Mon petit Paris

Processed with VSCOcam with f2 preset

Ce n’est pas vraiment le hasard qui m’a parachutée dans le quartier de Bastille quand je suis venue habiter Paris mais mon école. Je commençais mes études à l’école Boulle et je cherchais à vivre pas trop loin si possible.

Ça a pas mal conditionné ma vision de la ville, la place et son génie c’est un peu mon centre de Paris à moi et tout ce qui s’en éloigne me semblent vraiment le bout du monde. Montmartre ou Alésia c’est un peu le Mordor quoi.

J’ai bloggué depuis les trois appartements que j’ai habités quand j’y pense : mon petit 11m2 près de la place des Vosges, mon petit studio sur l’île St Louis et mon plus grand studio à Charonne. J’ai toujours tourné autour de Bastille et je vois toujours un peu le génie quand je tourne la tête.

Cette petite réflexion n’a pas plus d’ambition que de me dire combien mon rapport à la ville et mon amour pour le quartier de l’ameublement est lié aux conditions premières qui m’ont amenée à y vivre et que tout aurait été un peu différent si j’avais embrassé une carrière de médecin.

J’ai aujourd’hui une certaine affection pour les magasins de vieux meubles, les artisans qui peuplent les rues du 11e (en face du bureau un mec travaille le cuir, je regarde toujours un peu en cachette quand il a le dos tourné), les petites cours pleines de surprises et d’ateliers. Je déplore un peu de voir la rue du faubourg St Antoine se transformer en galerie marchande un peu comme une vieille dame persuadée que tout était mieux avant (j’ai failli défaillir en voyant une boutique Claude Dalle fermée et pourtant dieux sait si c’est pas mon style d’aménagement intérieur).

J’aurais du mal à m’en éloigner, ça fait plus de 10 ans maintenant que c’est mon petit Paris, je m’y sens chez moi.

Court toujours

IMG_8137

Shocking ?

Ça fait un petit moment que j’ai envie d’écrire sur le sujet parce que je vois passer des commentaires ici qui me chagrinent parfois un peu, et aussi parce que porter du court c’est vraiment un truc qui fait partie de ma personnalité maintenant.

Mini short, petites robes et mini jupes, j’ai choisi cet uniforme parce que j’aime bien mes jambes et aussi parce que je trouve ça plus confortable que des pantalons dans lesquels j’ai désormais l’impression d’étouffer.

Et parfois dans les commentaires d’un look je vois passer ce genre de chose : “c’est chouette que tu oses” “tu ne te fais pas trop reluquer ?” et autres “moi j’oserai pas”. Et ça me rend un peu triste.

Je me dis que putain on est en 2014 et que pourtant les filles à Paris n’osent pas s’habiller comme elles aimeraient parce qu’elles ont peur de se faire emmerder ou de passer pour je ne sais quoi.

Cela fait des années que je refuse de me laisser dicter mon comportement par ce genre de crainte et je ne me rends même plus compte que peu de filles finalement en font de même.

Vous avez peut-être vu passer la petite polémique autour de l’agression de Jack parker et les commentaires déplacés qui ont suivi (sinon je vous invite à aller lire).

Quand je lis que des garçons de mon age, qui ont grandi dans le même pays, qui ont sûrement des filles dans leur entourage pensent que si on veut être tranquilles on ferait mieux de se cacher sous un pantalon les mots me manquent.

J’ai la chance d’avoir grandi dans un milieu ou je ne me suis jamais sentie inférieure aux garçons, où je n’ai jamais souffert d’inégalités, je me suis toujours sentie libre de m’habiller comme je l’entendais et je suis aussi suffisamment dans la lune pour ne jamais remarquer quand on me mate dans la rue (parfois mes potes hallucinent que je ne vois rien) et j’ai aussi la chance qu’il ne me soit jamais rien arrivé.

Enfin rien… L’été dernier je rentrai tranquille sur mon vélo quand le passager d’une voiture a essayé de me toucher les fesses depuis la fenêtre du véhicule. J’ai eu peur et j’étais super vénère. Au feu rouge suivant je les ai insultés et j’ai rayé leur bagnole avec mon vélo. Ils ont appelé les flics pour dégradation et on a tous passé une super soirée au poste. les flics m’ont dit que j’aurais dû m’enfuir dans les petites rues et que c’était pas malin d’avoir voulu me faire justice moi même. OK.

Mais ça ne m’empêchera pas de continuer à porter ce que je veux !

Alors mes mini shorts, mes petites robes et mes gambettes c’est un peu mon étendard à moi. Je ne me suis jamais senti l’âme d’une militante mais je mets un point d’honneur à pouvoir en porter en toutes circonstances. J’évite donc les églises et les pays peu tolérants à cet égard quand je suis en vacances. Et je me sens bien.

Je vous souhaite ça à toutes ;)

Huit

yumishimada

Crédit : Yumi Shimada

C’était lundi, le 3 mars mais comme tous les ans depuis quelques années j’ai laissé passer la date. Un peu comme quand on commence à devenir un peu vieux et qu’on n’a plus envie de fêter son anniversaire alors qu’on compte les mois quand on est tout jeune (j’ai pas quatre ans j’ai QUATRE ANS ET DEMI)

Mon blog a 8 ans et ça pique un peu, je crois que c’est pire que des années de chien niveau calcul, il a mille ans en vrai. Ce chiffre me paraît même un peu surréaliste tant je n’aurais jamais pensé le tenir si longtemps (tenez, ici le 1er anniversaire de mon blog).

Alors oui il a beaucoup changé, parce qu’en 8 ans moi même j’ai changé (j’étais étudiante, je suis désormais chef d’entreprise), et puis le rapport des gens, et des marques aux blogs a changé, mais ça je vous en ai déjà longuement parlé ici.

J’ai aussi, à un moment, réalisé à quel point je faisais passer ce blog avant tout, j’avais ce besoin de tout documenter tout le temps, à chaque fois que je faisais quelque chose il fallait que je prenne des photos pour mon blog et je ne me rendais pas compte à quel point c’était pesant pour mon entourage et un peu aliénant pour moi. J’ai donc décidé de lever le pied.

En attendant je n’ai pas vraiment trouvé comment compenser tout ça : moins me raconter, laisser une grosse partie de ce que je partageais de côté n’a pas encore son remplaçant. J’ai pris un peu de distance avec mon blog et forcément un peu avec vous, et pourtant au fond de moi j’ai envie de faire plein de choses nouvelles. Sans pour autant avoir enfin trouvé, et ça commence à faire quelques temps que je cherche…

Je ne sais pas si certains d’entre vous suivent ce blog depuis longtemps et s’y retrouvent toujours un peu, en tous cas, même si je suis peu présente et que je n’ai pas le loisir de pouvoir répondre à tous les commentaires, je garde une véritable affection pour les petits mots que vous me laissez depuis 8 ans. Certains m’ont même énormément touchée et aidée à avoir une bien meilleure confiance en moi et en ce que je fais dans la vie.

Alors merci