Les années Sorbonne

Vous connaissez les Surpat ? Voilà des mois que j’essaie d’aller à ces petites soirées ambiance années 60 où tout le monde vient super looké pour danser le twist. Mais à chaque fois j’ai un empêchement, j’enrage…

Surtout ce week end où le thème de la rentrée à la Sorbonne m’inspire au plus haut point, je me voyais déjà avec mes petites jupes d’écolière sage, mes grandes chaussettes et mes ballerines. Mais non, je suis une maudite de la Surpat !

Pourtant, comme je suis super sympa* malgré ma frustration, je vais vous faire gagner quelques places pour aller vous trémousser en jolie robe qui tourne et vous faire draguer par un beau jeune homme en costard à la mad men (mais je ne sais pas encore combien de place, ça vient).

Pour gagner c’est simple, écrivez moi un commentaire avec un ptit mot et un titre de chanson que vous aimez particulièrement de ces années là. Et je choisirai un commentaire qui me plaît (oui c’est comme ça).

*Je me répète je sais mais je ne suis pas payée pour vous en parler, je ne gagnerai que la reconnaissance éternelle des organisateurs (enfin j’espère :D) parce que je trouve ces soirées géniales.

Edit : Pour les détails des places à gagner il y a 4 places avec +1 à chaque fois. Pour celles qui n’ont pas gagné n’oubliez pas que c’est : 5€ l’entrée si lookés 60s, 10 sinon.

Enfin, le but ultime de la surpat c’est de faire venir les gens de 40 – 50 – 60 ans avec leurs enfants alors ne vous bridez pas :)

Voici pourquoi Brigitte Bardot…

J’ai toujours connu ces vieux journaux dans le grenier chez mes grands parents : quelqu’un aimait la presse people chez mon arrière grand père c’est certain…

Je demande d’ailleurs si ce “Noir et Blanc” qui titrait toutes ses unes par une phrase commençant par “Voici…” n’est pas justement l’ancêtre du magazine du même nom. Si quelqu’un sait, cela m’intéresse :)

J’ai retrouvé dans les cartons un numéro correspondant un peu à l’actualité du moment. Alors, est-ce que quelqu’un sait pourquoi Brigitte Bardot a refusé d’assister à ce festival de Cannes en mai 1957 ?

? Voir toutes les photos ?

- Jupe et top H&M, jupon American Apparel -

? Voir toutes les photos ?

Mon petit coeur…

Quel immense plaisir que de trouver enfin quelque chose qu’on a longtemps cherché et qu’on avait presque abandonné !

Je suis plutôt obstinée quand quelque chose me trotte dans la tête et je déteste m’avouer vaincue. Si je n’arrive pas à mettre la main dessus je trépigne, je tape du pied intérieurement (ou pas…) je boude, contrariée que je suis.

Quoi de plus agaçant alors qu’une serrure qui semble protéger un immense trésor dans une maison où on trouve des dizaines de clés dans chaque tiroir ? J’ai trépigné une année entière avant de trouver le sésame qui m’ouvrirait enfin la boîte ornée d’un lion de la chambre verte chez mes grands parents.

Quand la petite clé trouvée tout simplement sous le pied de la machine a fait “clic” mes yeux ont brillé comme si j’allais enfin déguster un énorme gâteau au chocolat. J’ai même attendu quelques seconde avant d’ouvrir le couvercle afin de déguster ce petit moment de jouissance…

En le soulevant, je découvre enfin la vieille machine à coudre achetée par mon arrière arrière grand mère le 30 septembre 1909 pour la modique somme de 139 francs chez A. Bargue-Sandoz… Je le sais, c’est écrit sur la garantie (de 2 ans…) soigneusement pliée dans une pochette plastique et rangée dans le tiroir de la bête. Que j’aime faire ce genre de découverte, j’ai un peu l’impression d’être Christophe Colomb…

Ce petit chemisier Viktor & Rolf pour H&M était parfaitement de circonstance pour immortaliser cette victoire. Je l’ai cherché des années, avant de le trouver il y a quelques mois parfaitement neuf et à ma taille sur videdressing

Cette séance photo, c’est un peu la cerise sur le gâteau (au chololat)…

? Voir toutes les photos ?

- Chemisier Viktor & Rolf pour H&M, short topshop, collants H&M -

? Voir toutes les photos ?