m’a craché dessus une fois (un gros mollard bien dégueulasse), un autre m’a suivi dans ma court d’immeuble et m’a bloquée contre un mur, heureusement des voisins sont arrivés pour le faire fuir. On m’a volé mon téléphone portable en me foutant un gros kick dans la gueule et surtout, des gamins s’amusaient à foutre de la colle dans ma serrure, or à l’époque j’étais serveuse le soir pour payer mes études, et se retrouver bloquée sur son palier à deux du mat, c’est moyen rassurant…

        J’ai toujours entretenu d’excellent rapport de voisinage, j’ai pas compris ce qu’il m’arrivait dans ce quartier et j’adorais mon appart… Maintenant il paraît qu’il y a eu plein de travaux et qu’il est canon, en tous les cas je te souhaite de t’y plaire !

  13. Heures Bleues
    21 mars 2014 at 14:29

    merci pour cet article… Je me sens particulièrement concernée, sans doute comme bon nombre de femmes. Jusqu’à l’âge de 27/28 ans, je n’ai porté que des jupes et des robes. J’aimais être féminine et comme j’ai la chance d’avoir de belles jambes, j’en profitais. Mais à force d’être agressée dans les transports, dans la rue (insultée, matée, pelotée, bref, le lot de trop de femmes qui « osent » s’habiller comme elles l’entendent), à force de commentaires désobligeants au collège puis au lycée, à force de propositions foireuses (Hè, mam’zelle, t’as des jambes sexy, tu veux pas passer à la maison pour une séance photo? »)…et bien, un jour, j’ai acheté un jean. J’ai toujours trouvé ça moche les jeans. ça fait maintenant presque dix ans que je n’ai pas porté de robe ou de jupe. J’en porte à l’occasion, une ou deux fois par an, à la maison. C’est le prix que j’ai payé pour enfin être tranquille. Seulement voilà…j’aime plus m’habiller ni me maquiller. Je me trouve perpétuellement moche. Je fantasme devant les robes que je ne porterai plus jamais… Je ne peux simplement plus supporter les mains baladeuses et les regards pervers. ça me donne des envies de meurtre et je m’évite sans doute de passer à l’acte en restant moche dans mon futal. Voilà, voilà… C’est triste.

    • Heures Bleues
      21 mars 2014 at 14:35

      j’ai lu ce qui est arrivé à jack Parker. Cela m’est arrivé aussi quand j’avais 20 ans. J’ai chialé pendant deux jours, j’osais plus sortir de chez moi. Lire que cela arrive encore à des jeunes femmes, aujourd’hui, me fout dans une rage folle.

  14. 21 mars 2014 at 14:34

    Merci pour ton témoignage! En espérant que ça puisse inspirer d’autres filles…!

  15. Sandra Storm
    21 mars 2014 at 14:34

    Moi j’habite plus en france – ca a regler mon probleme…

  16. Aurélie Pierre-louis Preté
    21 mars 2014 at 14:34

    Et les commentaires de certaines femmes ( amies , collègues … ) genre  » mais tu n’as mis qu’un pull aujourd’hui , pas de bas ?  » t’as pas peur d’avoir froid , c’est court non ?  »

    T’as les boules !

  17. Aurélie Pierre-louis Preté
    21 mars 2014 at 14:35

    Heures bleues , malheureusement même en pantalon les remarques et harcèlements sont aussi très / trop fréquents :(

  18. Ornella Jourdain
    21 mars 2014 at 14:41

    Bravo, j’ai l’impression que malheureusement c’est de pire en pire, mais jamais, mais alors jamais j’abandonnerai mes robes pour une bande de frustrés !

  19. 21 mars 2014 at 14:43

    Je suis tellement d’accord avec toi. Hier j’ai vu une fille avec une jupe courte dans le métro, et des collants très fins noirs. Et je me suis dit « Elle ose porter ça ? ». Et j’ai trouvé ça triste de penser ça. C’est ça que j’aime quand je vais aux Etats-Unis, et même si c’est différent, au Japon. Pourvoir porter des jupes, comme je le veux, sans avoir peur de ne pas mettre de collants. Va savoir pourquoi là bas ça ne pose pas de problèmes, pourquoi toutes les filles en font de même. Comme à Londres où on dit qu’elles la portent toutes raz la touffe. Bref.
    Tu as bien raison de t’habiller comme tu veux. C’est juste triste comme tu dis d’être obligée de penser autrement ici. Je comprends pas qu’en un siècle on soit passer de : les femmes doivent obligatoirement portées des jupes à le pantalon n’est plus une liberté mais un devoir sinon prend garde à toi. C’est nul. Dégradant. Et on est encore libre à ce que je sache.

  20. Elsa Swietlik Lee
    21 mars 2014 at 14:44

    moi je trouva ca pas trop court, ca te va bien et tu n’es pas vulgaire. Viens voir a Londres, c’est « ras la moule » et en plus des grosses et on voit leur culotte quand elles s’abaissent ou montent l’escalator! la c vraiment deplace et vulgaire, aucune classe !

    • 22 mars 2014 at 12:43

      « en plus des grosses » … oui t’as raison les grosses devraient pas avoir le droit de s’habiller comme les minces. Qu’est-ce qui faut pas lire des fois !!! Quand on s’élève pour affirmer nos droits à nous les femmes (et on a bien raison de le faire) autant le faire jusqu’au bout et cesser de catégoriser les femmes entre celles qui peuvent se le permettre et celles qui ne le peuvent pas …

  21. Laurence Claudel
    21 mars 2014 at 14:45

    Entre les gros nazes et les jalouses, bon courage les filles !

  22. 21 mars 2014 at 14:47

    Je suis tellement d’accord avec toi. Hier j’ai vu une fille avec une jupe courte dans le métro, et des collants très fins noirs. Et je me suis dit « Elle ose porter ça ? ». Et j’ai trouvé ça triste de penser ça. C’est ça que j’aime quand je vais aux Etats-Unis, et même si c’est différent, au Japon. Pourvoir porter des jupes, comme je le veux, sans avoir peur de ne pas mettre de collants. Va savoir pourquoi là bas ça ne pose pas de problèmes, pourquoi toutes les filles en font de même. Comme à Londres où on dit qu’elles la portent toutes « raz la touffe ». Bref.
    Tu as bien raison de t’habiller comme tu veux. C’est juste triste comme tu dis d’être obligée de penser autrement ici. Je comprends pas qu’en un siècle on soit passer de : les femmes doivent obligatoirement portées des jupes à le pantalon n’est plus une liberté mais un « devoir » sinon » prends garde à toi ». C’est nul. Dégradant. On est encore libre à ce que je sache. Et pourtant…

  23. Et oui c’est triste qu’on doive encore se sentir obligées de regarder à 2 fois nos tenues pour être sûre de ne pas choquer ou détonner. Je me souviens encore d’une fois où étudiante, en boîte, portant un petit haut pas vraiment osé ou choquant, mais à porter sans soutien gorge ou avec soutif sans bretelles (ce qui perso, ne change rien vu que la taille de ma poitrine est proche de celle de 2 clémentines sur un plateau), je me suis faite allègrement traitée de p¨¨¨ provocante, alors que je buvais un verre peinarde au bar, sans tortiller des fesses ou oser un quelconque mouvement vulgaire… Pour autant, je n’ai pas arrêté de porter ce haut, comme je le voulais, en soirée, en journée, parce que 2 petits crétins n’avaient rien de mieux à faire ce soir là que de lâcher leur frustration sur moi… Mais comme tu dis, la chance y est aussi pour beaucoup, la seule fois où je me suis faite vraiment agressée physiquement, je rentrais du sport, toute suintante, et en survêt… rien de bien sexy donc. Bref, tout ça pour dire que oui, à l’époque où l’on vit, on a envie d’assumer notre féminité, et ce en toute simplicité, il serait temps que cela s’intègre dans les mœurs… FREE GAMBETTES :) !

  24. 21 mars 2014 at 15:07

    Ah, tu as bien raison !
    On le dit souvent, « habillons-nous comme nous le sentons, peu importe ce que les autres en disent », mais au fond… très peu de personnes applique cette idée. On pense trop à la manière dont on sera perçue et jugée, malheureusement. Le problème ne réside pas tant dans la manière dont on se vêtit, mais plutôt dans le comportement global que l’on a les uns envers les aux autres. Je crois que c’est ça qui est à revoir : la tolérance. Donc oui, habillons-nous court ou long si nous le souhaitons, l’important est d’être à l’aise et bien dans ses vêtements. Il ne faut pas se sentir forcée ou contrainte, dans tous les cas. Essayer de faire abstraction des jugements en se disant que si on se sent bien, et bien tant pis pour le reste. Mais comme je l’ai dis plus haut… c’est toujours plus facile à dire qu’à faire !

    Noé,
    Couleur Spleen.

  25. Pandore Pandora
    21 mars 2014 at 15:08

    J’ai été agressée de multiples fois comme bien d’autres filles, mais jamais je ne me priverai de ma liberté. ça leur ferait trop plaisir à ces tarés.
    La solution passera par l’éducation, non pas des filles à avoir peur, mais des garçons à respecter les femmes.
    https://fbcdn-sphotos-e-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn1/t1.0-9/1512738_579999428762536_1522261782_n.jpg

  26. Emilie Barat
    21 mars 2014 at 15:13

    Tout à fait d’accord avec ce que tu dis et rien à ajouter:)

  27. 21 mars 2014 at 15:14

    Bonjour, tu as entièrement raison ! par contre c’est dommage que certains t’oblige à te justifier ! depuis des années je porte jupes et robes pas ou peu de pantalon car cela ne me va pas (un peu mieux maintenant mais je dois mieux assumer mes formes !) je suis pour l’égalité des sexes et suis (je pense) féministe ! mas pourquoi doit on nous habiller comme les hommes ! pour pas les exiter !!!!!!! non mais les gars faut se calmer !!!!!!!! aujourd’hui je suis maman d’une petite fille et d’un petit garçon, j’explique à ma fille (qui est garçon manqué) qu’on court aussi vite en jupe (elle ne porte pas encore de jupes crayon) qu’en pantalon et que sa maman aime les jupes et les robes pour montrer ces jambes !!! bon mon fils est un peu jeune mais il n’a pas intéret de faire une réflexion sur une fille court vêtue !!!!!!!!! hormones ou pas hormones !!!!!!!
    bon tout ça pour dire vive les jupes et les robes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  28. 21 mars 2014 at 15:15

    Tu as tout à fait raison! Je trouve qu’il faut se faire plaisir et porter les vêtements dans lesquels on se sente à l’aise!
    Bonne journée

  29. 21 mars 2014 at 15:17

    Quand porter du court deviendrait presque un acte militant… notre société ne serait-elle pas entrain de régresser ? On ne devrait même plus en parler (depuis les 60’s). Alors court pour qui veut !

  30. 21 mars 2014 at 15:22

    « Lol » pour le poste… Tu as dû payer quelque chose ?
    En tout cas, plus les gens s’habillent librement, plus ceux qui n’osent pas ont une chance de le faire !

    • 22 mars 2014 at 15:48

      Non rien, mais j’aurais pu. Comme j’ai avoué avoir rayé leur caisse alors que les mecs ont tout nié c’était chaud pour moi.
      Mais pour ça il fallait qu’on aille au tribunal et aucun juge n’aurait cru que j’étais allé les agresser pour rien. Ils ont donc laissé tombé.

      Cela dit j’ai été entendue comme « agresseur » au poste c’était le monde à l’envers…

      • 23 mars 2014 at 9:16

        A noter au passage que si les gars en question avaient été seuls dans leur voiture, cela ne serait sans doute jamais arrivé…l’idiotie se démultiplie sous l’effet de groupe…En tout cas continue de porter tes minis shorts!

  31. 21 mars 2014 at 15:33

    C est exactement ce que je pense. Je déteste quand on me dit que je devrais faire attention et ne pas porter de jupes courtes. En france, en 2014, je devrais quand même pouvoir m’habiller comme je veux sans etre embêtée et sans rien risquer!
    Bravo pour ton post!

  32. Sarah Delattre
    21 mars 2014 at 15:35

    Résistons et ne nous laissons pas abattre sinon nous finirons cloîtrées,courage les filles! Soyons fières :)

  33. My cup of make-up
    21 mars 2014 at 15:56

    Bel article. J’habite en Suisse; et ici, c’est pareil. Je n’hésite pas à revendiquer le droit de porter ce que je veux et à me battre pour. Les choses évoluent doucement mais sûrement, restons positives ;)

  34. 21 mars 2014 at 15:59

    Bravo, Élodie, je suis très fière de toi.

  35. 21 mars 2014 at 16:14

    En déménageant à Montréal, je me suis rendue compte à quel point je m’interdisais de porter du court à Paris. Les combi-shorts, mini-jupes… Je me suis mise à adorer ça là bas, où personne n’en à rien à foutre de la quantité de peau qu’on peut bien voir.

    Et en revenant à Paris je n’ai pas pu me résoudre à lacher ça. Me mettre au vélo aide (moins de rue et moins de métro). Mais sinon c’est une attitude à avoir, comme tu dis marcher la tête en l’air : non seulement ça empêche de remarquer les potentiels comportements désagréables, mais en plus ça dissuade je pense. On a moins envie de provoquer quelqu’un qui à l’air de n’en avoir rien à foutre.

  36. 21 mars 2014 at 16:26

    OH oui ! Vive les mini !

  37. 21 mars 2014 at 16:32

    Je suis entièrement d’accord avec toi. Les filles sont aussi pas mal dures entre elles à juger toutes celles qui montrent leurs jambes. je viens de lire l’article de Jack Parker, je n’ose même pas imaginer qu’elle ait pu avoir des critiques.

    Depuis que je vis à Montréal je porte du court-court et tout le monde s’en contre-fou qu delà que c’est agréable c’est surtout normal de ne pas se balader dans la rue en aillant peur de se prendre une remarque.
    J’ai toujours trouvé que tu as les plus belles gambettes de la « blogosphère » se serait dommage de ne pas les mettre en valeur :)

  38. 21 mars 2014 at 16:45

    Comme toi j’ai décidé de ne pas me laisser dicter ma garde-robe par les commentaires que je récolte dans la rue quand je porte une mini-jupe ou un short (et ô combien ces commentaires peuvent être nombreux que le quartier où tu te balades soit bien famé ou non).

    J’ai passé mon adolescence dans une petite ville de l’Oise où il était très courant de se faire insulter dans la rue ne serait-ce parce qu’on est une fille et qu’on porte un débardeur en été (je ne me suis vraiment jamais vêtue de façon osée, mais porter des cols roulés quand il fait 30°C dehors, c’est pas trop mon truc). Un jour je me suis pris une poignée de graviers dans la figure parce qu’exaspérée par la remarque déplacée d’un mec sur mes formes, j’avais osé l’envoyer balader.
    Un jour, après une énième remarque, j’étais rentrée chez moi me changer. Quelques heures plus tard quand j’ai réfléchi à ce que je venais de faire, je m’en suis hyper voulue parce que c’était donner la victoire à des cons.

    Bref, depuis je n’hésite plus à mettre de jupes. Mais c’est toujours malheureux de constater qu’il n’y a vraiment pas d’évolution dans les moeurs (encore l’autre jour, un mec a longuement disserté en me voyant arriver avec ma une mini-jupe (et des collants opaques, au mon dieu l’indécence!) dans le bus sur le fait que cela le « froissait » de voir des femmes ainsi vêtues…).

  39. 21 mars 2014 at 16:55

    Ma chère maman m’a dit récemment à l’occasion du débat « du genre » : j’ai grandie avec 2 frères et je ne me suis jamais sentie inférieure à l’un d’eux. Elle a bientôt 70 ans. Elle m’a toujours encouragé à porter ce que je veux quand je veux. J’ai toujours pensé que je pouvais faire aussi bien qu’un garçon. Voir mieux. J’ai rénové moi même ma maison (changer la cuisine, refait les plafonds) . Je monte moi même mes meubles en kit. J’ai démoli à coup de masse une baignoire en fonte là où certains hommes se glorifient de ne pas savoir planter un clou. Je fais un métier où mes homologues sont des hommes. J’ai 43 ans. Quand je lis je n’ose pas porter une jupe ou un short… quand je vois des femmes porter des robes avec des pantalons ou des leggings… je me demande comment est il possible que des individus jeunes vivent dans une telle régression? J’ai envie de dire « réveillez vous les filles » précédé d’un gros juron. Jack était bien réveillée et quelle saine réaction!

  40. 21 mars 2014 at 16:57

    J’espère qu’on ne t’a pas jugée « coupable » au commissariat… je crois que j’aurais réagi pareil…
    J’ai lu cet article, les commentaires sont ultra-choquants, et on est en France…

  41. 21 mars 2014 at 17:04

    Bonjour Eléonore,
    Pourriez-vous m’indiquer où vous avez acheter vos chaussures ?
    Merci beaucoup.
    Charlotte
    *Vive les gambettes à l’air !*

  42. 21 mars 2014 at 17:35

    J’ai une question qui va paraître complètement futile au vu de ton post mais, quelle est la marque de ces sublimes sandales corail?

  43. 21 mars 2014 at 17:55

    Complètement d’accord avec toi sur le fond également mais pour ma vie de tous les jours, il m’est impossible de porter du court sans être accompagnée. Je trouve ça profondément triste aussi mais c’est comme ça, peut-être parce que je ne suis pas assez dans la lune? Je suis très grande et j’ai de longues jambes, ce qui déjà n’aide pas à ne pas attirer les regards (je suppose parce qu’il y a plus de centimètres carrés de peau en vue!). Mais en plus – et pourtant je vis à Barcelone où les choses sont bien plus relax – je ne peux vraiment plus supporter les regards libidineux, souvent par des mecs de 50 piges, et les commentaires à voix plus ou moins haute. Ils claquent leur langue comme pour appeler un chien, pincent leurs lèvres comme pour attirer un chat, ou me murmurent dans l’oreille en passant, c’est vraiment dégueulasse. Ils ont réussi à me faire sentir très mal à l’aise, et presque à me dégoûter de l’image que je renvoie en portant du court – ce qui est quand même assez fou, parce que de manière générale je suis quelqu’un de très déterminée et peu soucieuse de ce que pensent les autres. Et pire, ils ont réussi à me faire peur. Je n’ai jamais eu de problème, mais je suis tellement sensible que je préfère éviter tout risque, sinon ça détruirait vraiment quelque chose de mon rapport à ma féminité, je crois. J’ai encore un peu de mal avec elle, alors je préfère la préserver – je n’ai pas (encore) ta force. Les seules fois où je me le permets, c’est pour aller près de la plage, parce que je me fonds dans la masse et qu’il y a trop de corps à regarder pour s’arrêter spécialement sur le mien. Triste constat, mais je ne vois même pas trop comment les choses pourraient changer, lorsque l’on voit les mentalités qui existent encore aujourd’hui. Merci en tous cas pour ton courage, qui participe à sensibiliser les esprits!

  44. 21 mars 2014 at 18:32

    Je crois que ces remarques viennent de la part de filles qui n’arrivent pas à assummer totalement leur féminité, comme moi par exemple. J’admire ces nanas qui « osent » et assument le regard rempli de désir des hommes. Une remarque ou un regard déplacé me fait me sentir « objet sexuel » et ça m’angoisse, je ne sais jamais comment réagir. Car c’est à la fois flatteur et en même temps dérangeant… J’oscille entre l’indifférence, la méchanceté, le sourire ou la bienveillance, mais tout ça parce que je ne sais pas bien définir ce que ça me fait et me situer par rapport à la féminité (mais bon, faut pas aller chercher loin, ma mère ne m’a pas transmis ça, puisqu’elle n’était pas très féminine, enfin si mais sur d’autres plans que sa garde-robe). Qu’est-ce que j’aimerais réussir à devenir une femme, une vraie!

  45. 21 mars 2014 at 18:43

    Bonjour Eléonore,
    d’une part je te suis depuis quelques mois et je trouve que ton blog est vraiment joli et joyeux, ça fait plaisir de lire une fille qui est super bien dans sa peau et qui a l’air de ne jamais se prendre la tête;
    d’autre part, je trouve que tu as raison de mettre des vêtement courts (qui plus est, ça te va bien!) et d’assumer ta féminité. Je n’avais pas connaissance de la polémique autour de Jack Parker et j’avoue que tout cela me dégoûte. Je me doutais qu’il y avait quelques soucis à Paris à ce propos mais je ne pensais pas autant. Il faut préciser que j’habite à la campagne et que mon seul moyen de transport est la trotinnette pour aller au lycée donc je n’ai jamais eu à faire face à ce genre de problèmes…
    Merci de réagir et de nous donner confiance! bye :) <3

  46. 21 mars 2014 at 19:06

    Je commente rarement tes articles bien qu’étant très fidèle à ton blog, mais celui-ci tombe à point nommé et j’ai vraiment envie de réagir.
    Pour ma part je trouve que c’est devenu invivable à Paris de se promener en jupe et, alors que moi aussi j’adore en porter, j’ai quasiment cessé de le faire le soir quand je sais que je vais rentrer seule (et pas forcément au beau milieu de la nuit…).
    J’ai des dizaines d’exemples de fois où j’ai été « embêtée » par des mecs dans la rue, ça va du fameux « eh mademoiselle » inoffensif mais très agaçant à un soir où je rentre avec un ami et où trois mecs me bousculent et me disent que « tu as de la chance d’être accompagnée, la prochaine fois on se fera plaisir ».

    Ces deux dernières semaines, deux autres exemples de journées en jupe.
    Une fois, dans le métro, un mec me caresse les genoux en s’asseyant en face de moi, je me détourne et l’ignore, et deux minutes après il ouvre sa braguette.
    Et, la dernière fois, hier, je vais déjeuner avec une amie, je porte une jupe assez courte, oui, mais merde il faisait 15 degrés et j’aime porter des jupes, là j’ai eu très peur, un mec me suit pendant 10 minutes, je tourne dans une rue il me suit, je m’arrête il s’arrête, je rentre dans un magasin il rentre aussi. Là j’ai craqué j’ai demandé à une dame qui passait de rester avec moi et j’ai foncé sur le mec et l’ai engueulé. Il est finalement parti en m’insultant.

    Ayant vécu au Canada où ce genre de comportements est complètement invraisemblable, notamment pour une question d’éducation beaucoup plus volontariste sur la question je pense, je souffre de plus en plus de subir ce genre de choses à Paris, et je ne supporte pas d’avoir maintenant peur quand je me mets en jupe.

    Désolée pour ce long commentaire, mais je pense que c’est un vrai problème de société qui est négligé, et c’est bien dommage…
    Merci pour ton article, très optimiste mais qui a le mérite d’aborder le sujet!

  47. 21 mars 2014 at 19:43

    Je te rejoins tout à fait sur le sujet, moi même je ne porte que des robes, jupes ou short un peu court mais c’est ce qui me plaît, en effet quelle liberté de mouvement :) !
    Et puis à Nantes je suis sûrement moins sollicitée, vive les gambettes et les femmes libres !

  48. 21 mars 2014 at 19:46

    Je laisse rarement de commentaires mais cet article me touche particulièrement. Je vis sur bordeaux, et je n’ai pas l’impression que ce soit aussi polémique. Ou si c’est le cas, je dois vraiment être sur un petit nuage. Cependant, quand je vais rejoindre mon frère qui habite à Paris et que je mets un short, il est étonné que j’ose en mettre. Il me laisse tout de même faire et puis, c’est un grand-frère protecteur (et le sera toujours je pense, même quand il aura 50 ans et moi 39 :)). Après, peut-être que ça ne me dérange pas parce que je ne vis pas sur Paris. Je n’en sais rien. Mais je suis du genre à faire ce qui me chante et à envoyer bouler les autres ;)

  49. 21 mars 2014 at 20:06

    Merci pour cet article. Et surtout de faire voir que ces préjugés sont ancrés chez les garçons, mais aussi chez les filles.
    Il y a vraiment un effort à faire sur l’éducation. Ce n’est pas tolérable que de telles choses puissent encore se produire, en France, au XXIe siècle, à Paris. Pour ma part, j’adore aussi porter des vêtements courts, mais je suis jeune, ça me va bien, je suis bien dedans, alors je dis merde, on n’est pas des coupables, mais des victimes. On n’a pas à s’auto-censurer.

  50. 21 mars 2014 at 20:47

    Mais carrément !
    Je me retrouve dans ton article et aussi dans les commentaires … si ce n’est que moi aussi je me suis quand même faite malmenée (on dira ça comme ça !) plusieurs fois …
    Alors, même si ce n’est pas une vraie solution à ce problème de société, je choisis quand même souvent un jean-pull quand je dois me balader seule le soir … C’est triste non ?!

    Et chapeau pour ma bagnole ; tu n’as pas eu peur de te faire casser la figure ?! Non parce que moi j’ai déjà failli me faire taper dessus par un automobiliste juste parce que j’avais un peu râler … alors si j’avais rayer sa putain de bagnole, je finissais en miettes !

    • 22 mars 2014 at 15:53

      J’ai agi sous le coup de la colère donc j’ai pas réfléchi. Mais ils ont été assez violents avec moi quand ils m’ont chopée, il y avait 2 nanas et une d’entre elle m’a collée contre le mur en m’attrapant par le cou comme ça dans la rue devant tout le monde.

      Mais la seule chose que je regrette c’est de ne pas avoir été plus futée en m’enfuyant, pas de l’avoir fait.

      • 23 mars 2014 at 14:47

        Peut-être qu’en souvenir de cet épisode qui a abimé leur voiture bien aimée, ils éviteront de recommencer à essayer d’emmerder les jolies cyclistes… Le fait que tu ais rayé leur voiture a sûrement eu plus d’effet dans ce sens là, que si tu t’étais enfuie, non ?
        En tout cas je suis 100% d’accord avec toi sur tout le post. je ne porte que des robes et jupes, je me fais souvent aborder mais je ne me suis jamais fait agresser pourtant j’habite à Aubervilliers, et là c’est vraiment le festival des remarques déplacées…

  51. 21 mars 2014 at 21:09

    Merci pour ce billet, ça fait du bien à lire !

  52. 21 mars 2014 at 21:16

    Je n ai jamais commenté sur ton blog, ni sur aucun autre, mais là j avais envie.
    Merci d’aborder ce sujet sur ton blog.
    Le sujet Jack Parker et surtout les commentaires qui ont suivi sa publication m’ont anéantis pendant plusieurs jours… Dans quel pays sommes-nous?
    Alors que certains hommes nagent en pleine régression, il est important comme tu le dis de ne pas nous rabaisser face à ces attaques du quotidien et contrairement à ce que la police t a dit : moi je trouve que tu as raison d avoir rayé la caisse de ce dégénéré, tout comme Jck Parker a eu raison d exploser la tronche de son agresseur.

    Continue de t habiller court, même si pour revenir à un thème plus BM je ne suis pas fan de ton short en jean fétiche, je trouve que le court te va très bien. Et oui pour reprendre les propos de Jack Parker, heureusement qu on s habille de la façon dont on se sent belle le matin, devant sa glace et non pas pour se protéger des attaques des abrutis.

    Bonne continuation à toi

  53. 21 mars 2014 at 21:20

    Lectrice depuis 2-3 ans j’aime beaucoup ta spontanéité et le fait que tu développes ton propre univers sans chercher à plaire forcément au plus grand nombre.
    Cet article me touche particulièrement parce qu’en tant que jeune femme (22 ans), ce sont des questions que je me pose très (voire trop malheureusement souvent). J’ai la chance d’habiter dans une grande ville assez tolérante car en bord de mer (beaucoup de gens sont en short/jupe dès mai) et d’étudier dans le milieu médical où le rapport au corps est plus décomplexé et pas uniquement tourné vers le sexe… Je n’ai jamais eu droit à des réflexions déplacées à la fac ou dans la rue bien que je me promène en jupe un jour sur deux, mais je dois dire que les « hé mademoiselle » même s’ils ne sont pas mal intentionnés sont fatigants et parfois un peu angoissants quand on se promène seule…
    De fait, par habitude, je ne sors jamais seule le soir, c’est devenu presque un réflexe d’appeler une copine ou un ami pour dire « on va ensemble à la soirée X ? » et avec du recul je trouve ça vraiment dommage d’en arriver là… De ce côté l’égalité hommes/femmes a vraiment des progrès à faire quand la majorité de mes amis mecs rentrent seuls le soir, même à pied sans qu’il ne leur arrive jamais rien.
    Mais honnêtement, quand je vois à quel point le corps féminin est mis en avant quasi-uniquement de façon sexuelle via les publicités, les magazines et autres vecteurs commerciaux (type le métro tapissé de pub pour lingerie et maillots, à base de filles avec le corps luisant dans des poses suggestives) , ça ne m’étonne pas que certains mecs peu/pas éduqués fassent l’amalgame peau dénudée = appel au sexe….
    A quand une vision du corps féminin autrement que comme objet sexuel ? Que certains mecs comprennent enfin que l’on peut mettre une jupe ou une robe dans une autre intention que celle de leur plaire (et quand bien même ça ne leur donnerait pas plus de droit) ?
    Bref merci pour cet article ;)

    • 25 mars 2014 at 13:59

      Absolument d’accord. Outre un problème d’éducation flagrant (éducation viriliste: le retour), il y a un problème dans l’hyper-sexualisation du corps féminin (pub, mode). C’est aussi pour ça que j’aime bien ce blog (et quelques autres): contrairement à ce que pensent les publicitaires, s’habiller de manière féminine et avoir plaisir à porter de jolis vêtements ne signifie pas forcément qu’on se met sur le marché sexuellement parlant… Mais l’amalgame, dans la sphère commerciale, est constant. Par ailleurs, en des temps troublés socialement et économiquement, nombre d’hommes entendent bien garder le pouvoir et manifester leur contrôle sur les corps féminins, notamment dans l’espace public. L’histoire de l’habillement féminin est traversé par ça, hélas. Le pire quand on y pense c’est que porter des pantalons a été une conquête féminine (la jupe signifiant une forme de disponibilité sexuelle, d’accessibilité du corps féminin), aujourd’hui, c’est porter la jupe sans qu’il y ait de connotation sexuelle qui est à (re)conquérir. Mon pays m’afflige de plus en plus… Arrière toute à de nombreux niveaux.

  54. 21 mars 2014 at 22:42

    Je me sens comme toi ! J’ai l’impression d’avoir été élevée dans un milieu privilégié ; il ne me viendrait jamais à l’esprit de m’empêcher de porter quelque chose parce que je suis une fille… Et, en même temps, je suis depuis plusieurs années sensibilisée à la cause féministe, alors je me rends bien compte qu’on est loin de vivre dans un monde égalitaire. Et, pareil, je me suis fait embêter une fois (du temps que je vivais en région parisienne) par des gamins qui se sont mis à faire mine de regarder sous ma mini-jupe (je portais par ailleurs des collants opaques, pas de talons…)… et, comme toi, je n’ai pas pu m’empêcher de réagir moi-même sur le coup en envoyant un coup de pied à celui qui s’était penché à portée de mes bottes… (ce qui ne m’a pas empêchée de me sentir humiliée et impuissante)
    Une amie qui a vécu à Londres et aimait porter du court me disait qu’elle n’osait pas porter les mêmes tenues à Paris, parce qu’elle savait qu’elle se ferait embêter direct. Triste.

  55. 21 mars 2014 at 22:51

    La réaction des policiers est tellement révélatrice de cette culture machiste, de la domination masculine qui implique que les femmes doivent faire plus attention… triste.

    Bravo pour ton militantisme au quotidien. Ca me rappelle les jupes relativement courtes que je portais dans le RER il y a quelques années en allant en terminale à l’heure où les hommes étaient majoritairement sortis, je tuais du regard quiconque me sifflait ou regardait avec insistance. C’était une première manière d’embrasser le féminisme.

  56. 21 mars 2014 at 22:53

    Et on est d’accord que c’est un problème d’avoir à penser ce fait d’habit comme une forme de militantisme!

  57. 21 mars 2014 at 22:55

    Moi je dis chapeau! D’avoir osé ne pas te laisser faire, et d’oser la jupe coupe, parce que c’est vrai, je m’interdis certaines choses pour avoir la paix, dans le métro, entre autres, même si j’approuve totalement le « eh merde! C’est grave quand même! 2014 quoi! ».

  58. 22 mars 2014 at 0:35

    Merci pour ton article. Depuis que j’ai déménagé en Finlande, j’ai découvert qu’on peut être une femme et se ballader dans n’importe quelle tenue à n’importe quelle heure de la nuit sans avoir peur. Ca fait du bien de se sentir libre et l’égal de l’homme. Je ne suis pas sûre qu’en France se soit possible mais l’espère de tout coeur. En parler est déjà un grand pas vers le changement.

  59. La semaine de la jupe
    22 mars 2014 at 0:59

    Entièrement d’accord avec vous :)

  60. Tugleyia Logos
    22 mars 2014 at 2:42

    je croyais, mais alors je croyais vraiment que cela n’existait plus depuis qq années , j’ai osé porté du court pendant lontemps , à paris, je ne le fais plus que rarement juste parce que mon humeur n’y est plus, je ne me fais pas embeter j’ai un très fort caractère et je sais me rendre intimidante (moi on me fait pas chier ! :-p ai fait judo et karaté pendant l’adolecence ) je trouve vraiment dommage que pleins de femmes se fassent attaquer pour leur féminité (achetez vous un spray de poivre et n’hésitez pas à l’utiliser ;-) )

  61. 22 mars 2014 at 7:31

    Je viens d’un milieu où l’homme doit baisser le regard par respect, que la femme soit nue, habillée mais pas vêtue, vêtue, enmitouflée.

    Et oui, l’homme n’est pas un chacal. Un homme peut très bien se contrôler. Ce genre d’acte est inadmissible. Dans mon milieu, le contrôle de soi-même est une régle élémentaire.

    Dans le même temps, j’aime la pudeur. C’est un choix personnel. Je ne dirais jamais à une femme de porter plus long ou quoique ce soit de ce genre. Mais ma préférence … c’est la pudeur.

    J’ai le sentiment que pas mal de monde dénigre les femmes qui s’habillent « trop » autant que celles qui ne s’habillent pas « assez ». Surtout en France.

    Par-contre, oui, il y a des lieux où trop de nudité n’est pas sain. Pour hommes comme femmes. Par-exemple, le cimetière. J’avoue n’avoir pas lu l’article de la dernière fois (Père-Lachaise) à cause de cela. Trop loin de mes valeurs.

    Mais sinon je vais selon l’idée que des gens différents aiment des choses différentes … et que la liberté de chacun s’arrête à celles des autres.

  62. 22 mars 2014 at 9:47

    J’ai lu tous les commentaires, c’est à croire qu’absolument tous les mecs de Paris ont une queue à la place du cerveau. Mais non non tous les mecs ne sifflent pas, ni n’insultent les filles qui portent des jupes.
    Peut-être que je suis à l’ouest et que je ne remarque rien, mais je n’ai JAMAIS été emmerdée dans la rue à Paris, même en portant des petites robes d’été ou des tenues ultra courtes avec leggin l’hiver. De même que je n’ai jamais entendu mes amies se plaindre d’agression ou autres.

    • 22 mars 2014 at 12:59

      Ce n’est pas parce que Tu n’as jamais vécu ça que ça n’existe pas pour autant.

      Ce n’est pas parce que tu es blanche et que tu n’as jamais été agressé (ou jugée, méprisée ou questionnée) à cause de ta couleur de peau; que le racisme n’existe pas.

      Désolée mais les problèmes au quotidien des autres, même si tu ne les connais pas, sont un poids au quotidien, fait de questionnement à propos de chose qui ne devrait pas être.

      A savoir : si je mets cette belle robe je vais passer une très mauvaise journée.
      Mais si je mets ce pantalon hideux je serai tranquille.

      Et ça, ça n’est pas la liberté, ça n’est pas normal.

      • 22 mars 2014 at 23:37

        Je ne voulais pas, par ce commentaire, prétendre que le harcèlement de rue n’existait pas. Je voulais simplement rappeller le fait que tous les mecs ne sont pas des violeurs en puissance.
        « Désolée » mais un monde sans hommes serait bien triste à mon sens.
        Visiblement vos commentaires pointent uniquement le comportement des sujets pervers, je ne me sens pas concernée, par conséquent je me retire du débat et vais mettre ma plus belle robe pour sortir ce soir.

        • 23 mars 2014 at 14:07

          Je rejoins Ingrid.Je mets du court ,je porte des talons,il en est de même pour mes copines .Il ne nous est jamais rien arrive ha si ,j ai eu affaire à un pervers en 31 ans .Oui,il y a des pervers,mais c est loin d être une généralité et on ne peut pas parler du comportement des « hommes » en règle général,en se basant sur le comportement de ces gens la.

        • 24 mars 2014 at 13:31

          Ah ça me rassure de vous lire Ingrid et So ! Parce que moi, c’est pareil, j’habite à Paris depuis 14 ans, je sors beaucoup, à toute heure du jour et de la nuit, à pieds et en métro, et je n’ai jamais eu aucun problème (et pourtant je mets des jupes courtes, des bottes, et des décolletés – pas toujours en même temps hein :-D). Idem pour mes copines. J’ose espérer que nous ne sommes pas des exceptions…

          J’ai vécu 5 ans à Pigalle, j’ai eu droit à des regards bien sur, et quelques sifflements aussi, mais je les ignore, voire même je lance un grand sourire qui désarme celui qui a sifflé (qui se retrouve bien bête, ne s’attendant pas à cette réaction). J’ai même eu droit à des compliments vraiment touchants de ceux qu’on pourrait nommer « racaille ».

          Je ne sais pas ce qui fait que certaines ont moins de chance que d’autres et sont plus souvent harcelées. Mon credo, c’est de s’habiller comme on l’entend et d’assumer. Et je maintiens que tous les mecs ne sont pas des gros lourds, heureusement !!

  63. 22 mars 2014 at 10:18

    moi j’ose plus à l’étranger j’avoue car je prends souvent les transports et honnêtement les mecs qui matent et se frottent c’est monnaie courante malheureusement ! Profite tu as bien raison tu as de belles jambes :)
    Cynthia
    http://look-at-my-shoes.blogspot.fr/2014/03/spring.html

  64. 22 mars 2014 at 12:07

    Tu vis dans le 11ème arrondissement si j’ai tout compris. Et tu avais l’air de dire que tu en sortais peu. Tu peux en effet te permettre de montrer tes jolies jambes.
    J’ai eu le « bonheur » il y a peu de prendre un bus de St Denis aux Lilas (là où je vis). Je ne me suis pas méfiée, les Lilas c’est une ville « normale » où les femmes peuvent choisir leurs fringues.
    Je portais un legging noir opaque, une tunique longue et des bottes, pas non plus la fête du slip… Les regards (y compris ceux d’un homme d’au moins 70 ans) en ont dit long sur ce que ces messieurs pensaient de moi !
    Quand au spectacle par la fenêtre de ce fameux bus… Rues peuplées d’hommes à 95 %, les 5 % étant des femmes voilées jusqu’aux yeux avec leurs maris, ou bien des groupes d’adolescentes en jogging king size qui ne dévoilaient RIEN de leur anatomie…
    Dans ces villes / quartiers il est IMPOSSIBLE de mettre du court, vraiment.
    Les Lilas, le 11ème, c’est cool. On a de la chance. Mais ailleurs point d’étendard possible. Il ne faut pas oublier que toi, moi, on vit dans un monde protégé. Pas exempt de relous, mais protégé. N’oublions pas les autres.

    • 22 mars 2014 at 16:29

      Petit commentaire Islamophobe, allons y gaiement.

      • 23 mars 2014 at 0:14

        Je pense que tu juges un peu rapidement Estelle. Tu ne me connais pas, mais sache que non, je ne suis pas islamophobe :)
        Je soulignais juste qu’il est plus facile de se promener en jupe, courte qui plus est, à Oberkampf qu’à Aubervilliers. Si tu as un doute sur la question je te propose de t’accompagner pour essayer.

        • 23 mars 2014 at 5:07

          @ Bluette: peut-être que vous avez raison sur mon jugement rapide dans ce cas je m’en excuse.

          Il y a que trop souvent les femmes critiquent d’autres femmes pour des choix personnels que cela soit pour porter du court ou du long.

          Une femme ne laisse rien voir de son anatomie et hop c’est comme si elle était en faute. Mais en quoi sommes-nous obligées de séduire l’oeil de la passante ou du passant ? Et ce n’est pas religieux dans ce cas. Une fille en tenue non sexy déplaît. Elle a comme un problème. Et bien non. Arrêtons avec cela.

          Quant au religieux, trop souvent en France il est dit ou fait sentir aux femmes musulmanes qu’elles sont de pauvres petites choses dépendantes d’un homme. Soumises. Sans cerveau. Et j’en passe. Je pense qu’à force j’ai envie de hurler … Et pardon que cela soit tombé sur vous. Je suis en général on ne peut plus pacifique. Fin de semaine dira-t-on et trop de travail.

          Pour la petite histoire j’ai vécu pendant un temps de ma vie à Choisy-le-roi donc pas besoin de m’enmener voir ces endroits. Et à l’époque je portais du civil. Et oui il y a de gros rustres là-bas mais ces hommes ne reflétent en rien l’Islam, ce qui me désole du plus profond de mon coeur.

        • 23 mars 2014 at 12:19

          Pas de problème Estelle, et je suis contente que vous m’ayez répondu.
          Je vous rejoins quand vous dites que certaines femmes réagissent parfois violemment à l’égard d’autres femmes en ce qui concernent leurs tenues, que ce soit parce qu’elles sont peu ou très couvertes. Ça me fait penser à la domination masculine intériorisée par les femmes dont parlait Bourdieu (débat un peu long pour être abordé ici).
          Mon premier commentaire n’est pas irréprochable, écrit à la va-vite et pas dépourvu de jugement hâtif. J’ai en fait réagis de manière épidermique au mot « étendard » qu’Elodie utilise dans son article. J’y ai vu un jugement envers les femmes qui ne font pas comme elle : assumer un mini-short pour sortir. Or, en relisant son article la tête froide, je pense qu’elle ne parlait que de son vécu à elle. J’ai vu du prosélytisme et un peu de mépris là où il n’y en avait probablement pas et j’ai voulu montrer que pour certaines femmes le combat serait autre que le port ou non d’une jupe.
          Quant à l’exemple que j’ai choisi de ce trajet en bus, il n’y avait pas de jugement à caractère religieux. J’ai pris cet exemple parce qu’il m’a marquée, troublée. Sur cette place en plein centre-ville par un dimanche après-midi très ensoleillé, j’ai aperçu six femmes. Six femmes seulement parmi une bonne centaine d’hommes. Certaines portaient le niqab, d’autres des vêtements très larges. Dans cette foule masculine, ces femmes m’ont données l’impression de porter une armure (mais en aucun cas d’être de petites choses soumises et sans cerveau…). Cette armure je la connais bien, j’ai porté des vêtements larges les ¾ de ma vie, pas parce que j’en avais envie mais parce que c’était plus simple. Peut-être ai-je conclu hâtivement que certaines de ces femmes n’avaient pas réellement choisi ces vêtements en toute liberté, en effet, parce que j’y ai lu ma propre peur. Le constat reste néanmoins que 95% des personnes en terrasse étaient des hommes, que les regards portés sur moi (qui portait un legging moulant), mélange de concupiscence et de dégoût m’ont fait mal. Mais cela n’a rien à voir avec l’Islam, juste avec l’image que CERTAINS hommes ont des femmes, qu’ils soient musulmans, juifs, catholiques, athées ou agnostiques.
          Chacune (chacun) devrait pouvoir s’habiller comme elle (il) l’entend, suivant ses goûts, ses convictions, et ce, sans peur et sans subir de jugement. Que ce soit en jupe très courte ou en robe très longue. Mais on en est encore loin.

  65. 22 mars 2014 at 12:08

    Je n’apporterai rien pour alimenter le débat, mais je souhaitais laisser un commentaire pour dire que je rejoins ta vision des choses, on est en 2014 m**** !

    Fanny
    http://lespetiteschosesdefanny.blogspot.fr/

  66. 22 mars 2014 at 12:10

    Je rejoint ton avis. Tout ce que tu dis est tellement vrai ! Ces derniers temps, j’ai l’impression que c’est de pire en pire, plus moyen d’être tranquille dans la rue. Et les mecs qui portent leur baggy en dessous des fesses en laissant apparaître leur caleçon on en parle ? Certes c’est différent, mais quand même, qu’on nous laisse tranquille… Les femmes ne se sont pas battues pour leurs droits pour rien !
    Très bel article ! Merci !

  67. 22 mars 2014 at 13:24

    Franchement, le coup de la voiture rayée, c’est juste génial ! Même si je n’approuve pas le fait de se faire justice soi-même en général, je n’aurais pas eu le courage que tu as eu de faire ça. Bravo !

    • 22 mars 2014 at 15:54

      Le problème c’est que si je n’avais rien fait ils seraient juste partis tranquilles. Imaginons que je sois allée porter plainte pour ça au commissariat ça a l’air tellement anodin qu’on m’aurait ri au nez…

  68. 22 mars 2014 at 13:36

    Bonjour !

    Premier commentaire sur ton blog pour t’apporter tout mon soutien.
    En commençant à lire ton histoire, je me suis dis que j’aurais relevé la plaque de la voiture pour aller porter plainte mais finalement la rayure c’est pas mal non plus. J’espère qu’un jour ces types là auront un peu honte en se remémorant pourquoi leur voiture est abîmée et qu’une femme de leur entourage, mère, soeur, amie, leur passera un savon en apprenant le pourquoi du comment de la rayure, s’ils osent seulement avouer la vérité … Les flics leurs ont-ils au moins expliqué que le pelotage de jeune fille était tout aussi illégal que la dégradation de véhicule ?
    Une fois, à Nantes, je rentrais tard du babysitting en scooter et en jupe, j’ai eu le droit à un « super les jambes ! » qui m’a plutôt faire rire, me sentant forte sur mon deux roues, mais j’ai beaucoup moins ri quand un autre scootériste m’a suivie et a tourné dans mon quartier à ma recherche après que je l’ai semé. Heureusement j’étais déjà arrivée à mon garage et il ne m’a pas vue … Non c’est non bordel !

  69. 22 mars 2014 at 16:04

    Je suis absolument d’accord avec toi, je ne empêcherais jamais de porter ce que je veux à cause d’êtres stupides et misogynes et d’ailleurs j’ai beau mettre petites jupes et shorts, chaque fois que je me suis fait emmerder je portais jean et ballerines, le fait d’être ou non en mini jupe ne change rien, un con qui veut mettre un main au cul le fera quoiqu’on porte….et se prendra de toute façon ma main sur sa joue avec une certain puissance…quels que soit les conseils de la police. Parce que non, on a pas à fuir systématique devant la connerie ou le manque de respect. Seule et isolée je dis pas, mais sinon je répond, marre de se laisser faire (je vis dans un quartier un peu dur parfois et les insultes parce que je porte parfois du court, ne me font plus peur…
    Super post!
    xoxo
    Melodie
    http://www.sevenlivesandmore.com/

  70. 22 mars 2014 at 16:19

    Je te rejoins pleinement sur ce que tu dis. Je suis en permanence en jupe ou en short et je ne me vois pas m’arreter parce que certains ont une éducation de mufle. Par contre, la chose qui me laisse sans voix à chaque fois, ce sont que les reflexions audibles dans le métro proviennent le plus souvent de femmes…

  71. 22 mars 2014 at 16:32

    Envie d’apporter une petite nuance via un Ted talk: http://www.youtube.com/watch?v=WJVHRJbgLz8
    Jessica Rey – The evolution of the swim suit

  72. 22 mars 2014 at 16:57

    tu prêches une convaincue et je suis 100% d’accord avec toi. J’ai suivi ce qui est arrivé à Jack Parker et les commentaires qui ont suivi ces posts. La plupart des commentaires sont à gerber! Quand je vois des mecs dire « une mini jupe ok mais pas au boulot quand même, mais pas dans le métro » j’hallucine! On en est tjs là c’est tjs à la femme de ne pas « provoquer »! On devrait pouvoir se balader à poil si on veut sans avoir de pb. Je suis en jupe tous les jours et c’est vrai que vaut mieux avoir son idpo à fond dans les oreilles plutôt que d’entendre certaines remarques. Je tiens à préciser que j’ai déjà mu un mec peloter une nana en niquab et qu’il n’y a pas si longtemps encore une jeune joggueuse a été violée, je pense qu’il y a plus « provocant » comme tenue non? et pourtant elle se fait agresser… idem avec ce qui se passe en égypte où de nombreuses femmes voilées et avec des jupes jusqu’au pieds se font agresser également… la tenue n’est qu’un pretexte et y en a marre de certains mecs irrespectueux ou agressifs…
    je suis aussi d’accord que certaines femmes se sentent obligées d’adapter leur tenue à leur lieu de vie, je les comprends, ce qu’elles subissent sinon est invivable et ça aussi c’est inadmissible! Là clairement y a quelque chose qui manque à plusieurs niveaux (éducation, sécurité, investissement de l’état etc un gros boulot qui n’est pas fait…). Certains endroits ne devraient pas appartenir qu’aux hommes!

    • 22 mars 2014 at 17:18

      @ Nesto: je plussoie mais 1000 fois !!

    • 23 mars 2014 at 16:24

      Je plussoie également x1000 comme en témoigne le commentaire que j’ai laissé plus bas, je vis dans le 93 et c’est effectivement invivable au quotidien, le combat n’est pas le même que dans le cœur de Paris, vraiment pas. J’ai du mal à tolérer cette privation de liberté mais malheureusement je pense avant tout à ma sécurité.

  73. 22 mars 2014 at 17:15

    Une autre lecture sur le même sujet (agression pour jupe) + sujet agression car trop habillé (religieux), le tout en un seul article donc: http://salwammm.wordpress.com/2014/03/22/pour-un-morceau-de-tissu-feminin/

    Extrait:

    « Quel critère faut-il suivre pour ne plus avoir peur de sortir? Quels sont ces instincts primitifs dont les hommes sont « excusés » parce que d’autres ont « provoqué »? Provoqué leur désir? Provoqué leur haine?

    On vit dans une société d’animaux… On réagit seulement avec nos sens, et on laisse notre cerveau au placard? Quel sont ces pays pseudo-libres?? »

  74. 22 mars 2014 at 17:19

    Ah super article, que je soutiens à 100% ! Et comme tu dis, ça me fait vraiment mal d’entendre des gens de mon entourage, parfois proche, parler comme ça… Bref, il y a encore du boulot pour faire évoluer les mentalités, et tu as raison, en t’habillant comme tu veux, tu participes à faire changer les choses !

  75. 22 mars 2014 at 17:45

    C’est toi la meilleure. Pouêt.

  76. 22 mars 2014 at 17:54

    Jolie Eleonore, je trouve que tu as raison et moi même, sans volonté de provocation mais seulement parce que j’aime et je ne
    prend pas la tête, je n’ai auxun problème à sortir mes shorts et petites robes.
    Cependant, dis moi, ta petite phrase « J’évite donc les églises et les pays peu tolérants à cet égard quand je suis en vacances. », j’ai peur de la comprendre de travers et ça me chagrine …
    Fais tu le petit rapprochement faussement fin entre l’Eglise et les pays non tolérents ?
    Ou s’agit-il juste de mentionner le fait que les choses courtes sont non interdites mais plutot à éviter à l’entrée de tout batiments religieux ?
    J’ose espérer que c’est ça, car je suis catholique et je trouve ça triste d’entendre à tort et à travers que ma religion est non tolérante et refuse tout et s’en prend plein la gueule partout alors que je vois seulement le letmotiv « Aimez vous les uns et les autres » et un message d’amour comme peu d’endroit ailleurs.
    J’ai surement compris de travers, je commence un peu à etre a fleur de peau, je te l’accorde.
    Bonne journée de soleil :)

    • 23 mars 2014 at 21:46

      @Annabel Je ne pense pas qu’il y ait de raison de prendre mal ce que dit Eleonore. Simplement si tu vas en Grèce ou en Italie par exemple, les jupes courtes et les shorts sont interdits dans les églises.

      @ Eleonore Merci pour cet article. Il faut commencer par parler ouvertement des problèmes si on veut les résoudre et c’est ce que tu fais ici.

      • 24 mars 2014 at 16:26

        mmh et bien tant mieux ! Oui oui et même ailleurs :)

  77. 22 mars 2014 at 18:13

    Un bel article cela va s’en dire ! Moi, je ne suis pas d’accord avec la police, tu as bien fait de rayer leur voiture, la prochaine fois ils réfléchiront peut être avant de tenter de refaire la même chose ! C’est avec un comportement comme le tien que certain mec se dise qu’ils ne peuvent pas tout se permettre. Donc bravo ! Si tu as gardé leur plaque j’irai bien y mettre une autre petite rayure en plus ! Par contre pour ce qui est de porter des vêtements courts mon souci c’est que je ne me sens pas à l’aise … j’ai l’impression d’être toute nue …

  78. 22 mars 2014 at 20:50

    Je suis tout à fait d’accord avec toi! Rien n’y personne (sauf peut être ma maman..) n’aura un mot à dire sur ma façon de porter des vêtements. Comme toi, j’aime, j’adore, j’adhère porter des mini shorts, des robes courtes, on se sent tellement libre, du moins, pour ma part quand notre look reflète notre personnalité. Les gens peuvent reluquer tant qu’ils veulent, tant que MOI je me sens bien dans mes fringues et dans ma basques, c’est tout ce qui compte, que ça plaise ou non!

  79. 22 mars 2014 at 20:59

    Merci pour cet article !

    Je porte du court pour les mêmes raisons que toi (esthétique et confort), et je trouve ça dingue que d’autres « n’osent » pas. Du coup, porter du court tous les jours devient presque un acte militant … Fuck les bigots et les pervers, et vive la liberté de s’habiller comme on veut !

  80. 23 mars 2014 at 15:01

    Une journaliste belge a dénoncé une situation similaire comme malheureusement beaucoup de femmes en recentrent chaque jour: http://www.dailymotion.com/video/xsi69g_sofie-peeters-femme-de-la-rue-bruxelles_news

    Maintenant, il existe une loi contre ce type d’incivilité qui prévoit même des sanctions.
    Par contre, je me demande encore comment on fait pour prouver qu’il y a eu agression!

  81. 23 mars 2014 at 15:11

    Coucou ! ça fait quelques mois que je suis ton blog, j’adore ton style et cela ne m’a jamais choquée de te voir te promener à Paris en jupe, robe ou short courts ! Je ne trouve ça pas plus choquant que de porter des jeans moulants ou des leggins ! J’avoue me mettre trés souvent en jeans car c’est juste une solution de facilité et les talons me font horriblement mal au pieds mais ça m’arrive souvent de m’habiller en court les jours où j’ai envie d’assumer ! Même en habitant un quartier pas trés recommandable ! Je suis totalement d’accord avec toi ! J’ai une amie qui ne sort jamais plus tard que 21h car elle a peur la nuit dans son quartier et je trouve ça triste !!
    Continue à assumer car ça m’encourage à en faire de même !! Des bisous !

  82. 23 mars 2014 at 16:00

    J’ai toujours vécu dans le 93 alors autant dire que cet article, je sais exactement à quoi il fait référence. Quand j’étais au lycée (et même au collège) je me prenais toujours des réflexions quand je me mettais en jupe ou en robe (et jamais mini pourtant mais bien au genou). En vieillissant c’est devenu de pire en pire. Même par 37 degrés je ne sors pas en short ou en jupe au genoux mais en robe longue ou sarouel. J’ai une silhouette assez pulpeuse alors dès que je mets un décolleté ou une jupe je suis de suite regardée comme un morceau de viande. Pourtant je vois des nanas dans la rue avec des robes ultra courtes et moulantes mais comme elles ne sont pas « blanches » elles n’ont jamais la moindre réflexion. Le pire c’est que desfois ce sont des mecs qui ont l’age d’être ton père qui te sifflent ou te matent. Ils me donnent envie de vomir ceux là. Aucune éducation, ce sont des primitifs pour moi. Et dire qu’on est pas intéressée ou qu’on a un copain ne suffit pas, pour être tranquille on doit prétendre être mariée car ainsi on « appartient » à un autre homme. Ca me révolte au plus haut point mais comme je n’ai pas envie de finir dans la rubrique faits divers, je me prive en attendant de déménager dans une région plus civilisée. Dans le doute je porte même l’alliance de ma grand-mère pour être tranquille! En tous cas bravo d’avoir le courage de porter ce dont tu as envie, je ne l’ai pas.

  83. 23 mars 2014 at 18:37

    Et si ce n’était qu’une question de fringues, ça serait encore facile à régler. Je mets des jeans-baskets tous les jours pour aller en stage et il n’y a pas un jour où on ne m’emmerde pas. Ma meilleure a subi une tentative de viol le jour où elle portait un vieux jean trop grand, des baskets pourries et une doudoune avec la capuche baissée. Ma mère qui a 30 ans et 20 kilos de plus que moi, perpétuellement en pantalon, se fait quand même emmerder dans la rue (elle est magnifique, c’est juste pour dire que nous sommes toutes concernées et pas juste les jeunes-jolies-minces-en-jupette). C’est pas une question de jambes ou de longueur, c’est juste que les hommes sont des des porcs primaires, que même les papas les plus sages et bien attentionnés lâcheront un jour une vanne sexiste devant leur fils, qu’ils sont génétiquement plus prédisposés à être monstrueux, que quelle que soit la culture, la femme est estimée inférieure et enfin, la majorité des êtres humains étant bêtes par essence, une bonne partie cédera à ce matraquage mondial qui nous montre que la femme n’est qu’un objet sexuel. On a le droit de porter ce qu’on veut. Si un mec veut vous toucher/siffler/peloter ou pire, un slim de l’arrêtera pas. Il faut se prémunir des dégénérés au maximum et ce n’est certes pas facile – ils sont majoritaires dans le monde. S’il y a encore des gens qui pensent que c’est parce qu’on a porté une jupe qu’on s’est fait agresser, ils méritent – filles comme garçons (d’ailleurs les filles adorent en rajouter une couche) – une claque dans la gueule. Rien n’arrête les débiles. Il faut juste les fuir autant que possible.

  84. 23 mars 2014 at 19:11

    Merci pour cet article ! Et OUI tu as bien raison.
    Cela me fait pensé à ça : http://morphinisme.tumblr.com/post/51590308162/jen-ai-chie-pour-vous-viande-a-viol, comment peux-tu se faire traiter de viande à viol ? Je connais ça.

  85. 23 mars 2014 at 23:50

    Tu as bien raison d’être fière de t’habiller comme bon te semble !
    Moi aussi j’aime les shorts et les jupes moulantes, cela me demande juste un peu d’organisation comme prévoir de ne pas rentrer en RER tard le soir. Hélas nous en sommes encore là, mais nos tenues sont des choix par rapports à nos gouts et non par rapports aux réactions des autres. Du moins j’aime le croire.
    Merci à toi pour tous tes articles c’est un réel plaisir de te lire à chaque fois.

  86. 24 mars 2014 at 9:39

    Merci de cet article au top Eléonore. C’est un sujet qui me touche beaucoup car lorsque je vivais à Paris, moi qui ne porte pourtant quasiment jamais de pantalon, je me sentais toujours gênée dans Paris, et me suis fait très souvent embêtée (voire malheureusement plusieurs foiss aussi agressée). Et depuis que je suis de retour à Londres, je revis. Personne ne se retourne sur mon passage ou encore moins ne me siffle ou ne m’insulte de p**** parce que je porte des jupes courtes et des petits shorts (quelle honte, franchement…) … Et je n’ai plus peur, je me sens bien. Tout simplement. Pourquoi en un petit trajet d’Eurostar un tel changement, je ne sais pas. Mais il est vraiment temps que cela change! A très vite :)

  87. 24 mars 2014 at 10:31

    C’est fou, je réalise en lisant les commentaires qu’on a toutes au moins une anecdote à raconter à ce sujet… Triste constat.
    Pour ma part, je dois être passée entre les gouttes, depuis 9 ans que je vis à Paris, pas d’agression physique ou de truc vraiment flippant, « juste » les trucs habituels du style drague agressive ou regard équivoque qui met bien mal à l’aise.
    Le truc qui m’avait mise hors de moi, ça m’est arrivé en Belgique, en plein après-midi, on avait croisé un groupe de mecs avec ma soeur, et comme ça, au passage, l’un d’eux m’avait caressé la cuisse. Après les 5 secondes de stupéfaction, j’ai piqué une grosse colère (bon, on était en plein jour, et ils nous avaient dépassées, pas sûre que j’aurais eu ce « courage-là » dans un autre contexte.), et les ai insultés. Ca m’a gâché ma journée, je me sentais triste, et surtout, dans une colère qui n’arrivait pas à passer, comment peut-on tripoter quelqu’un comme ça, comme si c’était une pomme à l’étalage ? Incroyable.
    Je pense aussi à une petite robe assez courte, achetée et portée à New-York, au départ avec des collants parce que je me sentais pas assez téméraire pour la porter telle quelle. Et puis il faisait 35°, j’ai fini par enlever les collants. Et là : rien. Aucune réaction, personne ne me dévisageait, le rêve. J’étais tranquille, je n’y ai plus du tout pensé. Arrivée en France, je la remets, et là, peut-être que c’est dans ma tête, mais impossible de la porter autrement qu’avec des collants et un long gilet.
    Pour finir, je mets le lien vers un excellent tumblr que vous connaissez peut-être : Projet crocodiles.
    http://projetcrocodiles.tumblr.com/
    Je n’en dis pas plus et vous laisse découvrir, c’est édifiant.

  88. 24 mars 2014 at 12:30

    J’ai des jambes en forme de poteaux électriques mais je mets quand même des jupes et des robes au dessus des genoux. Et pour les églises, si j’ai un débardeur je mets un gilet ou alors un foulard sur mes épaules. Y en a partout en Italie, c’est cool ( les mecs torses nus ne sont pas non plus les bienvenus, pour ça c’est égalitaire^^)

    Et sinon cet article est très bien, sauf que pour Jack, c’est pas une « petite » polémique. C’est une polémique tout court, voire une accumulation de propos tous plus cons les uns que les autres. On dit trop facilement petit dans le vocabulaire courant.

    Et être féministe c’est pas forcément être militant. Quand tu élèves tes enfants, tu leurs dis quoi faire ou quoi ne pas faire, sans être militant. Quand je reprends qqun parce qu’il est sexiste, je trouve ça naturel^^C’est notre travail à toutes et à tous pour faire en sorte que le nombre des gens qui nous disent de nous cacher pour être tranquille est la solution ^^

    Bravo d’avoir rayer la voiture en tous cas^^

    • 24 mars 2014 at 19:43

      tout à fait d’accord avec toi Camille ;)

  89. 24 mars 2014 at 13:06

    je suis tellement d’accord avec toi, moi aussi j’aime mes jambes (c’est la seule chose que j’aime chez moi d’ailleurs) et je porte des mini shorts et des robes très courtes. j’habite en banlieue, je travaille à Saint Denis et il ne m’est rien arrivé simplement parce que je suis pas pour autant habillée comme une poufiasse. Je croise des filles qui ne sont pourtant pas en mini short mais habillées tellement vulgairement que je me dis que je peux marcher tranquille (et puis avouons-le, même si j’ai des belles jambes, le reste est plus que médiocre donc ça attire pas les foules tu vois !). tu as tout à fait raison de porter ce que tu aimes et ce dans quoi tu te sens le mieux, non mais oh !

  90. 24 mars 2014 at 17:54

    Je ne crois pas avoir laissé de commentaire sur ton blog (que je connais depuis l’époque « la Méchante ») ; mais j’en laisse un pour te dire que tu as cent fois raison. Continue et ne te laisse pas faire.

  91. 24 mars 2014 at 19:42

    alors là lire ça:
    « il ne m’est rien arrivé simplement parce que je suis pas pour autant habillée comme une poufiasse »
    me hérisse le(s) poil(s)! Ce n’est absolument pas ce que dit Eléonore (ou alors vraiment je suis débile et j’ai rien compris!) et il vient d’y avoir un paquet de filles qui disent que même habillées de façon « correcte » (ça veut dire quoi correcte?? on va par exemple parler d ela tentative de viol d’une jeune fille habillée en pantalon+doudoune) elles se font emm*** dans la rue! mais moi je réclame le droit de m’habiller comme une poufiasse si je veux!!!!!! J’ai déjà croisé des mecs torse nu (et wé même dans le nord, même en ville, même par temps pas chaud du tout, des fois on hallucine einh) et jamais je ne les ai sifflés, dragués, hélés, tripotés etc et j’attends la même chose d’eux! Les nanas devraient pouvoir s’habiller exactement comme elles en ont envie et j’en profite pour dire que c’est pareil qu’on soit grande, grosse, moche, belle, sexy, pas sexy, vieille, jeune, fines jambes, grosses jambes, gros seins ou pas, on fait ce qu’on veut! C’est dingue quand même, nous sommes en France, en 2O14, on n’est pas en Syrie ou en Iran, m**** alors!

    • 25 mars 2014 at 8:50

      Je pense que l’on est toutes et tous la raison pour laquelle on hérisse le poil d’un/d’une autre.

      Et si on acceptait l’autre ? Et si on apprenait à aimer l’autre ? Et si on essayait juste de comprendre et de se mettre à la place de l’autre ?

      Sans parler que des idées que l’on pense irréprochables et dont on se battrait bec et ongles pour … Sont peut-être au final pas si irréprochable que cela. Et la remise en question de soi-même alors ?

  92. 25 mars 2014 at 12:51

    Hello,
    Je suis tellement d’accord avec toi! Je porte du très très court aussi parce que je suis hyper à l’aise, et en même temps, je me suis baladée en jean et pull oversize et on m’a fait des bruits de succion pendant bien 15 minutes de ma balade. Donc ce n’est même pas une question de vêtement, c’est une question d’éducation masculine!
    Quand ce sont les femmes (et elles sont nombreuses) qui font des réflexions, ça me sidère tout autant. Quand il a fait très chaud cet été, j’étais en petite robe et espadrilles, une m’a même arrêtée pour me dire que je méritais de me faire agresser et que je portais une tenue de plage!! Hallucinant. Maintenant je réplique du tac au tac « Jalouse? »
    Ne surtout pas se laisser faire et continuer de se battre pour conserver notre liberté, c’est important pour le combat de nos mères et pour l’avenir de nos filles! VIVES LES JUPES/SHORTS/ROBETTES courtes!

    Merci Eléonore :)

  93. 25 mars 2014 at 19:14

    Mercii!!! C’est évident, mais c’est toujours bon de l’entendre :) (de le lire du coup)

  94. 25 mars 2014 at 22:07

    Eleonore MERCI

    c’est très important d’en parler, pour éduquer les garçons, mais aussi pour encourager la solidarité féminine! parfois on se loupe vraiment pas entre nous…
    vive la mini! allez, je ressors la mienne demain

  95. 26 mars 2014 at 17:38

    J’hallucine de la réponse du flic. Alors oui, c’est pas malin dans le sens que si les types sortent de la voiture pour te mettre un coup de boule, t’es un peu impuissante. Mais de là à « s’enfuir dans une ruelle », je dis non !!! Il t’a mis une main aux fesse, il mérite la tienne dans la tronche, point barre. Ne jouons pas les victimes, ne leur donnons pas ce pouvoir !

  96. 26 mars 2014 at 18:35

    Je suis heureuse de lire ce billet… Je crois que toute femme ou fille qui s’assume plus ou moins aura toujours le droit à ce genre de réflexions, et c’est bien dommage! Comme tu dis, merde, on est en 2014, on devrait tous avoir le droit de s’habiller comme on veut! Et puis on le voit bien, tu n’es pas du tout vulgaire, tu as ton style à toi et c’est pas du tout choquant. On est jeune merde, et on a le droit aux petites jupes et shorts courts! Bien sur, certaines s’habillent avec des fringues à la limite du vulgaire et moi ça ne me plait pas, mais qui sommes nous pour les juger? Qui sont les autres pour nous juger, nous? Ce sujet m’énerve, et me rappelle quelques petites histoires qui me sont arrivées.. Sans meme parler de short ou de jupe, un jour j’ai mis un pantalon très léger, un peu ample, mais qui faisait bien ressortir la forme de mes fesses (meme si il n’étais pas du tout moulant) je me suis faite klaxonnée tout au long de ma promenade. Les filles qui critiquent, c’est une chose, mais les mecs qui se croient tout permis dès qu’on se montre un peu plus, s’en est une aussi.. Autre « anecdote » depuis l’année dernière, je me prend des réflexions avec une de mes collègues dès que je met une jupe ou une robe. Rien de trop court, car je travaille dans un collège. C’est au dessus du genou mais pas trop. Je porte toujours des choses sobres (noir ou gris) et assez rigides pour éviter qu’un coup de vent fasse voler mes jupes. Et toujours avec un collant noir opaque. Pourtant, ça n’empeche pas cette collègue de me faire des remarques déplacées à chaque fois que j’en met: « dis donc, t’as chaud toi aujourd’hui? », « T’étonne pas si des tarés de choppent » ou encore « mais t’es vraiment sappée comme une pute! » (oui, une pute!) bien sur, quand on en parle elle dira toujours que c’est pour rire. Mais des propos comme ça, je n’accepte pas. Je fais tout pour etre mignonne, pas vulgaire et chic, et je prend des trucs comme ça dans la gueule. C’est d’ailleurs pour ça qu’aucune de mes collègues ne sont au courant que je rédige un blog mode, par ce que je m’attend à tous types de réflexions (« t’as pas honte de t’afficher comme ça sur internet? »..)Alors je comprends ta réaction quand tu lis certains commentaires. Commentaires que je ne comprend pas d’ailleurs. Tu fais ce que tu veux! Et ces personnes là sont certainement un peu jalouses, tu ne crois pas?
    Contente d’avoir pu débattre de ça ici, ça fait du bien de trouver des personnes qui pensent comme nous :-)
    Belle soirée, bisou!

    Alice, http://alamodedalice.blogspot.fr

  97. 27 mars 2014 at 12:24

    Un avis masculin :
    tu surréagis par rapport à des commentaires qui sont ni désagréables ni dénués de bon sens. C’est juste qu’une robe courte ne fait pas le même effet selon la fille qui la porte. En ce qui te concerne c’est même recommandé si tu veux pas passer complètement inaperçue, car ton charme naturel est assez peu développé… Mais sur une vraie beauté comme y’en a parmi tes lectrices ça serait trop provoquant pour échapper à l’instinct mâle des mecs, et c’est ni une question de culture ou de personnalité, c’est la nature !
    Ne joue pas les saintes nitouches, on voit bien que tu aimes essayer de provoquer, en témoigne ton article suivant où tu exhibes en gros plan un téton qui pointe sous prétexte de montrer un pins ;)
    Et le mec à qui tu as rayé la bagnole, s’ il t’avait vue de face il aurait pas fait ça car tu ne lui aurais pas plu sans doute, et si toi tu l’as rattrapé pour te « venger » c’est sans doute qu’inconsciemment t’aurais voulu te faire violer ! :D

  98. 27 mars 2014 at 15:22

    Moi ce que je me demande surtout au sujet de tes tenues courtes c’est: mais COMMENT tu fais pour supporter des colants aussi souvent ? (Vraiment) le collant qui desdcend dès que tu fais 3 pas mais en même temps qui te scie le bide en deux ou alors roule en boule jusqu’à tes hanches créant un effet bourrelet du plus moche effet. Quel est ton secret?
    (Et effectivement, pas la peine de répondre au troll, la civilisation se chargera de l’oublier dans un coin) (le coup du téton quand même, énorme)

    • 27 mars 2014 at 15:45

      Les collants de marque ça change tout, j’ai des Wolford et ils descendent pas ;)

  99. 31 mars 2014 at 9:29

    votre choix d’éviter les pays peu tolérants vis à vis des femmes est remarquable!!! je suis comme vous (avec en plus celui de ne pas aller dans ceux qui appliquent la peine de mort…)
    j’aimerais bien mettre des jupes courtes mais je n’ai pas la chance d’avoir de jolies jambes, peu poilues et une jolie peau… mais c’est pas grave!
    bonne journée!

  100. 3 avril 2014 at 21:04

    J’affectionne ton blog et cet article dit vrai comme la majorité des commentaires. Bizarrement, j’ai l’impression que ce genre de coups de gueules fleurissent beaucoup en ce moment sur la toile. Je trouve ça grave qu’en 2014, dans un pays soi-disant libre, les femmes ne peuvent pas s’habiller sans avoir peur de se faire violer dans la rue. Parfois, j’ai très peur pour la future génération. Est-ce que nos filles vont aussi subir ça ? Il est hors de question de toujours céder et ranger ses vêtements dans son placard. Certains devraient apprendre le respect des femmes. J’espère que les mentalités changerons !

  101. 5 avril 2014 at 8:17

    J’avoue que ça reste un sujet (le slut-shaming) qui ne me laisse pas indifférent.
    Mais, entre autres pour des raisons qui me touchent d’assez près, je suis aussi très sensible aux commentaires de ces femmes qui ont abandonné les tenues courtes pour ne plus se faire harceler, et je ne peux que compatir à leur douleur d’avoir renoncé à cette liberté à cause des ravages de la peur.

    Ce qui va me faire dire une chose que je considère comme très importante, et sur laquelle je vais revenir : chacun/e d’entre nous n’a pas les mêmes armes face à la peur, chacun/e ayant un vécu différent et qui lui est propre (mais qui peut être très sale – désolé pour l’humour noir).
    Certain/e/s pourront ne pas avoir peur, d’autres pourront la surmonter mais avec difficultés, et pour d’autres encore, il leur sera tout simplement impossible de ne pas avoir peur, celle-ci sera trop viscérale pour être maîtrisée.
    Et je pense que c’est une donnée très importante et à ne surtout pas ignorer.

    Personnellement, la question qui me gêne beaucoup est celle de l’éducation des enfants par rapport à ça.

    Dans le principe, je suis bien évidemment tout à fait d’accord qu’il est inexcusable qu’une personne se fasse agresser parce qu’elle est habillée trop court.
    Il est également bien évident que fait de fustiger les tenues que portent les femmes peut créer une culpabilisation le jour où elles auront porté la « mauvaise tenue » et se feront agresser, et une sorte d’impunité pour le violeur de n’avoir eu « que ce qu’elles méritaient », comme il a été justement dit sur un article de crepegeorgette.com :
    – elle peut inciter les victimes à se sentir coupables car elles ne portaient pas la « bonne tenue » au moment du viol
    – elle peut les inciter à ne pas porter plainte
    – elle peut inciter leur entourage à les culpabiliser
    – elle peut inciter la police, la justice à juger la victime, coupable
    – elle peut inciter le violeur à un sentiment d’impunité puisqu’il n’y a pas de plainte et qu’il entend partout qu’une fille habillée sexy l’a bien cherché
    – elle peut inciter les gens à ne pas aider une femme agressée dans la rue, estimant qu’elle le cherche un peu
    – elle peut inciter des gens à harceler une femme habillée comme telle

    De l’autre côté, nous avons le problème du harcèlement et du viol, ce qui va nous à amener à la réaction, en tant que parent notamment (et plus spécialement les parents ayant déjà été confrontés au viol de leur propre enfant, ou ayant eux-même été confrontés au viol), de vouloir protéger leurs filles des potentiels agresseurs inconnus, et où donc par conséquent ils leur demanderont de faire attention, de ne pas s’habiller trop court (surtout en soirée ou dans des sales quartiers), de ne pas trop provoquer les garçons juste pour voir ce que ça fait de séduire quelqu’un, de faire attention à qui elles fréquentent, etc.
    Notamment pour les parents, garçons et filles sont, à l’adolescence (même avant, en fait), dans un âge où ils découvrent leur sexualité et leur pouvoir de séduction (ou l’inverse, d’ailleurs), et il convient donc de leur apprendre à contrôler leur sexualité, leurs pulsions ainsi que leur pouvoir de séduction qu’ils/elles (donc aussi bien garçons que filles) voudront tester sur autrui, parfois juste pour voir si ça marche (comportement tout à fait normal surtout à cet âge, mais qui peut être dangereux si on en abuse), à un âge où la construction sexuelle est primordiale mais où garçons et filles n’ont pas forcément conscience des risques et des conséquences qu’ils/elles prennent par certaines de leurs attitudes. Notamment dans une société où le physique est glorifié, parfois jusqu’à l’extrême.

    [parenthèse ouverte]
    Par extrême, je pense à l’émission tv « Mini-Miss » sur TMC (je crois) qui personnellement m’écoeure car on transforme des petites filles de 4-5 ans en femmes maquillées, et chez moi, ça passe pas, mais pas du tout. Une enfant n’est pas une femme. Et je pense que ce n’est pas trop demander de laisser les enfants être des enfants, elles auront toute leur vie devant elles pour être femme ensuite.
    Je conçois tout à fait qu’une mère -ou un père- puisse aimer habiller sa fille avec des vêtements qu’elle aime, la mère d’une amie que j’adorais l’habillait avec énormément de vêtements différents pour la mettre en valeur quand elle était plus petite (6-12 ans) et elle était d’ailleurs très douée pour bien habiller sa fille, et les photos qu’elle avait prises d’elle étaient d’ailleurs magnifiques. Mais elle traitait sa fille comme une enfant, pas comme une femme avec du maquillage. Pas comme dans cette émission. Pas comme ça. Bref [parenthèse refermée].

    Pour tenter de remédier au problème, il convient évidemment de trouver des solutions, si possible pour le plus grand nombre.

    Pour pouvoir être libre de s’habiller comme on veut, certain/e/s avancent qu’il faudrait que les filles/femmes apprennent un sport de combat.
    Si effectivement ça peut marcher pour certaines filles/femmes (soit pour se défendre, soit pour (re)prendre confiance en soi), ça ne marchera pas sur d’autres personnes.
    Le problème est que ce n’est pas à la portée ni à l’envie de tout le monde et certaines filles/femmes n’aiment pas ces sports et/ou n’aiment pas la violence qu’il y a dans ces sports, ce qui peut effectivement les condamner tout simplement à ne rien faire d’autre que « faire attention » à certaines occasions (lorsqu’elles sortent ou avec qui elles sont). On ne peut pas forcer des filles et des femmes à faire un sport de combat si elles n’en ont pas envie ou si elles n’aiment pas.

    Egalement, le harcèlement de rue, voire le viol dans la rue, est une réalité, même s’il est vrai que des statistiques américaines tendraient à dire que l’on apprend à nos enfants à se méfier des inconnus, alors que le vrai danger, à 90%, sont des proches qu’ils connaissent. Et effectivement 90% est un chiffre important. Mais je pense qu’il ne faut surtout pas se dire que 10%,ou même 5%, est « peu ». Je pense que c’est une grave erreur de penser ça, et du coup, je pense qu’apprendre aux enfants à se méfier des inconnus, ça ne sert peut-être que dans 5% des cas, mais ça sert quand-même car rien ne nous dit que ça ne va pas arriver à NOTRE enfant, notamment si on convertit les 5 ou 10% en chiffres réels par rapport au nombre total de victimes concernées, car c’est là que le « peu », c’est en fait « beaucoup ».

    Donc oui, peut-être qu’il y a moins (beaucoup moins) de viols dans la rue qu’au domicile de la victime ou d’un proche de la victime, mais c’est une réalité qui existe bel et bien (une connaissance à moi s’est fait violer il y a à peine un mois dans la rue…) et il ne me semble pas exagéré de demander à nos amies/femmes/filles au minimum de faire attention à *où elles vont et *avec qui elles sont. Au moins ça afin qu’elles soient un minimum méfiantes et de ne pas tomber dans la naïveté, qui elle aussi, est dangereuse (comme la méfiance extrême, je suis bien d’accord, même si pour la méfiance extrême, ce n’est pas la faute de ces personnes si elles sont terrifiées, justement, elles ont leur propre vécu qui explique leur réaction).

    Après, certaines personnes disent qu’être habillée court ou moins court ne change rien au harcèlement.
    J’aurais envie de dire que peut-être, peut-être pas, je ne sais pas, mais d’un point de vue « sécuritaire », pour éviter de se faire emmerder, ou pour des parents qui ont très peur qu’il arrive quelque chose à leur fille (et je le répète, les personnes ne sont pas à armes égales face à la peur), on va choisir ce qui est susceptible de moins attirer l’attention.
    Et je ne parle même pas de ces femmes qui ont opté pour un choix radical : celui de se convertir à l’islam pour porter une burqa, ce dans le simple but de ne plus se faire emmerder. C’est un cas extrême et exceptionnel, peut-être bien, c’est extrêmement triste d’en arriver là, ça c’est certain, mais certaines femmes peuvent en arriver là (là encore je connais un exemple dans mon entourage).

    Concernant l’idée de se réapproprier l’espace public en sortant en groupe, c’est une bonne idée dans la théorie, mais dans la pratique, beaucoup de filles sortent seules, et même accompagnées, certaines amies ne raccompagneront peut-être pas une fille/femme jusqu’au palier, et même une courte distance à parcourir seule peut être dangereuse (j’aurais presque envie de dire « surtout » dans certains cas).
    Il faudrait peut-être développer davantage l’idée de groupes de filles « accompagnatrices », en effet (tout en gardant à l’esprit qu’une fille/femme n’est pas forcément synonyme à 100% de bienveillance, je pense notamment à certains gangs de filles dans certaines cités qui agressent même des filles, justement). Mais ça serait peut-être à développer.
    Ca me fait penser à ces taxis dans certains pays qui sont à des prix très modiques, voire gratuits, pour spécialement raccompagner les filles jusqu’à leur domicile, quand il est tard : c’est peut-être une bonne idée à développer en France (en l’adaptant bien et en ne tombant pas dans les clichés sexistes comme les « taxis roses » parisiens [ah, rose=fille? vive les clichés!]). En Belgique, par exemple, il existe des taxis à 5€ qu’on appelle des « collecto » et qu’on appelle pour transporter le maximum de monde jusqu’au domicile. La précaution est prise par la compagnie de taxis d’indiquer comment être sûr que c’est le bon taxi (afin de reconnaître les faux, problème assez préoccupant en Angleterre, paraît-il). Reste le problème de certains taxis agressant les clientes (malgré le risque évident de tout perdre et d’être de suite repéré à cause du taxi matriculé), d’où l’idée des taxis parisiens de mettre des femmes au volant, c’est peut-être ségrégationniste pour certains, mais vu la situation, mieux vaut ça que rien du tout. En tout cas, ça mérite que la question soit creusée, je pense.

    En ce qui concerne la peur, c’est ce qui fera que beaucoup de gens seront divisés sur la question des vêtements, je pense.
    Des personnes qui ont été violées et traumatisées, des parents qui ont vu leur fille se faire violer et qui eux aussi ont été traumatisés, on ne peut pas leur demander de ne pas avoir peur. Ce n’est pas possible, même s’ils le voulaient. C’est plus fort qu’eux : la sécurité prévaut avant tout. Et c’est très humain. Il n’y a aucune intention de slut-shaming, la seule intention qu’il y ait de la part de ces parents, c’est de protéger leurs enfants, et quitte à choisir entre une tenue courte et une tenue moins courte pour leur fille, ils leur conseilleront de porter le moins court, car moins susceptible d’attirer l’attention. C’est humain de réagir comme ça, notamment quand on a été confronté/e à la question du viol. Avec ce genre de problématique, ce n’est pas non plus un « choix » (dans ma vision des choses, un choix implique une certaine liberté d’action, or chez certaines personnes, leur condition psychologique, les traumatismes, créeront une barrière à leur liberté, transformant ainsi ce qui est un choix pour certaines femmes, en un non-choix pour d’autres femmes.

    Et s’il vous plaît, ne rentrons pas dans la culpabilisation « c’est de votre faute si vous ne vous habillez pas comme vous voulez et que vous restez comme ça ». Bien évidemment qu’il faut que toutes les femmes (et les parents, voire petits-amis, maris ayant peur pour leur fille/femme) fassent des efforts pour surmonter leur peur, mais les faire culpabiliser parce qu’elles n’y arrivent pas, je trouve ça assez dégueulasse et bien typique de ce mal bien (trop) présent dans notre société moderne : la création du ressentiment et de la culpabilisation chez autrui.
    Si certaines femmes peuvent choisir de s’habiller librement en ayant réussi à affronter leurs peurs, si certains parents ont réussi à ne faire aucune remarque sur comment leur fille devrait se comporter ou s’habiller en ayant eux-aussi réussi à surmonter leur peur, tant mieux pour toutes ces personnes et c’est une excellente chose de ne pas laisser la peur gouverner notre vie.
    Mais c’est loin d’être le cas de tout le monde. C’est extrêmement triste à dire, mais la peur règne dans la vie de beaucoup de personnes, et cette peur les force à prendre des décisions qui ne sont pas des choix, vu que pour ces personnes, c’est la situation qui impose ce « choix ». On pourrait comparer la situation à celle des femmes abusées : certaines auront la force de refaire confiance en un homme (et la chance de trouver quelqu’un de bien), et d’autres, malgré tous leurs efforts, n’y arriveront pas (ou n’attireront que des violents). Chaque personne a son vécu, et faire culpabiliser pour ce qu’on est devenu/e est davantage destructeur qu’autre chose, dans ce genre de situation.

    Pour en revenir à l’éducation, ce qui me semble extrêmement important, c’est qu’en effet, si on apprend aux filles à se méfier, on n’apprend pas aux garçons à ne pas violer.
    A mon sens, il faut faire les deux en même temps (car ne pas prévenir les filles des dangers potentiels qu’elles peuvent encourir si elles ne sont pas un minimum méfiantes, c’est prendre le risque que la naïveté l’emporte et qu’elle vive dans un monde de bisounours jusqu’à ce qu’il leur arrive quelque chose de grave – et là non seulement la fille culpabilisera, mais aussi les parents qui ne lui auront rien dit).
    Ainsi, il me semble nécessaire d’expliquer aux garçons et filles les mythes à déconstruire sur la sexualité des femmes et des hommes (oui les filles peuvent avoir envie de sexe, non les filles n’ont pas à dire « non » pour se faire désirer et que ça soit pris pour un « oui », non une femme n’est pas une s*** en s’habillant court, non une femme n’appartient à personne, non une femme n’a pas à « devoir » du sexe si on lui paie un resto ou un verre, non la « galanterie » n’est pas aussi géniale que ça – à la place il existe la politesse et au moins ça s’applique à tous et ça évite de considérer les femmes comme systématiquement fragiles et incapables de se débrouiller seules, etc…).
    Parallèlement, il est très important d’enseigner aux garçons/hommes la notion de consentement et de viol. Qu’est-ce qu’un consentement? Qu’est-ce qu’un viol?
    – Oui, coucher une fille trop bourrée pour réagir c’est un viol
    – oui sodomiser une fille alors qu’elle veut pas mais qui veut bien un rapport vaginal c’est un viol
    – oui forcer une fille à coucher alors qu’elle a embrassé un homme mais qu’elle ne voulait rien de plus c’est un viol
    – oui, un homme qui enlève son préservatif au dernier moment avant pénétration, ou qui s’arrange pour faire craquer son préservatif pendant l’acte alors que la fille ne veut pas être enceinte et lui fait confiance quant à sa contraception, oui ça c’est aussi un viol (je laisse imaginer cette dernière situation pour une fille musulmane qui « transgresse les règles » en ayant couché hors-mariage et qu’on voudra forcer à garder l’enfant).

    A ce sujet de notion de consentement et de viol, http://wecanstopit.co.uk/ est un exemple de sensibilisation adressé aux garçons/hommes.

    Donc à mes yeux, oui, sensibiliser les garçons/hommes, sans pour autant délaisser l’apprentissage de la sexualité chez les filles (ah, et prévention ne veut pas dire l’insulter en la traitant de s***, on peut très bien faire de la prévention sans insulter ou blesser la personne), c’est plus qu’urgent à mettre en place et à développer et ça ferait partie des solutions à envisager pour lutter contre le viol/harcèlement.

    La vraie question à mes yeux est la suivante : comment raisonnablement concilier liberté de s’habiller comme on veut avec certaines réalités du terrain qui feront qu’une femme qui va sortir ne sait pas du tout qui elle aura en face d’elle? Comment concilier liberté de s’habiller et d’agir, avec une peur traumatique? La question est très sujette à débat et divise beaucoup de personnes, de part leurs avis différents. Cela les divise d’autant plus que les arguments de part et d’autre sont légitimes.

    Personnellement, voici mon avis final : le jour où les comportements des hommes seront plus sécurisants, je pense qu’on pourra raisonnablement baisser notre garder sur la manière de s’habiller des filles, mais d’ici là, la prévention reste à mes yeux la meilleure réponse, car à mes yeux, les accompagnatrices féminines pour protéger les filles dans la rue, ainsi que les sports de combats, s’ils peuvent apporter des solutions à certaines filles, ces solutions ne peuvent pas répondre à toutes les femmes. Notamment quand la peur traumatique s’en mêle.
    Du point de vue des parents, et surtout des parents ayant vécu le viol de leur fille et souhaitant absolument la protéger, il m’apparait comme normal qu’ils disent à leur fille au minimum de faire attention. Au minimum. Mais pas ne rien leur dire du tout.
    Il s’agit d’un triste constat, oui, mais il s’agit avant tout pour ces parents de protéger leurs filles du mieux qu’ils le peuvent, étant donné que la fille qui peut être violée dans la rue, c’est peut-être un cas minoritaire par rapport aux viols commis chez elles ou chez un proche, mais cette fille, ça peut être la nôtre, ou celle que l’on voit régulièrement.
    Le comportement de beaucoup d’hommes ne va pas changer pour autant d’un claquement de doigts, c’est malheureusement une réalité, et le temps que ça change (ce qui va être assez long, je pense), pendant ce temps, il faudra bien trouver des solutions pour protéger toutes ces personnes.

    • 22 avril 2014 at 16:03

      En fait le problème dans ce long commentaire, c’est que tu pars du principe que ne pas s’habiller court ou avec des vêtements suggestifs, c’est la solution pour ne pas se mettre en danger.

      Combien de fois faudra-t-il le dire… tu peux être habillée comme un sac et toujours te faire emmerder. Personnellement je mets des vêtements mignons et même quand j’ai un tee shirt My Little Pony, je me prends des réflexions. Je fais quoi, j’arrête de sortir ?

      Le jour où j’aurai une fille, si j’en ai une, jamais je ne lui dirai « ne mets pas cette jupe, tu pourrais avoir des problèmes » parce que ça lui donnera l’impression que si elle se fait agresser c’est à cause de ses vêtements, ce qui est faux parce que beaucoup de femmes se font agresser dans n’importe quelle tenue. Le problème ce n’est PAS nos vêtements !! Changer notre tenue n’est PAS une protection !!

      ça me fait halluciner de voir ce genre de commentaire, plein de bonnes intentions je n’en doute pas, mais tellement modelé par une société où le viol et le harcèlement sont devenus banals qu’on en vient à croire qu’ils sont le résultat de nos tenues vestimentaires…

  102. 9 avril 2014 at 18:23

    Ça me rends triste de lire ça. Je viens de passer un an au Brésil. Là j’ai pu apprendre à m’habiller comme je veux. Tu marches dans la rue et tu te sens libre. Certes tu sens des regards mais bon ça aurait pu tout aussi bien être des regards du au fait que je fais étrangère (je suis très blanche). Au Brésil, les femmes s’habillent comme elles veulent et TOUTES les femmes: grosses, maigres, minces, grandes, petites, bref. Ça fait du bien d’évoluer dans une société sans préjugés sur le physique. T’es considéré comme une personne avant qu’un corps. Je suis rentrée en France il y a deux semaines et je ressens déjà de nouveau ce sentiment d’oppression et j’ai qu’une envie revenir au Brésil…

  103. Guylène Charès
    13 avril 2014 at 15:07

    Surtout ne jamais abandonner ce que l’on est !!! Le court c’est beau et très féminin alors pourquoi se priver quand on est une femme libre et pourvue de belles jambes ???? Bravo d’être cette femme la !!!

  104. 22 novembre 2014 at 17:51

    Je ne vois pas pourquoi vous éviteriez les églises en portant une mini-jupe.
    Le catholicisme n’est pas l’islam!!!

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Les champs requis sont marqués *