Je ne suis pas « blogueuse »

javotte et anastasie

« pfffff qu’elle est con celle là »

404 Not Found « Alors comme ça vous êtes blogueuse ? ». La personne qui me pose cette question n’est pas spécialement mal intentionnée, elle essaie tout simplement d’engager la conversation, sans se douter une seconde que je bous intérieurement.

Not Found

« Blogueuse », voilà un terme qui résonne en moi presque comme une insulte depuis quelques temps maintenant. La faute à quoi exactement je ne saurais vous dire, plutôt à un ensemble de choses.

À la presse qui s’évertue depuis des années à faire passer celles qui ont réussi à bâtir une communauté et presque vivre de leur petite parution personnelle pour des imposteurs. Taper sur « les blogueuses » ça fait le buzz, je ne compte même plus les articles à charge publiés sur papier ou en ligne ces 10 dernières années. Toujours le même ton condescendant et donneur de leçons, le mépris des journalistes pour les blogs avait de quoi faire rire il y a quelques années, aujourd’hui leur petit travail de sape auprès du grand public a fait son chemin.

À quelques blogueuses sans scrupules à qui je n’ai pas envie d’être associée, un peu jeunes et peut être un peu trop naïves qui mangent à tous les rateliers, acceptent n’importe quel partenariat avec une marque pourvu qu’il y ait quelques zéros sur le chèque, quitte à renier tous leurs principes et qui sont devenu des petites bonnes femmes sandwich sans trop s’en rendre compte. Les plus prétentieuses et déconnectées de la réalité, qui parlent de leur « petit lectorat » étant les plus représentées dans les médias, malheureusement (elles ne sont qu’une poignée mais suffisent à nous faire toutes passer pour des greluches).

Et puis aussi parce que je ne fais pas que cela dans la vie, et que quand on me dit « alors comme ça vous êtes blogueuses » j’entends « alors comme ça vous passez vos journées à vous faire les ongles, à poster des photos sur instagram et à recevoir des cadeaux presse ». Personne ne fait ça, mais c’est le fantasme de beaucoup de gens à propos des blogueuses. J’ai une entreprise de 4 salariés où j’ai une dizaine de casquettes, je travaille énormément, je refuse donc qu’on résume ce que je suis et fait à mon simple blog. Je suis blogueuse oui, entre autres. J’y consacre 1/5 de mon temps de travail, ce n’est donc pas ce qui me définit en premier lieu.

Ca va peut être vous paraître prétentieux, je ne sais pas… Au fond je suis un peu triste d’avoir presque honte quand on me demande si je suis blogueuse. J’ai déjà eu l’occasion d’en parler avec des blogueuses anglo saxonnes, chez elles c’est plutôt une fierté. Qu’est ce qui a mal tourné chez nous ?

The requested URL /txt/no1.txt was not found on this server.

J’en parlais récemment avec un ami qui est acteur et qui fait beaucoup de vidéos avec une grosse chaîne youtube, son combat à lui c’est « non je ne suis pas youtubeur, je suis acteur ». C’est dommage aussi d’en avoir honte.

Mais à voir comme les médias traditionnels ridiculisent ces nouveaux venus (vous n’avez sûrement pas manqué Natoo chez Ruquier), et combien certains youtubers seraient prêts à se compromettre pour un gros chèque, j’arrive assez bien à le comprendre.

Du coup ça m’intéresse d’avoir votre avis, ça vous évoque quoi à vous ce mot « blogueuse » ? Quelque chose de négatif ? Ou je me prends la tête pour pas grand chose ?

Apache Server at jb54.com Port 80


Commenter

Le mauvais esprit de noël

404 Not Found

Les fêtes de noël, c’est une bonne occasion de râler, et comme ici je peux faire la méchante, je m’en donne à cœur joie ! Place au mauvais esprit de noël…

– Il faut faire un sapin que les chats vont destroy 4 ou 5 fois en cassant au passage toutes les boules.
– Et j’ai de la chance s’il ne s’électrocute pas en mâchouillant la guirlande électrique.
– Les pères noël dans les supermarchés me font flipper, je les imagine tout suants sous leur costume.



– On se fâche tous les ans avec la famille dans laquelle on peut pas aller : papa, maman, beaux parents…
– Il faut se coltiner les pires membres de sa famille, surtout tonton Michel et ses blagues à rallonge.
– J’aime pas la bûche, les huîtres et les pyrénéens.
Apache Server at jb54.com Port 80

– J’aime pas les jouets qui font de la musique que les inconscients offrent aux gamins : le poney qui chante en boucle toute la journée du 25 merci !

The requested URL /txt/no1.txt was not found on this server.

– Je déteste le disque des petits chanteurs à la croix de bois
– On va encore me forcer à manger des huîtres : « mais siiiii goûte on te dit c’est bon ».
– Je sais pas faire semblant d’aimer mes cadeaux

Not Found


– Et si je fais la tête, je me fais engueuler : »fais un effort, c’est noël !! »

Naaaaaan j’déconne, c’est cool quand même, on peut manger tout plein :) Allé, joyeux noël à tous les p’tits copains !

Quelle bavarde !!


Je suis une grande bavarde, mais je préfère dire que je suis volubile, ça fait plus joli et c’est plus vrai (parce qu’en plus de beaucoup parler, j’ai un bon débit)…Et sauf exception des deux premières heures le matin où il vaut mieux ne pas trop me poser de questions, je suis un véritable moulin à paroles : toujours un truc à dire, sur tout et n’importe quoi.

Apache Server at jb54.com Port 80

The requested URL /txt/no1.txt was not found on this server.

J’ai commencé très tôt, ma mère aime à répéter qu’à 9 mois la pédiatre a écrit sur mon carnet de santé « charabia développé », et qu’à 18 mois, alors que mon cousin du même âge avait 2 mots de vocabulaire (dada et tateu), je disais « ja vais mettre mon cardigan ». Un vrai petit singe savant, insupportable… 404 Not Found

Tous mes bulletins scolaires racontent la même chose « bavarde », « trop bavarde », « trop de bavardages »… Trop de trucs à dire qui ne pouvaient pas attendre la récré. Heureusement que de temps en temps je partais un peu dans mon espace pour rêvasser, ça donnait un peu de répit à mes voisins de classe.

Not Found

Au lycée, je me suis trouvé un gentil fiancé taciturne qui me laisse monologuer à souhait et qui peste aujourd’hui quand je veux me lancer dans de grandes discussions à minuit : je suis pénible, mais c’est comme ça, faut que ça sorte !

Oui c’est un peu ça en fait, je ne peux pas me retenir, quand ça me vient, je ne peux pas me retenir longtemps et du coup, je me contrefiche un peu de savoir si je vais saoûler tout le monde… Mais bon, ce n’est pas vous qui allez vous plaindre, si j n’avais pas tant de choses à dire je n’aurai certainement jamais ouvert ce blog !