A vue d’oeil

blouson en cuir Yves St Laurent, snood lépoard Asos, rouge à lèvres Sephora velouté n°1

S’il y a bien une caractéristique qui a longtemps été incontournable chez moi, ce sont mes yeux bleus. Quand j’étais enfant on me parlait tout le temps de mes yeux. Ça et ma petite taille. Pour moi j’étais une fille qui avait la chance d’avoir les yeux bleus, mais le gros défaut de ne pas être à la même hauteur que les autres. J’ai donc enregistré très tôt que c’était ce que les gens retenaient chez moi en premier.

Puis, ado, les yeux bleus ont quelque peu disparu, et c’est toujours ma petite taille que les gens semblaient enregistrer, ça et ma maigreur, ainsi que mon absence de poitrine. Je n’étais plus que ces trois gros défauts physiques : petite, maigre, plate comme une planche à pain. J’étais super complexée, je portais des talonnettes dans mes chaussures, un caleçon épais sous mon jean même l’été par 30° et des disques de coton dans mes soutien gorges.

Puis vers 18 ans, ma petite taille a cessé d’être un problème (j’ai enfin compris que c’était plutôt un avantage, rapport au fait que les gens me sous estimaient grâce à ça et que les garçons se sentaient plus forts à côté de moi). J’ai aussi découvert que, pour combler mon absence de poitrine, la nature m’avait doté de fesses plutôt pas mal, que j’ai mis du temps à découvrir parce que je focalisais à mort sur mes seins.

Et puis une fois adulte j’ai mis encore un peu de temps à complètement m’assumer (je vous avais parlé ici de mon complexe de la peau parfaite) mais ça a fini par arriver. Quelqu’un m’a aussi aidé à comprendre que j’avais enfin le choix de l’empreinte visuelle que j’allais laisser chez les autres.

Mon ancienne manager chez L’Oréal, qui était une femme géniale m’a en effet donné, au moment de ma démission, un conseil qui m’a marquée : « Fais toi un look qu’on n’oublie pas ». J’avais pris ça à la légère, mais ça m’a trotté dans la tête, elle qui avait une crinière folle, des lunettes colorées et un rouge à lèvre orange impeccable quelle que soit l’heure de la journée s’était elle même construit ce look qu’on n’oubliait pas.

Aujourd’hui je sais que 90% des gens qui me voient pour la première fois retiennent en premier lieu ma coiffure : rousse à frange. Si je voulais commettre un crime, je mettrais une perruque avec une coiffure que les gens n’oublieraient pas, c’est fou comme c’est un détail qui reste dans les esprits.

Alors oui j’ai pris le contrôle, mais il y a toujours quelque chose qui me chiffonne un peu : mes yeux bleus et ma petite taille semblent avoir disparu du paysage.

Et c’est étrange quand c’est quelque chose qui vous a aidé à comprendre qui vous étiez pour les autres. J’ai eu des remarques sur ma taille jusqu’à mes 18-20 ans et (non pas que ça me manque), cela me fait tout drôle que cela ne fasse plus vraiment partie de mon identité. Pareil pour mes yeux bleus auxquels je me suis raccrochée jusqu’à la fin de mon adolescence car ils constituaient à mes yeux le seul atout dont je disposais.

C’est drôle cette image qu’on se fait de soi à travers le regard des autres…

Tu veux plus de créativité et moins de procrastination dans ta vie quotidienne ?

Si tu veux apprendre avec moi comment réorganiser ton quotidien pour arrêter de procrastiner et développer tes projets persos.

Entre ton prénom + ton email préféré et clique sur “Allez hop ! On y va !”

EN ROUTE POUR L'AVENTURE ?

* Les articles marqués d'une ou plusieurs astérisques sont particuliers - en savoir plus
  • 0

    Overall Score

  • Reader Rating: 0 Votes

Share

You May Also Like


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




54 comments on “A vue d’oeil

  1. Je suis bien d’accord avec toi, on met du temps à s’assumer nous même et parfois le regard des autres n’aide pas vraiment.
    C’est marrant parce que moi, c’est mon sourire que les gens gardent en mémoire. Mon professeur de dessin m’a toujours dit de le garder, qu’il faisait parti de ma personnalité et que dès qu’il paraissait ca devenait flippant. j’en avais jamais pris vraiment conscience jusqu’à ce qu’il m’en parle.

    Je te comprends aussi quand tu parles de la petite taille, mais on les emmerde les grands, nous, on peut s’habiller au rayon enfant !! Merci pour cet article qui fait du bien à lire ! ♥

  2. Je comprends très bien ce que tu veux dire. De tous temps, j’ai été pour ma famille “la grosse’. Que je le sois ou pas, selon les périodes, impossible pour eux de changer cela. Et ils avaient aussi la conviction que j’avais des cheveux sublimes. Hors ils sont juste bouclés, dans une famille raide 🙂 mais ils n’ont rien de sublimes !

    Bref, quand je ne suis pas grosse ni bouclée, quand je ne ressemble pas à une petite (en taille) marianne james, j’ai l’impression de n’etre plus personne !!! au secours ! Je me souviens d’avoir fais un bon régime et d’être devenue assez mince. J’étais contente, mais en soirée, j’avais le sentiment de ne plus exister, même à mes propres yeux ! L’image que les gens projette sur nous est très structurante, en bien comme en mal !

    • J’ai lu plusieurs témoignages de personnes qui comme toi ont fait un régime et qui se sont sentis perdus après, comme si ils avaient perdu leur personnalité avec leurs kilos. On n’y pense pas mais ça demande un énorme travail sur soi qu’on n’avait pas imaginé.

  3. Haaa les complexes, cela dit, les histoires de poitrines.. Moi c’est le contraire, je suis petite et j’ai des “gros” seins par conséquent ma poitrine est plus visible, on se souvient de moi par la ptite au gros boobs, c’est pas forcément plus gratifiant!

    • Il te faut une coiffure de folie alors !

      • à quoi tu penses quand tu dis “de folie” ? 🙂 tu as des idées de look “qu’on oublie pas ?”

      • Ca dépend de chacun 😉

  4. j’ai l’impression qu’on a vécu le même parcours physique ???
    Petite, yeux bleu, planche, fesse, rousse…

  5. Mes commentaires s’affichent jamais sur ton blog, ils sont pris pour des spams ? ‘-‘

    • Ah peut être… j’ai des milliers de spams chaque semaine, du coup tes commentaires sont peut être perdus dedans :/ C’est quoi ton pseudo quand tu postes ?

    • Arg c’est pénible ça oui ! C’est Elora généralement avec l’adresse mail “mlle-arole” 🙂

    • Je t’ai retrouvée, et normalement tu seras plus rangée dans la case “indésirables” 😉

    • J’ai pas de mauvaises intentions je le jure !! haha. Merciii 🙂

      • Dommage c’est pas comme ça que tu vas ouvrir la carte du maraudeur… “I swear I’m up to no good…”

  6. je vois ce que tu veux dire, moi ma caractéristique c’est les gros seins ! l’autre jour mon mari a revu un camarade de collège que nous avions en commun, il se demandent des nouvelles etc et mon chéri dit qu’il est marié avec moi. Le mec, 20 ans après lui dit ‘ah oui Emilie, c’était la seule fille du collège à avoir des seins, on l’appelait Emilie Grossein’. Putain bah merci les gars ! La seule chose qu’il a retenu de moi c’est ça !!! Après j’ai eu un look plus qu’approximatif jusqu’en BTS, les gens doivent s’en rappeler aussi, j’en ai brûlé des rétines avec mes imprimés … avoir des gros seins, bien souvent c’est la plaie, mais les filles qui n’en ont pas te les envient quand toi tu envies leurs ventres plats et leur maxi décolletés. On n’est jamais contentes je pense, mais c’est vrai que plus on vieillit, plus on s’aime. Enfin moi c’est le cas. Et c’est grâce au regard des autres.

    • Du coup c’est chouette parce que c’est un vrai plaisir de vieillir 😀

  7. On m’a aussi souvent définit par ma taille, mais moi je suis plutôt grande et mince, donc mon p’tit nom pour certains c’est “la grande saucisse”, “la grande gigue qui rigole tout le temps”, la grande… Du coup comme je dépasse un peu de la foule et qu’on me regarde de toute façon, je me gène pas pour rajouter parfois des talons (pas souvent c’est pas confortable), du léopard et du rouge à lèvres qui claque.

  8. Je crois que l’entourage nous renvoie, pour une grande part, ce que nous percevons de nous-même, fierté et complexes compris. Comme si les autres étaient une sorte de miroir sur lequel nous transférons consciemment et (le plus souvent) inconsciemment notre perception de nous-mêmes… Voilà pourquoi nous nous comparons toujours aux autres lorsque nous n’avons pas confiance en nous.

    C’est vrai que parfois aussi, il y a un décalage (voire un déni) entre la réalité et la perception d’autrui (ce qu’ils veulent bien voir), comme l’explique Alix plus haut. Cela est valable pour nous-mêmes : qui n’a pas été surpris/e et découragé/e en se voyant bouger devant le grand miroir de la salle de sport, loin de l’image gracieuse qu’on s’était construite? 😉

    Pour en revenir à tes jolis yeux, Elodie, c’est vrai que l’on remarque d’abord ta chevelure de feu (car hors du commun), mais si on a l’occasion de te voir de plus près, c’est certain qu’on remarque tes yeux bleus extraordinaires 🙂

  9. C’est vrai qu’on vit bien souvent uniquement par le regard des autres. Je vais avoir 30 ans cette année et j’ai toujours un mal de fou à m’accepter. Je suis petite (1m55), rousse aux yeux verts. Quand j’étais petite, on m’appelait la grosse (j’étais un peu rondelette) ou la rouquine. A l’adolescence mes seins sont devenus très généreux. Du coup on ne voyait que ça. Je portais des col roulés l’été tellement on m’a complexé très tôt. Aujourd’hui je suis mince, toujours petite et toujours rousse. C’est l’atout différenciant 😉

  10. Team little boobs but cool bootie 😉

    Et comme toi aussi je suis petite aux yeux bleus, mais à l’école j’étais plus “la planche à pain biactol” (rapport à l’acnée :/ )

    Finalement en grandissant Dieu soit loué on apprend à vivre avec nos défauts, enfin plus précisément de mettre en valeur nos qualités pour gommer nos défauts !

    C’est un truc que j’ai appris en maquillage (car je suis maquilleuse) plutôt que de chercher à camoufler le gros bouton que l’on a au milieu de front mettre l’accent sur le regard ou la bouche ainsi les gens se concentreront là dessus plutôt qu’ailleurs !

    C’est dommage que l’on ne remarque plus tes yeux bleus, surtout qu’avec ta frange rousse c’est le combo gagnant pour faire ressortir tout ça !

    Et oui on a parfois tendance à trop vouloir vivre à travers le regard des autres plutôt que de se regarder et s’assumer comme on est… Ou bien on le comprends bien trop tard (fichue période de l’adolescence !)

    • Je crois que mes yeux ont un peu changé aussi, la couleur varie en fonction de la météo alors que quand j’étais petite ils étaient bleus bleus

  11. je plussoie ! petits seins / joli fessier (ex : vanessa paradis, charlotte gainsbourg…)
    suis d’accord pour l’élément volontaire qui va faire mouche. Encore un super sujet de développement personnel sur ton blog Eleonore, thx!

  12. Ahah pareil, team Rousse à Frange, et c’est vrai qu’on se souvient toujours de nous avec cette coiffure 🙂

  13. C’est vrai que c’est bizarre cette histoire de se créer des repères en fonction de la façon dont les autres nous perçoivent.
    Cela nous prouve 3 choses :
    1 on est super influencé et dépendant du regard et de l’approbation des autres (un truc de dingue) alors que le plus important c’est ce qu’on est vraiment, se sentir bien soi-même, connaître nos qualités etc etc …
    2 on est super axé sur l’apparence, les autres remarquent le ou les détails qui leurs sautent aux yeux, et ne cherchent pas plus loin, ce qui est bien dommage. On fait la même chose bien sûr ! (moi en 6ème, 5ème on m’appelait Mickey, je tanais ma mère pour qu’on m’opère des oreilles, puis en 4ème, plus rien, personne ne m’a plus jamais appelé ainsi et je me suis jamais faite opérée, j’étais aussi une des plus petites et je faisais très jeune, c’est très vite devenus des atouts aussi)
    2. Notre apparence est fluctuante et varie aussi en fonction de la confiance en nous que l’on a ou pas.
    Finalement l’autre arrive facilement à percevoir nos failles car c’est aussi quelque chose qu’il ressent. Mais si on prend l’exemple d’une personne ronde qui accepte et aime ses rondeurs, forcément elle aura confiance en elle et les autres le percevront aussi.
    Donc la confiance en soi, quelque soit notre apparence est un peu la clé, car on peut toujours transformer ses petits défauts physiques en atouts de charme 🙂
    Bises

    • C’est ça c’est un peu comme les animaux qui sentent quand on a peur, les autres perçoivent nos complexes si on en a, il suffit de ne plus y penser soi même pour que les autres ne les voient plus comme un problème !

  14. Je me retrouve dans cet article…

  15. Moi c’est ma grande taille, j’ai toujours était plus grande que tout le monde (girafe bonjour) et au contraire j’en souffrais un peu pendant l’adolescence mais maintenant c’est un plaisir, bon je ne peux pas trop porter de talons mais j’aime ma grandeur 🙂

  16. Ton ancienne manager avait bien raison!

    Perso, c’est ma mèche blonde. C’est “ma marque de fabrique”. Même si on ne me connait pas, on me reconnait grâce à elle.
    Un jour, j’en ai eu assez et je l’ai teinds en noir comme le reste de mes cheveux. Et bien, je ne me reconnaissais plus! J’ai tout de suite fait marche arrière.

    Je trouve qu’on devrait tous avoir notre “petit truc” qui nous différencie des autres. Et pas ce que les autres veulent nous faire croire (j’ai longtemps été cataloguée comme la petite grosse)

    • Je crois qu’il y a pas mal de ça dans l’idée du tatouage, en lisant tout ça ça me donne envie d’en faire un autre ^^

  17. Ah les fameux yeux bleus… Ici aussi je les considerais comme mon seul atout (je n’ai pas de “soucis” pour la taille), et en grandissant ils sont passés à la trappe pour ma part! Étant rousse aussi ils se voient bien pourtant!

    Mais depuis la naissance de mes jumeaux qui ont hérités de nos yeux (papa aux yeux bleus aussi), on les voit à nouveau! Un peu comme une renaissance :).

    • C’est sûr que sur un enfant ça se voit tellement plus avec leurs petites têtes 😉

  18. Rouge à lèvre Sephora N°1 ???!!!! on ne le voit pas !!!!

  19. Eh bien tu as bien de la chance car à 33 ans, les gens continuent de me faire des remarques sur ma petite taille et j’ai beau me dire que je suis comme cela et que ça n’est qu’une de mes caractéristiques, je pense que ce complexe ne me quittera jamais….et cela bien à cause des autres et non pas parce que je ne l’assume pas…
    Belle journée avec tes magnifiques yeux bleus.

    • Y a des pénibles qui changent pas, j’ai peut être la chance d’évoluer dans un milieu un peu moins relou je sais pas ^^

  20. oh ! Je revais d’avoir les yeux bleus c’était une obsession j’ai meme mis du mascara bleu pendant des années pour qu’on associe BLEU + MES YEUX et ça a fonctionné, le jour où j’ai remis du noir tout le monde m’a demandé si je n’avais pas les yeux clairs habituellement ahah 🙂 la feinte ! J’ai ressenti exactement la meme chose que toi pendant des années, ma différence de taille et ma maigreur me complexait ( et en plus j’ai les yeux noisettes ! ). mais j’aime bien être différente finalement. Pendant un moment c’était de voir que tres peu de fringues m’allaient qui me déprimait le plus, j’avais l’impression que je ne pouvais pas exprimer ma créativité pleinement, puis j’ai décidé d’aller voir un retoucheur et depuis j’y apporte pratiquement toutes mes fringues et surtout les combi ! magique ! je me sens beaucoup mieux dans ma peau depuis.

  21. Interessant ce truc de se faire un look que l’on oublie pas. Pour moi c’est la frange, bon c’est pas non plus très original mais je me sent mieux avec.
    Et quand j’étais au lycée et au collège, c’étaient mes seins… Au point que même aujourd’hui, je ne porte pas de décolleté car je me sent toujours mal vis à vis de ça. Ils sont bête ces jeunes

    • J’ai lu je ne sais plus où qu’on se “cachait” derrière les franges 😀

  22. J’adore le contraste de tes beaux yeux bleus avec cette couleur flamboyante de tes cheveux!! Belle belle belle ? (je ne poste jamais d’habitude, je suis passivement ton blog mais là je me devais de commenter!)

  23. moi aussi j’étais la ptite maigre sans poitrine. Et je me cherche tjs pr en + ne + paraître l’intello. Je v changer de look

  24. C’est toujours compliqué de se construire, encore plus sous le regard des autres… J’ai mis tellement de temps à m’apprécier et m’accepter enfin. Je comprends ce que tu écris ^^
    En tout cas cette photo est vraiment magnifique. Tu as un regard félin 😉
    Bises.

  25. Oh ça me rappelle moi ? Sauf que moi c’était plutôt la Grande perche-Brune aux Cheveux et seins trop plats ?? voilà maintenant je suis comme toi je m’assume ? mais véritablement que depuis que j’ai écrit une chanson qui traite de ça justement ! Car c’est à ce moment là que j’ai décidé que les défauts étaient en fait ce qui faisait de moi quelqu’un d’unique ? Tu peux aller voir sur YouTube tu trouveras ma chanson Autobio (1er EP en cours d’enregistrement?), possible que tu te reconnaisse ??

  26. Je comprends tout à fait !
    J’ai vécu la même chose mais avec mon apparence générale d’ado : j’étais maigre, taciturne, mal fagoté et les plus méchants me faisaient souvent remarquer que j’étais moche. Mon mécanisme de défense a été une attitude assez agressive et fermée (message : oui je suis moche, mais n’ose même pas dire quoi que ce soit !). Ensuite aux environs du bac et après, j’ai décidé de m’en foutre d’être moche et je me suis beaucoup plus ouverte. Bizarrement, année après année dans la vingtaine, je suis devenue jolie, puis vraiment sexy et “belle” (j’ai encore du mal) (1m75, 60kg exactement les choses pour lesquelles on se moquait de moi ado sont devenus des atouts avec l’apparition de sein et de hanches :/) et quand j’ai commencé à recevoir des compliments sur mon apparence physique, je le prenais hyper mal (pour moi, c’était le retour des moqueries). Imagine la perplexité des gens fasse à la meuf qui s’énerve quand on la complimente ! lol
    Je me suis tellement identifiée en tant que “moche mais intelligente” que maintenant j’ai mal avec le fait qu’on me voit d’abord comme une jolie fille, puis éventuellement comme une femme intelligente. A 27 ans, je m’y suis toujours pas faite.

    • Je crois que plus on s’assume, plus on est jolie, mais genre vraiment. Je connais plein de belles filles qui sont tellement complexées que ça les rend un peu transparentes, et d’autres peut être moins “dans les canons” qui sont tellement heureuses et bien dans leurs baskets que ça les rend vraiment belles.

  27. C’est drôle, j’entend beaucoup de filles qui disent avoir été complexée par leur petite taille étant jeune… Moi je suis mini et j’ai toujours été mini. Mais je n’y trouvais rien à redire. Au contraire! J’adore être petite! Pour carnaval je me ramenais au collège déguisée en nain de jardin, ça faisait marrer tout le monde ^^ Par contre j’ai complexé grave par rapport à ma peau ravagée par l’acné! Et aujourd’hui encore, j’en porte les séquelles et je ne suis toujours pas totalement à l’aise avec mes cicatrices… Mais ça va pas nous empêcher de vivre hein! (C’est vrai que tes yeux sont magnifiques!!)

  28. C’est hyper intéressant comme théorie… Mais du coup, ça soulève une question pour les filles comme moi : quelle est ma signature ? Je n’ai rien de particulier, ni cheveux/yeux/taille et on ne m’a jamais fait de remarques (ou plutôt pleins mais pas une spécialement :)), alors comment je trouve ma signature moi ? 🙁

    • C’est un peu ce qu’on appelle du “design de personnage” en BD ou dessin animé. Par exemple des couleurs précises, un accessoire marquant, une coiffure. Tu vois par exemple ce truc : https://fr.pinterest.com/pin/372461831661841445/ il y a des personnages qu’on reconnait avec peu de détails. Ca peut être un élément marquant, ou un ensemble de choses 😉

  29. Rien à faire, je retrouve les grands yeux et le même bleu de ton enfance…
    🙂

  30. La photo est sublime ! Le billet est très chouette aussi mais quelle photo…

  31. Très beau billet!
    Moi on me remarquait parce que j’étais (et suis toujours) petite avec une énorme poitrine. J’ai mis longtemps à m’accepter. Je me bandais la poitrine, me mettait des vêtements larges.
    Maintenant, je m’assume. Je ne veux plus me faire opérer. Je ne mets que des robes, taille empire. Et je me sens mieux!

  32. Article très juste même si je suis totalement à l’opposé, je m’y retrouve entièrement … J’ai fait du volley-ball et du tennis de la primaire au lycée, j’avais déjà une certaine carrure de base mais avec ces sports, ce n’est pas allé en s’arrangeant ! Je suis assez grande (1m74) et j’ai donc, en plus, des épaules et des bras musclés. Je n’ai pas du tout vécu ce que tu racontes car dans la cour de récré j’étais plus grande et plus musclée que certains mecs mais du coup, ils se sont “vengés” en m’envoyant à longueur de journée des piques sur le fait que j’avais des épaules de rugbyman etc etc .. Alors que j’avais les cheveux longs et une poitrine plus que correcte et bien il m’était impossible de me sentir féminine ! Aujourd’hui encore, à 27 ans, je complexe par rapport à ma carrure et j’envie des nanas comme toi, petites et menues qu’on a envie de protéger. C’est dramatique je trouve car une femme ne devrait pas se sentir moins féminine ou moins jolie qu’une autre à cause de piques vicieuses d’ados pré-pubères jaloux mais cela montre bien qu’on se définit souvent soi-même en fonction de ce que les autres ont remarqué chez nous… En tous cas, c’est une vraie aide de te lire car tu as vraiment beaucoup de sagesse dans tes mots et de réconfort.

  33. 1,53 cm, yeux marrons de cochon et cheveux fin et filasse donc autant dire que je ne mise pas mon identité sur mes atouts visage!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *