Passion combi

combi

Combi néoprène Roxy*, short Madewell, Boots Chelsea Jonak*, sac à dos Nature & découvertes, bonnet Asos*

Pendant ces vacances j’ai opéré un changement un peu spécial niveau plage et baignade : porter une combi de surf. Je pouvais pas choisir meilleur timing que cet été 2016 vous n’avez pas idée !

Je suis une grosse frileuse, la fille pas fun qui veut pas aller faire les cons dans l’eau si elle avoisine à peine les 20°, et qui hurle quand on l’éclabousse dans la piscine. Et quand je me laisse tenter, je grelotte au bout de 5 minutes et je sors de l’eau en frissonnant.

Je me suis donc pas mal privée de baignades depuis à peu près toujours donc.

Et puis l’an dernier, comme ça pour déconner et se moquer de moi aussi un peu, ma soeur m’a dit : tu devrais te baigner en combi de surf. J’ai fait « gna gna gna » et je n’y ai plus repensé jusqu’à cet été où je me suis dit que ce serait pas si con pour le Canada.

Bon, il se trouve que si en fait c’était con car l’eau des lacs qu’on a vus en Alberta étaient pas loin d’être gelée : 3 ou 4° brrr donc même pas en rêve j’y mettais un orteil.

Mais j’ai pas mal porté cette combi néoprène parce que je la trouvais trop cool et qu’elle me gardait bien au chaud. J’ai gardé une passion des juste au corps de gym (j’envisage sérieusement de m’en racheter) de l’époque lointaine où je faisais de la GRS et où je regardais toutes les compétitions de Gym à la télé avec passion. Et cette combi me donnait presque l’impression de porter un juste au corps.

Et puis, de retour en France je suis allée passer quelques jours près de Bordeaux chez mon papa, avec ma soeur, petit poisson qui se baigne quelque soit la température de l’eau. Et pour le première fois depuis des années je suis allée me prendre des vagues dans la gueule sur une plage de Lacanau grâce à ma combi qui me protégeait du froid.

Je vous passe les regards interloqués des gens qui me regardaient me baigner en combi (où est sa planche ? Que fait-elle en combi au bord de l’eau ?) en pleine actu burkini. Super timing je vous avais prévenu en début d’article. Moi j’étais hyper heureuse de retourner enfin me baigner en me maudissant de n’avoir pas pensé à ça plus tôt. Et puis moi qui déteste cramer au soleil j’avais une bonne moitié du corps protégé sans avoir à me tartiner le dos de crème youpi !

Voilà, cet été a été comme une révélation et pour les frileuses comme moi je vous recommande, ridicule en combi sans planche au bord de l’eau ou pas ^^

J’en profite aussi pour vous montrer ces photos du lac Maligne que j’avais oubliées dans mon article sur le Canada ;)

Commenter

jasper-00062

jasper-00068

jasper-00067

jasper-00070

jasper-00064

jasper-00054

jasper-00057

Gogo gadget au combishort

.
vacances ete-31

Combishort Asos*, sac à dos Nature & Découvertes, spartiates Asos*, chapeau Asos

Je sais je me répète, mais mon nouveau truc en voyage/vacances c’est de partir avec un minimum de choses. Alors j’essaie de me créer des tenues qui partent d’un même élément. J’ai toujours adoré ça dans les magazines : un élément central, plusieurs possibilités en changeant les accessoires. Deux salles deux ambiances.

Cet été j’ai craqué sur ce petit combishort. J’adore les combishort, et pourtant je regrette toujours d’en avoir mis un quand je me retrouve à devoir me mettre à moitié nue dans les toilettes d’un bar pour faire pipi en risquant de faire tremper ledit combishort dans la cuvette. Toujours un grand moment.

Mais je m’égare : en vacances donc j’ai emmené ce combishort d’amour, avec quelques options pour le porter différemment : normal, avec une jupe à pois ou en mode short avec un joli gilet. Et un chapeau parce que j’ai la flemme de m’occuper de mes cheveux ^^

vacances ete-27

Combishort Asos*, sac à dos Nature & Découvertes, spartiates Asos*chapeau Asos, Gilet Boden*

vacances ete-45

vacances ete-14
vacances ete-8

rose

Combishort Asos*, sac à dos Nature & Découvertes, chapeau AsosJupe à pois Asos*

vacances ete-40

Jupe à pois Asos*spartiates Asos*

vacances ete-23

vacances ete-41

vacances ete-21

vacances ete-19

vacances ete-2
vacances ete-5

rose

Combishort Asos*, sac à dos Nature & Découvertes, chapeau AsosJupe à pois Asos

vacances ete-39

vacances ete-33

vacances ete-43

vacances ete-34

vacances ete-35

vacances ete-10

Combishort Asos*Jupe à pois Asos*, sac à dos Nature & Découvertes, sandales H&M, chapeau Asos

vacances ete-48

Hell Yeah

Hellfest-open-air

Hellfest Open air 2016

Quand j’étais au collège / début de lycée je voyais d’un trèèèès mauvais oeil tout ce qui pouvait me sembler un peu extrême en musique. J’avais cru très fort à la légende urbaine du « des groupes de métal cachent des messages subliminaux dans leurs chansons pour que leurs fans se suicident » et autres « si tu écoutes Nirvana tu vas finir droguée ». Tout le côté théâtral autour de certains groupes me faisaient carrément flipper, et j’étais hyper impressionne par ceux qui s’habillait tout en noir avec de grosses chaussures coquées avec des chaînes et des piercing au lycée (j’attendais leur suicide d’un jour à l’autre aussi).

Et puis je sais pas pourquoi, mais l’année de mon bac ça a fini par me fasciner et j’ai écouté à peu près tout ce qui avait pu me faire peur toute mon adolescence. Rien de trop hardcore non plus, je me passais juste en boucle des albums de Korn, Marilyn Manson, S&M de Metallica. Je me souviens avoir lu fascinée, presque en secret, le très mauvais livre de Marylin Manson sorti en 2000 (je crois) au Virgin mega store de la gare Montparnasse en attendant mon train et m’être dit « hey mais il en fait des caisses pour que ce soit dégueu mais tout ceci n’est qu’une mascarade pour se faire peur comme quand on regarde un film d’horreur ». Et comme j’adorais les films d’horreur forcément j’ai creusé.

On écoutait des groupes un peu nuls avec ma soeur dans notre chambre, genre Mass Hysteria, avec le poster de contraddiction flippant accroché quelque part juste parce que notre mère le trouvait horrible. Et emmerder ses parents quand on est au lycée ça n’a pas de prix.

Toute cette longue intro pour vous dire que ça m’a mi amusée, mi un peu déçue de me prendre des piques sur les réseaux sociaux quand j’ai posté des photos du Hellfest où j’étais récemment. Comme si j’y étais allée pour faire ma poseuse. Pour ça j’ai juste à aller à Rock en seine au lieu de me taper 800 bornes aller-retour, camper sur un parking pendant 4 jours et faire pipi dans des toilettes chimiques.

Commenter
.

Hellfest-open-air-2016

J’y suis allée parce que j’avais vraiment envie d’y aller, partager tout ça avec mes potes et rigoler, voir des concerts incroyables, vivre au seul rythme des concerts pendant 3 jours et découvrir tout un tas de groupes que je ne connaissais pas.

Commenter
.

Hellfest-open-air-2016-3

Et j’ai vécu beaucoup plus parce que l’ambiance était folle. C’était le festival de la tolérance où tu pouvais manger un sandwich au steak comme un burrito vegan sans gluten. J’ai vu des gens venus en famille, papi, les enfants, les petits enfants, des gens déguisés n’importe comment : en toucan, en jésus, en grand schtroumpf, des mecs déguisés en soubrette, ou en princesse Disney.

Commenter
.

Hellfest-open-air-2016-8

Hellfest-open-air-2016-24

J’ai vu une gamine de 12 ans s’éclater comme une folle à faire du air guitar sur une table pendant un concert, des gens passer en tyrolienne au dessus d’une foule en délire. Je n’ai pas de photos de tout cela parce que je n’ai pas de grand talent pour prendre des inconnus en photo (je suis timide) et surtout j’ai passé mon temps debout sur une caisse à écouter de la musique qu’à prendre des photos.

Commenter
.

Hellfest-open-air-2016-5

Hellfest-open-air-2016-17

Je me suis un peu vengée sur les décors avant d’entrer sur le festival. C’était assez bluffant, on avait l’impression d’entrer soudain dans un autre univers, et toute cette attention apportée à des détails pas indispensables donnaient le sentiment que tout était surtout fait pour nous faire kiffer.

Commenter
.

Hellfest-open-air-2016-18
Hellfest-open-air-2016-19
Hellfest-open-air-2016-21
Hellfest-open-air-2016-20

Hellfest-open-air-2016-16

Hellfest-open-air-2016-14

Hellfest-open-air-2016-13

Hellfest-open-air-2016-12

J’ai beaucoup beaucoup rigolé, découvert plein de musique, chanté « I wanna know what love is » en décollant sur la grande roue, vu pour la première fois les groupes de mes 18 ans en concert.

J’avais déjà compris depuis longtemps que ceux qui appartiennent à une minorité ou qui se passionnent pour une contre culture sont souvent des gens bien plus tolérants et gentils que la moyenne (pas tous bien entendu, il y a des cons partout), mais là ce HellFest en a été mon ultime preuve.

Commenter
.

Hellfest-open-air-2016-6

Hellfest-open-air-2016-22

Hellfest-open-air-2016-26

Hellfest-open-air-2016-10

Hellfest-open-air-2016-11

Hellfest-open-air-2016-7

Hellfest-open-air-2016-28

J’espère très fort y retourner l’an prochain (les tickets s’envolent avant même que la programmation soit annoncée). Et merci à mes potes pour ces 4 jours de folie <3